Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Réduction de la pollution plastique, il y a urgence à agir

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
Réduction de la pollution plastique, il y a urgence à agir

© Shutterstock / Rich-Carey / WWF

Le Programme des Nations unies pour l’environnement appelle à des mesures collectives pour protéger les océans et met en doute la solution du recyclage. -

Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE) juge cruciale une réduction drastique des déchets marins et de la pollution plastique, selon l’évaluation qu’il vient de publier, intitulée De la pollution à la solution : une évaluation mondiale des déchets marins et de la pollution plastique. Comment ? Par une transition accélérée des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables, la suppression des subventions et le passage à des approches circulaires. « Cette évaluation fournit l’argument scientifique le plus solide à ce jour pour souligner l’urgence d’agir, et pour la mise en œuvre de mesures collectives visant à protéger et restaurer nos océans de la source à la mer », déclare Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE.

Vie marine, corps humain et économie mondiale

Publiée juste avant le début de la Conférence des Nations unies sur le climat (Cop26), cette étude fournit une mise à jour complète des données et recherches actuelles. Elle montre que la pollution plastique qui pénètre dans les écosystèmes aquatiques a fortement augmenté ces dernières années et devait doubler d’ici à 2030, avec des conséquences désastreuses pour la santé humaine, la biodiversité, le climat et l’économie mondiale. Sur la base d’une analyse de cycle de vie, les émissions de gaz à effet de serre dues aux plastiques s’élevaient en 2015 à 1,7 gigatonne (Gt) d’équivalent CO2 et devraient atteindre 6,5 Gt d’ici à 2050. Le plastique représente 85% des déchets martins et d’ici à 2040, les volumes qui se déversent dans les zones marines vont presque tripler, ajoutant entre 23 et 37 millions de tonnes de plastique dans l'océan par an. Cela représente quelque 50 kg de plastique par mètre de côte sur la planète. L’ensemble de la vie marine est donc exposé à un risque grave de toxicité, de troubles du comportement, de famine et de suffocation. Le corps humain pourrait également subir des changements hormonaux, des troubles du développement, des dysfonctionnements de la reproduction et des cancers. L’économie est également affectée. Les effets sur le tourisme et la pêche ainsi que les coûts des opérations de nettoyage ont été estimés à 6 à 19 milliards de dollars en 2018 dans le monde. D’ici à 2040, les entreprises courent un risque financier annuel de quelque 100 milliards de dollars si les gouvernements exigent qu’elles couvrent les dépenses de gestion des déchets en fonction des volumes et des possibilités de recyclage.

Transformation de la chaîne de valeur

Aussi les auteurs du rapport exhortent-ils une réduction immédiate des plastiques et encouragent-ils une transformation de l’ensemble de la chaîne de valeur des plastiques. Ils appellent à des investissements supplémentaires dans des systèmes de surveillance plus efficaces pour identifier les sources, l’échelle et le devenir des plastiques, ainsi que dans le développement d’un cadre de risque. Ils jugent essentiel de passer à des approches circulaires, comme des pratiques de consommation et de production durables, une accélération du développement et de l’adoption d’alternatives et une sensibilisation accrue des consommateurs pour permettre des choix plus responsables. Toutefois, ils mettent en doute la solution du recyclage comme moyen de parvenir à sortir de la crise et en garde contre les alternatives aux produits à usage unique, notamment, telles que les plastiques biosourcés ou biodégradables, « qui représentent actuellement une menace chimique similaire à celle des plastiques conventionnels ». La dirigeante du PNUE se veut tout de même optimiste : « La vitesse à laquelle la pollution plastique des océans retient l’attention du public est encourageante, observe-t-elle ; il est essentiel que nous profitions de cet élan pour nous concentrer sur les possibilités de créer des océans propres, sains et résilients. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Jungheinrich lance l’Ere 225i

Technologie

Jungheinrich lance l’Ere 225i

Ce transpalette porté debout est le premier du marché à être conçu autour de la batterie lithium-ion, gage de puissance et de compacité. - Plus petites que les batteries traditionnelles, plus puissantes[…]

14 000 visiteurs pour Prod & Pack

Rendez-vous

14 000 visiteurs pour Prod & Pack

La production de bioplastiques va tripler d’ici à 2026

Economie circulaire

La production de bioplastiques va tripler d’ici à 2026

MGJ passe sous pavillon américain

Acquisitions

MGJ passe sous pavillon américain

Plus d'articles