Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Un bilan 2020 contrasté pour l'industrie papetière française

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
Un bilan 2020 contrasté pour l'industrie papetière française

La pâte à papier de Tarascon (Bouches-du-Rhône) pourrait trouver un nouvel avenir dans l'emballage.

La résistance, relative, de l'emballage n'a pas suffi à compenser un fort recul de l'activité. -

Après une année 2020 totalement bouleversée par la pandémie, Copacel livre un bilan très contrasté. L’Union française des industries des cartons, papiers et celluloses relève ainsi un net recul de la consommation apparente de papiers et cartons. Soit un retrait de – 5,8% à 8 millions de tonnes. Sur le plan de la production, le recul est de l'ordre de – 6,1%, à 6,9 millions de tonnes. L’emballage limite les dégâts à – 0,4%, à 4,4 millions de tonnes. Un léger retrait essentiellement lié à l’arrêt de certains outils… Le seul segment en progression ? L’hygiène, à 1,8%, à 832 000 tonnes. Un moindre mal selon l’organisation professionnelle : « Cette bonne tenue relative tient à ce que les papiers et cartons étaient (et sont encore) indispensables au bon fonctionnement de l’économie et à la lutte contre l’épidémie. Ces matériaux fibreux sont en effet nécessaires à la fabrication de biens essentiels : emballages alimentaires, emballages et notices de médicaments, masques chirurgicaux, caisses en carton ondulé, essuie-mains, papier hygiénique, papiers utilisés pour les cours à domicile… » Il faut dire que la production du secteur graphique dégringole, une nouvelle fois, de 27%, à 1,2 million de tonnes après une chute de 23% en 2019.

Chapelle Darblay 

Au total, les importations s’élèvent à 4,8 millions de tonnes et les exportations à 3,7 millions. Du côté des papiers et cartons à recycler (PCR), la matière première des papiers pour ondulé (PPO), la consommation se monte à 4,9 millions de tonnes, les exportations atteignant 2,3 millions de tonnes pour 900 000 tonnes importées. Le cycle de hausses des PCR entamé en 2020 se poursuit en ce début d'année dans un contexte d'augmentation générale des matières premières et des coûts de production. Une comparaison sur vingt ans révèle la place désormais prépondérante de l’emballage : la part de marché a bondi de 46% en 2020 à 64% en 2020. La filière affiche un chiffre d’affaires de 4,3 milliards d’euros avec 11 000 salariés et 84 usines totalisant 126 machines à papier. La position de la France au sein de l’Union européenne recule, soit 11% en 2000 contre 8% en 2020, au cinquième rang. Au premier rang, l'Allemagne est passée de 20 à 25%. Après une succession de fermetures de sites, trois chantiers de possible reconversion sont en cours : Chapelle Darblay à Grand-Couronne (Seine-Maritime), Fibre Excellence à Tarascon (Bouches-du-Rhône) et Norske Skog à Golbey (Vosges). Les trois dans l’emballage…   

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

L’industrie des tubes sous la pression du prix des matières premières

Profession

L’industrie des tubes sous la pression du prix des matières premières

Comme l’ensemble des emballages, le tube subit une flambée des prix de l’aluminium et des plastiques. Selon l’Association des fabricants de tubes européens, les bilans des fabricants sont considérablement[…]

Du bon usage des emballages...

Profession

Du bon usage des emballages...

Igus sauvé par le commerce en ligne

Résultats

Igus sauvé par le commerce en ligne

Carbios lève 114 millions d’euros

Economie circulaire

Carbios lève 114 millions d’euros

Plus d'articles