Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Une « supertaxe » sur les emballages plastique en Italie ?

Tiziano Polito
Une « supertaxe » sur les emballages plastique en Italie ?

Le gouvernement de Giuseppe Conte s’apprêterait à imposer les entreprises à hauteur de 1 euro par kilogramme de matière introduite sur le marché. -

Les rumeurs sur l’introduction d’une « supertaxe » sur les emballages en plastique se font persistantes en Italie et inquiètent les entreprises qui craignent une augmentation des prix pour les consommateurs et la perturbation des systèmes actuels de valorisation. L'hypothèse du gouvernement de Giuseppe Conte est l'introduction d'une nouvelle taxe sur les emballages en plastique à partir du 1er juin 2020, d'un montant de 1 euro par kg, pour un revenu estimé à 2 milliards. Elle irait s’ajouter aux taxes déjà existantes qui servent à financer la collecte et la valorisation des emballages en plastique. Confindustria, l’équivalent du Medef, est intervenu avec une note pour protester contre cette mesure, tandis qu'Ettore Fortuna, vice-président de l'association de minéraliers transalpins Mineracqua craint des conséquences graves pour les consommateurs, les embouteilleurs et pour l'environnement rapporte notre confrère Il Sole 24 Ore. Corepla qui représente les intérêts des recycleurs, les consortiums Conip et Coripet respectivement dédiés à la valorisation des emballages en plastique et en polyéthylène téréphtalate (PET), le syndicat Filctem Cgil, les associations d’industriels du plastique adhérents à Plastics Europe Italia et Unionplast avaient fait part de leurs préoccupations ces derniers jours.

Pas d'objectif environnemental

La Confindustria observe que "la mesure n'a pas d'objectif environnemental, pénalise les produits et non les comportements, et ne représente qu'une imposition visant à récupérer les ressources en faisant supporter des coûts énormes aux consommateurs, aux travailleurs et aux entreprises". Et d’ajouter que la contribution environnementale payée au Conai pour la collecte et le recyclage grève déjà les emballages en plastique. Elle représente 450 millions par an au total, dont 350 sont versés aux municipalités pour garantir la collecte séparée des déchets. Le patronat italien de relever que : "Cette nouvelle taxe bloquerait les énormes investissements et les ressources consacrées à l'économie circulaire, en paralysant l’action des organismes de recyclage".  Mineracqua pointe à son tour le montant de la taxe en rappelant que le prix du PET, la résine la plus utilisée dans l’univers des boissons, est d'environ 90 centimes par kg. "Où avez-vous déjà vu une taxe de 110%? Nous n’avons jamais vu une telle imposition sur un bien, un produit, une personne physique ", s’inquiète Ettore Fortuna. "Grâce à cette taxation, le consommateur devrait payer 10% de plus par litre."

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Schumacher Packaging s’offre une tête de pont au Royaume-Uni

Acquisitions

Schumacher Packaging s’offre une tête de pont au Royaume-Uni

Le fabricant d’emballages en carton ondulé a conclu le rachat de Jaffabox. - Le Brexit, c’est pour bientôt… et beaucoup d’entreprises ne savent pas trop comment en appréhender les conséquences[…]

18/11/2019 | Carton ondulé
Un courtier sanctionné pour des déchets envoyés en Asie

Profession

Un courtier sanctionné pour des déchets envoyés en Asie

Encore un emballage connecté distingué par le concours Lépine

Innovation

Encore un emballage connecté distingué par le concours Lépine

Des adhésifs plus sûrs à l’étude

Economie circulaire

Des adhésifs plus sûrs à l’étude

Plus d'articles