Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Un projet européen sur des plastiques à base de PHA

Arnaud Jadoul
Un projet européen sur des plastiques à base de PHA

Le projet de recherche Nenu2phar vise à développer une nouvelle chaîne de valeur pour la production de bioplastiques à base de polyhydroxyalcanoates issus de la biomasse des micro-algues et d’une sélection de souches de bactéries. -

Alors que les polyhydroxyalcanoates (PHA) constituent une alternative à des polyesters d’origine fossile pour de nombreuses applications, « il n’existe pas de chaîne de valeur durable en Europe, et les systèmes de production développés ailleurs dans le monde semblent très contestables d'un point de vue environnemental et éthique », selon un communiqué de la Commission européenne. Aussi l’Union européenne lance-t-elle un nouveau projet collaboratif, dénommé Nenu2phar, qui « vise à développer une nouvelle chaîne de valeur européenne pour la production de bioplastiques à base de PHA issus d’une ressource durable et avec une fin de vie maîtrisée » pour des produits de grande consommation.

Micro-algues

Les seize partenaires du projet - français, polonais, belges, croate, espagnols, portugais et néerlandais- travailleront plus précisément sur la production de PHA à partir de la biomasse de micro-algues et d’une sélection de souches de bactéries. Huit produits à base de PHA, « avec leurs scénarios de fin de vie », seront élaborés et comparés à des produits similaires en plastique d’origine fossile. Les PHA biosourcés développés devront être « compétitifs et durables d’un point de vue à la fois environnemental et économique ».

6,4 millions d’euros

D’une durée de 42 mois, le projet réunit plusieurs industriels, parmi lesquels les français Danone, Sofradim production (implants chirurgicaux de renfort) et Elixance (coloration des matières plastique), des centres techniques, de recherche et universitaires, dont le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), qui le coordonne, Innovation plasturgie composites (IPC), et l’Institut de recherche Dupuy de Lôme de l’université de Bretagne Sud, ainsi que le pôle de compétitivité français Industries et agro-ressources (IAR). Il est doté d’un budget total de 6,4 millions d’euros, dont 5 millions de subventions du partenariat public-privé « Bio Based Joint Undertaking » (BBI-JU). Le pôle IAR est en charge de la communication et de la diffusion du projet et de ses résultats.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Arnaud Gossement en mission sur le « greenwashing »

Profession

Arnaud Gossement en mission sur le « greenwashing »

L’avocat est chargé par Barbara Pompili d’évaluer les mécanismes d’engagements volontaires des entreprises. - Avocat spécialisé dans l'environnement, Arnaud Gossement est chargé par[…]

Pâte à papier : 7 millions pour Tarascon

Social

Pâte à papier : 7 millions pour Tarascon

Citeo calme les ardeurs du bois

Economie circulaire

Citeo calme les ardeurs du bois

Futerro démarre son usine de PLA en Chine

Investissements

Futerro démarre son usine de PLA en Chine

Plus d'articles