Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Technologie

SwissQprint lance sa quatrième génération d’imprimantes à plat

Tiziano Polito
SwissQprint lance sa quatrième génération d’imprimantes à plat

Le constructeur de machines jet d’encre a amélioré la qualité d’impression et l’ergonomie. - 

 

Associer une mécanique haut de gamme à des têtes plus évoluées : tel est le pari réussi par SwissQprint qui profite de la Fespa, le salon dédié aux technologies de l’impression, à Amsterdam (Pays-Bas), du 12 au 15 octobre, pour lance la quatrième génération de ses imprimantes à plat. Pour mémoire, ces équipements sont dédiés à l’impression jet d’encre UV de substrats variés en carton, plastique, verre, métal, mais aussi en cuir ou en bois dans le cadre d’applications hétéroclites allant du décor d’intérieur à l’emballage en passant par la publicité sur le lieu de vente.

La génération quatre se distingue par l’intégration de têtes Konica Minolta plus performantes, capables d’atteindre, sur les imprimantes Impala et Nyala une résolution allant jusqu’à 1350 dpi. Cela a été possible en augmentant le nombre de buses, qui passent de 1024 à 1280, sur chaque tête. « En combinant les caractéristiques mécaniques des châssis SwissQprint à ces nouvelles têtes, on parvient à positionner les gouttelettes d’encres beaucoup plus précisément de manière à obtenir une qualité d’impression incomparable », indique Alain Greiner, Pdg de la filiale française.

Détails très fins

Les têtes Konica Minolta sont capables de délivrer des gouttelettes de 10 picolitres contre 14 auparavant, autorisant la réalisation de détails très fins, de type « Fine Art ». Les impressions en ressortent plus lumineuses et riches en détails. L'imprimante Oryx garantit pour sa part un gain de productivité proche de 40 % par rapport au modèle précédent, grâce à de nouvelles têtes intégrant 1024 buses. Cette machine est capable d’imprimer jusqu’à 70 m²/h.

Un deuxième volet concerne l’ergonomie, notamment avec le système d’aspiration Tip Switch pour lequel une demande de brevet a été déposée. L’idée consiste à créer des zones d’aspiration, pour les circonscrire à la superficie des substrats à imprimer de manière à limiter la consommation d’air, et, par conséquent, la facture énergétique et le bruit.  Pour y parvenir, SwissQprint a divisé sa table en 256 segments, que l’utilisateur active ou désactive rapidement du bout des doigts en agissant sur des molettes situées en bord de table.

Avec cette nouvelle gamme de machines, SwissQprint s’adresse aussi bien aux ateliers graphiques qu’aux entreprises industrielles. « Nous nous plaçons sur le segment haut du marché pour ce qui relève de la qualité, mais en même temps nos machines doivent savoir tout faire », précise Alain Greiner.

Installé à Villebon-sur-Yvette (Essonne), SwissQprint France emploie quatorze personnes pour un chiffre d’affaires de 15 millions d’euros.

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Trois Françaises remportent le concours de design Pida

Concours

Trois Françaises remportent le concours de design Pida

Le projet Respice a été récompensé lors de la finale du concours de design organisé par BillerudKorsnäs. Les trois étudiantes de l’IUT de Reims à l'origine du concept[…]

25/10/2021 | DesignCarton plat
Cognex lit les codes-barres des palettes plus facilement

Technologie

Cognex lit les codes-barres des palettes plus facilement

 Tri : vers un achèvement de l’extension en 2025

Profession

Tri : vers un achèvement de l’extension en 2025

Métaux : des risques d’arrêt de production en raison d’une pénurie de magnésium

Profession

Métaux : des risques d’arrêt de production en raison d’une pénurie de magnésium

Plus d'articles