Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Henri Saporta

Sujets relatifs :

Quelque 120 personnes ont participé à la conférence "Réduire les coûts par l'emballage".

© © Pascal Guittet

La conférence "Réduire les coûts par l'emballage" s'est tenue le 26 novembre. -

Quelque 120 personnes étaient au rendez-vous ! Organisée par Etai, l'éditeur d'Emballages Magazine, le 26 novembre, avant la remise des Oscars de l'emballage, la conférence "Réduire les coûts par l'emballage", animée par Henri Saporta et Tiziano Polito (Emballages Magazine) ainsi que Yves Puget (LSA), a remporté un véritable succès. Portés par une thématique d'actualité, l'assistance, studieuse et réactive, et les intervenants, précis et convaincants, ont, tout au long de la journée, exploré les différentes façons d'optimiser la chaîne de l'emballage et du conditionnement afin d'en diminuer les coûts. Du design à la logistique en passant par l'éco-conception, les voies de progrès sont très nombreuses. Sur un plan strictement économique, Mario Pinto (Unilever), Reynald Truchon (Charal) et Jean Valentini (Pepsico) ont souligné que la réduction du nombre de fournisseurs permettait des engagements sur le long terme entraînant une optimisation des coûts. Et pas question de prendre le moindre risque juridique : Sylvain Martin, avocat, a pointé la multiplicité des réglementations à prendre en compte. Mais, comme l'ont montré Christian Blaise (Bleuprocess) et Roland Donzelle (Square), les solutions d'automatisation et d'industrialisation du design peuvent aussi faire gagner un temps considérable tout en assurant un haut niveau de sécurité. Et c'est encore plus efficace lorsque l'on sait détecter les tendances, selon Dominique Wiezman (Dezineo). Bien exploitée, la puissance de calcul informatique offre, par ailleurs, des perspectives inégalées : Gérard Mathieu (Otor) mise justement sur la puissance d'OptimSolutions pour extraire, en quelques heures, les meilleures solutions d'emballages en carton ondulé parmi des milliers de possibilités. Luc Desoutter (Sidel) a, de son côté, pointé les apports importants de la mécanisation en termes de productivité. Sur un tout autre plan, quand la question "faire ou faire faire ?" se pose, Michaël Oriola (FM Logistic) a démontré la pertinence de la sous-traitance. Notamment sur le plan logistique. Alain Hamel (Carrefour) a développé tout ce que proposait l'enseigne aux petites et moyennes entreprises (PME) dans ce domaine. Quant à l'éco-conception et la réduction à la source, c'est l'axe majeur partagé par tous les acteurs. Sylvie Mirouse (Meralliance) et Thibault Pinoteaux (Casino) l'ont amplement démontré. Et Olivier Albessard (Eco-Emballages) a montré comment le barème du Point vert prenait en compte les impératifs du développement durable. Petit exercice pratique pour les prochains mois : annuler complètement la prochaine hausse de 25 % du Point vert en réduisant l'emballage tant en termes de taille que de quantité de matériaux. D'autant que Fabienne Simon (TNS Sofres) a été très claire : les Français veulent certes des emballages utiles et informatifs mais aussi recyclables. En deux mots : écologiques et efficaces.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un contrat de filière pour les déchets

Un contrat de filière pour les déchets

Le financement est estimé à 4,5 milliards d'euros jusqu'en 2025 pour atteindre les objectifs. -   Pour diviser par deux les volumes mis en décharge et recycler 100% des plastiques en 2025, il faut mobiliser[…]

Ineos choisit Anvers

Ineos choisit Anvers

7,5 millions d’euros pour développer le biorecyclage du PET

7,5 millions d’euros pour développer le biorecyclage du PET

Les constructeurs de machines italiens progressent

Les constructeurs de machines italiens progressent

Plus d'articles