Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Un projet de recyclage chimique en Suède

Un projet de recyclage chimique en Suède

Le site de Stenungsund (Suède) de Borealis.

Avec Stena Recycling, Borealis étudie la faisabilité d’une unité sur son site de Stenungsund. Elle entrerait en fonctionnement en 2024. -

Le groupe pétrochimique Borealis s’engage davantage dans le recyclage chimique. Avec le recycleur Stena Recycling, il étudie la faisabilité d’une unité de traitement de déchets postconsommation à base de polyoléfines sur son site de Stenungsund, en Suède. Sous réserve des conclusions de cette étude et de la décision finale d'investissement, les opérations devraient commencer en 2024. En parallèle, Borealis coopérerait avec le producteur d’énergie Fortum Recycling and Waste, également présent dans le recyclage et la gestion des déchets, pour s’approvisionner. « L'unité contribuera à accélérer la transformation vers la circularité des plastiques en permettant le remplacement à plus grande échelle des matières premières d'origine fossile par l'intégration de plus de matières premières chimiquement recyclées via le modèle du bilan massique », indique Borealis dans un communiqué. Elle produirait la gamme de résines Borcycle C. Le complexe de Stenungsund est certifié ISCC + depuis février 2021.

Approvisionnement

L'étude de faisabilité est cofinancée par l’Agence suédoise de l’énergie. « Elle évaluera la technologie optimale et son intégration dans le craqueur de Borealis à Stenungsund », précise le groupe pétrochimique. Stena Recycling récupérera les déchets plastique et, après les avoir triés pour en retirer les matériaux adaptés au recyclage mécanique, les livrera à la nouvelle unité. L’entreprise suédoise prévoit d'investir dans ses propres installations pour livrer à Borealis de la matière première à traiter. De son côté, Fortum Recycling and Waste va procéder à une étude similaire pour définir les exigences techniques préalables au prétraitement des plastiques, le contrôle de la qualité et l'approvisionnement en matériaux appropriés.

Polyoléfines de type vierge

« Borealis s'est fixé des objectifs ambitieux en matière d'économie circulaire, déclare Martijn van Koten, vice-président exécutif de Borealis en charge des produits chimiques de base et des opérations. L'intégration de Borcycle C dans notre craqueur de Stenungsund est un exemple clair de nos efforts : fondée sur l'innovation et la collaboration, elle nous permet de fournir au marché des quantités suffisantes de produits chimiques de base et de polyoléfines chimiquement recyclés. » Pour sa part, Lucrèce Foufopoulos, vice-présidente exécutive de Borealis pour les polyoléfines, l'innovation et la technologie et les solutions d'économie circulaire, souligne que « la coopération avec Stena et Fortum permettra d'offrir à nos clients et partenaires des polyoléfines de type vierge à partir de déchets postconsommation », dans les secteurs de l'emballage alimentaire et médical en particulier.

Producteur de polyoléfines, de produits chimiques de base et d’engrais, basé à Vienne, en Autriche, le groupe Borealis a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 6,8 milliards d’euros et emploie 6 900 salariés. Le complexe de Stenungsund, en Suède, produit du polyéthylène et est spécialisé dans les solutions pour les industries du fil et du câble.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

L’industrie des tubes sous la pression du prix des matières premières

Profession

L’industrie des tubes sous la pression du prix des matières premières

Comme l’ensemble des emballages, le tube subit une flambée des prix de l’aluminium et des plastiques. Selon l’Association des fabricants de tubes européens, les bilans des fabricants sont considérablement[…]

Du bon usage des emballages...

Profession

Du bon usage des emballages...

Igus sauvé par le commerce en ligne

Résultats

Igus sauvé par le commerce en ligne

Carbios lève 114 millions d’euros

Economie circulaire

Carbios lève 114 millions d’euros

Plus d'articles