Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Pas de trêve entre bio et oxo

Tiziano Polito
Pas de trêve entre bio et oxo
Les critères de la norme EN 13432 sont au cœur d'une polémique estivale.

Entre attaques virulentes et débats scientifiques, la polémique entre les producteurs de bioplastiques et les fabricants de plastiques oxo-(bio)dégradables n'a pas cessé cet été. Les premiers défendent les critères de la norme EN 13 432 tandis que les seconds les remettent en cause. Pour mémoire, la norme EN 13 432 définit l'aptitude au compostage des matériaux d'emballage. "Il est vital que les revendications sur la biodégradabilité ou la compostabilité soient basées sur des standards acceptés au plan international", indique ainsi Andy Sweetman, président d’European Bioplastics (EPB), dans un communiqué diffusé cet été. L’association européenne des fabricants de bioplastiques s’inquiète des confusions que l’emploi erroné de ces qualificatifs pourrait engendrer auprès des consommateurs, en particulier si un produit, censé être biodégradable ou compostable, se révèle, ensuite, ne pas l’être. D’après l’organisme, seuls les produits conformes aux standards, en particulier les normes internationales ISO 17 088 et EN 13 432, peuvent ensuite arborer les logos sur la compostabilité. "C’est pour ces raisons que nous nous battons vigoureusement contre la tentative de l’industrie oxo-dégradable d’édulcorer les critères de la norme EN 13 432, notamment celle qui consiste à vouloir rallonger le délais de décomposition", explique Andy Sweetman. "La fragmentation n'est pas la même chose que la biodégradation", soutient l'organisme.

Accélérer le processus. La réponse de l'Oxo-biodégradable Plastics Association (OPA) n'a pas tardé. Pointant la violence de l'attaque de l'EPB, Gerald Scott, le président de l'OPA, explique, en substance, que la finalité - la bio-assimilation - des bioplastiques et des oxo-biodégradables est la même, les oxo-biodégradables ayant alors pour avantage d'accélérer le processus. Gerald Scott souligne que les fournisseurs de bioplastiques maintiennent une différence artificielle entre compostabilité et biodégradation dans la norme EN 13 432 en imposant des critères trop élevés au regard des exigences de la nature. Si European Bioplastics emploie le terme d'oxo-dégradable, OPA emploie bien le terme d'oxo-biodégradable. Le sujet est d’autant plus sensible que la terminologie, les logos et le pourcentage de matière végétale présent dans les bioplastiques sont au centre d’un projet de norme, actuellement en cours de discussion au niveau européen.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Formation : le packaging tient ses BUT

Profession

Formation : le packaging tient ses BUT

La réforme LMD entraîne un nouveau bouleversement en septembre 2021 avec la disparition des DUT. - Dans le prolongement de la réforme européenne des licences, masters et doctorats (LMD) et du système[…]

25/02/2021 | Formation
3D Print se dédouble

Profession

3D Print se dédouble

Cyclyx entre collecte et recyclage des déchets plastique

Economie circulaire

Cyclyx entre collecte et recyclage des déchets plastique

Un directeur du succès client chez Esko

Carnet

Un directeur du succès client chez Esko

Plus d'articles