Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Poches, sachets et films

Tiziano Polito
L'allégement des matériaux caractérise ce marché très hétérogène. Cette réduction à la source s'accompagne néanmoins d'une amélioration constante des qualités techniques. Propriétés barrières, machinabilité, fonctions de service et imprimabilité se développent.

Aussi hétérogène que difficile à quantifier, le marché des poches, sacs, sachets et des films pour ensachage a subi de profondes mutations au cours des dernières années. La principale tendance se résume, sans aucun doute, dans la diminution des épaisseurs des matériaux. Qu'il s'agisse de films en plastique, de complexes ou de papier, tous les supports utilisés ont subi une véritable cure d'amaigrissement. Une façon pour les professionnels de la sacherie de satisfaire aux objectifs environnementaux - le fameux principe de réduction à la source prévu par la directive 94/62/CE sur les emballages et les déchets d'emballages - mais aussi un moyen pour limiter les à-coups des hausses de matières premières. Et ce, dans un contexte concurrentiel marqué par une forte pression sur les prix. Comme le rappelle un transformateur de matières plastiques, une profession qui constitue le gros des troupes sur ce marché : « Le cours du baril de pétrole fait la pluie et le beau temps dans notre métier ».

La diminution des épaisseurs ne s'accompagne pas pour autant d'une perte des qualités fonctionnelles des emballages. Bien au contraire, elles augmentent. Le sac de caisse en polyéthylène (PE) a ainsi perdu 75 % de son poids en trente ans. Il ne dépasse pas les 20 microns d'épaisseur. Mais il est devenu beaucoup plus résistant, capable de transporter jusqu'à 15 kilos soit 2 000 fois son poids. Ainsi, un produit à l'apparence aussi banale qu'un sac constitue, en réalité, un condensé d'améliorations technologiques.

Barrières renforcées

Dans le secteur alimentaire, les transformateurs s'efforcent de renforcer les propriétés barrière des films aux agents extérieurs comme les gaz, oxygène en particulier, l'eau, tout en évitant les migrations d'arômes, d'odeurs ou de graisses. Les solutions varient en fonction des besoins : multicouches à base PE avec une enduction de copolymère éthylène alcool vinylique (Evoh) ou polyamide orienté (OPA) pour l'ensachage de produits frais sous atmosphère protectrice ; complexes PA/PE pour l'emballage sous vide ; complexes acryliques avec une couche de polypropène orienté (OPP) et de PVOH ou de chlorure de polyvinylidène (PVdC) dans la biscuiterie, les céréales ou l'alimentation animale. Sans oublier l'aluminium, dont les vertus de protection à l'eau et à l'oxygène demeurent inégalées, et qui est par conséquent très utilisé dans la fabrication de sachets de barres chocolatées, chips et autres snacks. Encore faut-il utiliser ces matériaux sur des machines d'ensachage toujours plus rapides. Une forte tendance consiste justement à améliorer la mécanisation des films, quand ils sont façonnés en sachets, remplis et soudés, sur les équipements form-fill-seal (FFS) ou à faciliter le passage en machine des sacs préformés.

Fonctions de service

Les fonctions de service ne sont pas en reste. Sachets qui tiennent debout, ouvertures faciles, pelables, repositionnables, présence de Zip et autres curseurs, de becs verseurs et de bouchons... les fournisseurs regorgent d'initiatives pour améliorer le confort d'utilisation de leurs produits. Car les sacs ou sachets, à l'instar des autres conditionnements, sont aussi des outils de marketing. C'est le cas dans le secteur cosmétique où l'emballage souple, autrefois peu usité, se développe dans le conditionnement de lingettes, produits capillaires ou de crèmes de soin, au travers de présentations à usage unique. En parallèle le sachet devient un moyen d'expression visuelle de la marque. Il se pare donc de décors sophistiqués réalisés par impression en héliogravure ou flexographie, parfois jusqu'à 9 couleurs, avec dorures et autres effets métallisés. Raison pour laquelle le choix des supports a lieu, aussi, en fonction de leurs caractéristiques d'imprimabilité. L'industrie, elle aussi, a ses exigences. S'agit-il alors de conférer aux films des vertus antistatiques ou anti-UV pour protéger les appareils électroniques des poussières ou de la lumière, voire des chocs, en utilisant des sachets à bulles d'air. Bref, dans la sacherie à chaque application correspond le plus souvent une solution sur mesure.

Guide d'achat poches, sachets et films - tableau : voir PDF

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

« Cette crise a des effets anxiogènes calamiteux », regrette-t-on chez Smurfit Kappa

Exclusif

« Cette crise a des effets anxiogènes calamiteux », regrette-t-on chez Smurfit Kappa

En première ligne depuis le début de l’épidémie de Covid-19, Smurfit Kappa s’efforce de maintenir son outil de production à pleine capacité afin de répondre à la demande[…]

Mayr-Melnhof poursuit sa progression

Résultats

Mayr-Melnhof poursuit sa progression

À travers un site Internet dédié, le CFA veut sensibiliser au recyclage des aérosols

Profession

À travers un site Internet dédié, le CFA veut sensibiliser au recyclage des aérosols

La filière vrac complète ses préconisations d’hygiène

Sécurité sanitaire

La filière vrac complète ses préconisations d’hygiène

Plus d'articles