Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Entretien

« Nous voulons nous positionner à l’intersection du numérique et de l’offset », déclare Frédéric Pambianchi, DG de Koenig & Bauer France

« Nous voulons nous positionner à l’intersection du numérique et de l’offset », déclare Frédéric Pambianchi, DG de Koenig & Bauer France

Frédéric Pambianchi.

Leader en France dans l’impression d’étuis en carton, Koenig & Bauer veut devenir un fournisseur de lignes complètes pour l’emballage. Cette stratégie passe par un élargissement de l’offre dans la transformation, l’entrée sur le marché du carton ondulé et le développement de l’impression numérique. Explications avec Frédéric Pambianchi, le nouveau directeur de la filiale française. -

 

 

La prochaine Drupa, prévue fin mai à Düsseldorf (Allemagne) et finalement reportée à l’an prochain pour cause de Covid-19, s’apprêtait à consacrer l’intérêt des équipementiers de l’impression pour l’emballage, un marché qui, contrairement à l’édition et au commercial, ne baisse pas. En coulisses, les manœuvres ont déjà commencé. Parmi les leaders de l’offset, avec un chiffre d’affaires de 1,2 milliard d’euros dont 40% dans l’emballage, et très présent chez les cartonniers français, Koenig & Bauer a l’ambition de devenir un fournisseur de lignes complètes, de l’impression jusqu’au pliage-collage en passant par l’ennoblissement et la découpe. Le groupe allemand s’attaque aussi au carton ondulé et parie sur l’impression numérique, fort de sa nouvelle alliance avec l’italien Durst. 

Emballages Magazine : Vous avez été très actifs sur le front des rachats au cours de ces dernières années. Duran dans le pliage-collage, Flexotecnica dans l’impression bobine-bobine, Iberica dans la découpe font partie de vos plus belles prises depuis 2013. Jusqu’où voulez-vous aller ? 

Frédéric Pambianchi : L’orientation packaging est très nette. Notre ambition n’est ni plus ni moins que de devenir un multispécialiste de l’emballage, avec une offre qui commence par les machines d’impression et va jusqu’à l’étui fini, en passant par la découpe, le collage-pliage. Cela implique de posséder des compétences qui vont au-delà de notre héritage historique qu’est l’offset, pour aller nous intéresser à d’autres technologies, autant dans l’impression que dans la transformation. Dans le façonnage, nous allons intégrer dix-huit nouvelles machines dans notre portefeuille produits, que ce soit dans la découpe rotative, à plat et le pliage-collage. Nous nous attaquons aussi au carton ondulé, qui constitue un segment en expansion chez nous, avec une offre sur mesure, autant pour ce qui concerne l’impression que le façonnage avec, respectivement, la CorruJet (NDLR : ci-dessous), la CorruFlex, la Durst SPC 130 et la CorruCut.

 

" Le temps est venu pour qu’il y ait un peu plus de concurrence " 

Voulez-vous concurrencer Bobst, leader incontesté dans la transformation de carton plat et intouchable dans le carton ondulé ? 

Nous avons beaucoup de[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

En route pour l’Oscar de l’emballage

Profession

En route pour l’Oscar de l’emballage

Afin d’éviter un éventuel couvre-feu, la cérémonie du 23 novembre doit se tenir en journée. Après la réunion du comité de pilotage le 13 et les quatre jurys du 20 octobre,[…]

Pas d’affichage environnemental pour l’emballage seul

Profession

Pas d’affichage environnemental pour l’emballage seul

La Sicile s'attaque au plastique

Profession

La Sicile s'attaque au plastique

Le PLA de Grandpuits ne plaît pas à la CGT

Social

Le PLA de Grandpuits ne plaît pas à la CGT

Plus d'articles