Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Défaillance

Sequana suspecté de "pillage organisé"

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
Sequana suspecté de

Pascal Lebard dirige Sequana.

La gestion de Pascal Lebard est directement mise en cause. -

Le vendredi 29 mars, le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine) a prononcé la liquidation judiciaire de la papeterie de Bessé-sur-Braye (Sarthe) qui employait 568 salariés, tandis que CGMP reprenait une partie des 262 salariés du Bourray à Saint-Mars-La-Brière (Sarthe) et que Greenfield passait sous le contrôle de l'allemand Wepa. Il faut y ajouter la liquidation judiciaire d'Arjowiggins Security à Jouy-sur-Morin (Seine-et-Marne) en janvier 2019 ainsi que les difficultés du distributeur de papiers et d'emballages Antalis et de Sequana, le propriétaire de ces entreprises. C'est dans ce contexte que plusieurs actions sont en cours.

Des « mouvements de fonds » d'environ « 20 millions d'euros » sont intervenus « entre la date de cessation des paiements des deux sociétés et l'ouverture des procédures de redressement judiciaire à leur égard, au bénéfice de la société Antalis et de la société Arjowiggins Sourcing » : telle est la teneur du courrier adressé le 8 avril à Pascal Lebard, le Pdg de Sequana, par les avocats des salariés. Selon eux, le Code de commerce interdit « les paiements intervenus à compter de la date de cessation des paiements lorsque ceux qui ont traité avec le débiteur ont eu connaissance de la cessation des paiements ». Conséquence : « Ce pillage organisé de la trésorerie des sociétés Arjowiggins papiers couchés et Arjowiggins Le Bourray a gravement entravé la poursuite de l'activité des entreprises à la suite de l'ouverture du redressement judiciaire et irrémédiablement compromis les chances de trouver un repreneur ». Pascal Lebard est mis à demeure de financer à hauteur de 20 millions d'euros, soit le montant du préjudice présumé, les plans de sauvegarde de l'emploi (PSE) des deux sociétés.

Désastre

Dans un autre courrier, les représentants du personnel d'Arjowiggins accusent Bpifrance, actionnaire à 15,4% de Sequana, d'avoir mis en œuvre une stratégie visant à « vider le groupe de ses outils industriels (...) pour se concentrer sur l'activité de distribution exploitée au sein de la branche Antalis ». Ils dénoncent la « responsabilité flagrante » dans le « désastre » subi de la banque publique. Des prêts à des taux d'intérêt ruineux de 10 à 14% sont une nouvelle fois mis en cause. Dans un troisième, Bruno Lemaire, ministre de l'Économie et des Finances, est invité à trouver une solution de financement au projet de reprise par les salariés. Les représentants du personnel y déplorent son manque d'engagement dans le dossier.

Le 3 avril, Agnès Pannier-Runacher avait indiqué vouloir « faire la lumière sur la façon dont a été gérée Sequana ». La secrétaire d'État à l'Économie et aux Finances répondait à une question de la députée LREM de la Sarthe Pascale Fontenel-Personne à l'Assemblée nationale. En redressement judiciaire, Sequana est en observation jusqu'au 18 mai 2019. Le papetier français veut ainsi faire face aux incertitudes liées au litige de 135 millions d'euros qui l'oppose au britannique British American Tobacco (BAT).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Rendez-vous avec le CNE le 22 mai

Profession

Rendez-vous avec le CNE le 22 mai

L'association organise la conférence « Matières recyclées et emballages : retours d’expériences, perspectives et innovations ». - « Matières recyclées et[…]

Durst s’ancre dans le Tyrol

Durst s’ancre dans le Tyrol

Precia Molen en hausse

Résultats

Precia Molen en hausse

Meccano géant dans l'ondulé

Profession

Meccano géant dans l'ondulé

Plus d'articles