Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

« Vous avez dit usage unique ? », interpelle Michel Fontaine, président du CNE

Henri Saporta
« Vous avez dit usage unique ? », interpelle Michel Fontaine, président du CNE

Michel Fontaine est président du Conseil national de l'emballage (CNE).

© D.R.

Président du Conseil national de l’emballage (CNE), Michel Fontaine fait le point sur la conception et les fonctionnalités des emballages ainsi que sur les nouveaux usages. Un sujet complexe alors que sont publiés les différents décrets de la loi dite Antigaspillage pour une économie circulaire (Agec), qui instaure une profonde réforme du principe de la responsabilité élargie des producteurs (REP) appliquée aux emballages. -

Emballages Magazine : Comme voyez-vous la question des emballages à usage unique à court terme ?
Michel Fontaine : Un emballage est conçu pour assurer les fonctionnalités nécessaires à la qualité d’un produit pour toute la durée contractuelle de vie du produit. Pas plus ! Un flacon de shampoing sera, par exemple, conçu pour que trois ans après son remplissage, le contenu ait les mêmes performances qu’au jour zéro. Ceci malgré les étapes de production, de transport, de stockage, d’exposition en linéaire, puis dans le cadre de vie et d’usage, chez le consommateur. Ce consommateur peut, selon les cas, utiliser son produit en une fois, un produit alimentaire par exemple, ou en plusieurs fois, comme notre shampoing. Certains emballages offrent d’ailleurs des fonctionnalités de refermeture et d’autres pas.
Vous avez dit usage unique ? Comme on le voit, cette notion apparaît très difficile à définir et utiliser, au sein de l’Union européenne comme en France… Surtout quand il faut préserver la condition essentielle de la libre circulation des marchandises. En fait, j’ai plutôt envie de parler de durée de vie d’un emballage, de sa durée d’utilisation plutôt que de son usage unique.

Durée de vie versus usage unique, pouvez-vous développer ?
Prenons l’exemple de la salade composée mise dans un thermoformé par un fast-food, pour le repas du midi. Le plastique utilisé est de la même nature et de la même épaisseur que celui d’un flacon de shampoing. Le thermoformé de la salade va contenir pendant quelques heures la salade destinée à être mangée immédiatement. Le shampoing doit lui, contenir, être barrière, protéger et informer, cela pendant toute la durée de vie du produit. Quand cette durée pour un shampoing est de trois ans, soit environ 1000 jours, la durée de vie du thermoformé est de moins d’un jour. À qualité et épaisseur égales. Dit autrement, le thermoformé est complètement surdimensionné vis-à-vis du besoin. Quand une surqualité s’exprime par un facteur 2 ou 3, on parle légitimement de sécurité. Quand elle s’exprime par un facteur 1000 comme ici, c’est un vrai problème.
Pourquoi ce problème ? D’abord parce que cet emballage n’a pas été conçu pour une durée de vie si courte. Son utilisation s’est décidée par opportunité. Qui peut le plus, peut le moins. Ce thermoformé n’est pas cher, il est disponible facilement, il est donc utilisé. J’ai évidemment d’autres exemples en tête. Comme dirait mon ami Fabrice Peltier, « c’est comme si on prenait la fusée Ariane pour aller chercher le pain ».

C’est quoi la solution ?
À l’évidence, la boîte de conserve de sardines est un emballage à usage unique, puisque le contenu est consommé immédiatement après ouverture. Et pourtant personne n’imagine critiquer cet emballage. La chasse à l’emballage unique, quel que soit le matériau, n’est donc pas pertinente. C’est au croisement de l’usage unique et d’une durée de vie très courte qu’il faut travailler. Et il y a urgence, car trop d’emballages pour des utilisations très courtes donnent une très mauvaise image à un secteur par ailleurs très vertueux.
Une vraie écoconception doit pouvoir proposer des solutions innovantes pour ces utilisations émergentes et opportunistes où le marché est encore très fragmenté. Le réemploi fait partie des solutions, mais il y en a d’autres. Analysons en détail ces utilisations uniques et éphémères et soyons le plus sobres possible. Utilisons le juste emballage.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Leygatech rebondit avec l’économie circulaire

Economie circulaire

Leygatech rebondit avec l’économie circulaire

Les hausses très brutales des matières premières favorisent l’intégration de plastiques recyclés. - Pour Thierry Bonnefoy, peu de chance que le bilan de 2021 ressemble à celui de 2020, un bon[…]

26/02/2021 | BoissonsTous secteurs
Neutralité carbone : au tour de Sealed Air

Economie circulaire

Neutralité carbone : au tour de Sealed Air

Marceau et iFollow créent un AMR

Technologie

Marceau et iFollow créent un AMR

Bobst sérieusement impacté par la crise

Résultats

Bobst sérieusement impacté par la crise

Plus d'articles