Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Paris teste le tri à la source des biodéchets

Tiziano Polito
Paris teste le tri à la source des biodéchets

Jérôme Coumet, maire du XIIIe arrondissement.

L’expérimentation, qui concerne les XIIIe et XIVe arrondissements de la capitale ainsi que l’Île-Saint-Denis, durera un an. Elle est portée par le groupe Sphere, qui fournit les sacs compostables, et les Alchimistes, qui gère la collecte des déchets et leur transformation en compost. - 

 

Paris croit au compostage en tant que mode de valorisation des déchets ménagers. En témoignent les nombreuses initiatives menées à ce jour dans ce domaine dans la capitale. « Toutes les solutions doivent être tentées, il faut ensuite essayer de garder les bonnes et avoir le courage d’écarter celles qui ne fonctionnent pas », expliquait hier, 14 septembre, Jérôme Coumet, maire du XIIIe arrondissement lors de la présentation de l'expérimentation de tri et de collecte des déchets alimentaires de particuliers dans trois quartiers de l’agglomération parisienne qui avait lieu au Centre Paris Anim' René Goscinny dans le sud de la capitale. Sont intéressés les XIIIe et XIVe arrondissements de Paris et l’Île-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

L’opération durera un an, l’objectif étant de réaliser une étude sur le retour d’expérience des 3200 foyers qui auront participé en septembre 2022. Le groupe Sphere et les Alchimistes portent le projet. Le premier fournit les sacs, compostables à domicile, qui permettent de recueillir la fraction fermentescible des poubelles composées d’épluchures de fruits et légumes, mais aussi de restes de pâtes, riz, viande, poisson, susceptibles d’être valorisés de la sorte, quand le second s’occupe de récupérer ces déchets et de les transporter dans son centre de traitement de Chilly-Mazarin, dans l’Essonne, à une quinzaine de kilomètres de là, pour les transformer en compost organique.

La France est en retard 

« D’ici à 2024, tous les Français devront disposer de solutions pratiques de tri à la source de leurs biodéchets, représentant actuellement 30% du contenu de leur poubelle », indique John Persenda, Pdg de Sphere. Et d’ajouter : « La France est très en retard par rapport aux autres pays européens, il est inconcevable, sur le plan environnemental, que l’on dépense encore de l’énergie pour brûler ces déchets qui contiennent 80% d’eau. »

L’expérimentation se base sur l’apport volontaire des déchets dans des points de collecte situés près des lieux de vie dans les quartiers : habitations, écoles, commerces… Les habitants seront dotés de rouleaux de sacs compostables Alfapac – l’une des marques de Sphere – et d’un bioseau ajouré. Ils sont invités à les déposer dans des bornes « connectées », gérées par les Alchimistes. Présents lors de la présentation, les collectifs d’habitants semblent apprécier le dispositif, notamment la présence de ces bornes « qui permettent de déposer les déchets à toute heure de la journée et de la nuit sans devoir attendre le jour de la collecte ».  

 

 

  

 

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


offres d’emploi
Toutes les offres d’emploi
PREPARATEUR DE COMMANDES H/F

Saint-Pierre-en-Faucigny

Responsable logistique H/F

Charleville-Mézières

Nous vous recommandons

L’économie circulaire au menu du LNE

Profession

L’économie circulaire au menu du LNE

Le rendez-vous annuel du LNE sur l’emballage aura lieu le 12 octobre en visioconférence. - « Emballage et économie circulaire : répondre aux enjeux de demain », tel est le thème du[…]

NatureWorks débloque 600 millions de dollars pour sa nouvelle usine thaïlandaise

Investissements

NatureWorks débloque 600 millions de dollars pour sa nouvelle usine thaïlandaise

Craemer montre ses muscles

Craemer montre ses muscles

23 000 visiteurs à la SITL

Rendez-vous

23 000 visiteurs à la SITL

Plus d'articles