Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Mecaplastic se réorganise et se concentre sur l'international

Tiziano Polito
Afin de relancer ses thermoformeuses et ses operculeuses, le Français réorganise sa production et différencie son offre. Son objectif prioritaire devient maintenant le développement de ses ventes à l'international.

Nous n'avons pas vraiment le choix. Afin de nous développer, à l'avenir, au moins 60 % de notre chiffre d'affaires devra provenir de l'export », explique Pierre-Yves Berthe, directeur général de Mecaplastic. Le challenge est de taille. Car si le constructeur de machines d'operculage et de thermoformage possède une très bonne notoriété sur le marché français - notamment sur le segment des operculeuses où il revendique le leadership national -, sa réputation reste encore à faire à l'étranger, où il se heurte à des concurrents de l'envergure de Multivac, Sealpac ou CFS. En 2007, le constructeur français n'aura ainsi réalisé que 3 millions d'euros de chiffre d'affaires à l'export sur un total de 24 millions d'euros.

Métier complémentaire

Mecaplastic semble pourtant s'être donné les moyens de ses ambitions. Voilà maintenant deux ans qu'il a entamé une mutation portant à la fois sur l'actionnariat - avec la montée en puissance de la famille Berthe (groupe Promoplast), aujourd'hui propriétaire de 100 % du capital - et sur l'organisation industrielle. Le rachat des dernières parts de Patrick Robache, fils du fondateur de l'entreprise, en février 2008, scelle l'intégration de Mecaplastic dans Promoplast, un groupe présent, grâce à sa filiale Nutripack, sur un métier complémentaire - les barquettes injectées - et plus largement tourné vers l'international. Quant aux activités industrielles, elles ont été réorganisées, ce qui ne s'est pas fait sans douleur. Le site historique de Champigny (assemblage de thermoformeuses), dans le Val-de-Marne, et celui d'Elton en Espagne (thermoformeuses pour produits laitiers) ont été fermés et leurs activités rapatriées à Pouzauges (Vendée), devenu le nouveau siège du groupe. Surtout, Mecaplastic a revu sa façon d'envisager le métier de constructeur de machines. Les activités d'usinage qui étaient jusque là sous-traitées, par exemple la fabrication d'outillages et de châssis, ont été internalisées. « Nous allons poursuivre sur cette voie afin de gagner en souplesse et améliorer encore notre structure de coûts », remarque Rodolphe Schiering, directeur commercial. Les résultats sont au rendez-vous. Près de 1 000 outillages sont sortis de ses ateliers en 2007 contre 300 en 2005. L'entreprise a aussi réduit ses délais de livraison à 4 semaines pour les operculeuses et 4 mois pour les thermoformeuses. Elle espère faire mieux dans les mois à venir.

Manque de place

Pour en arriver là, Mecaplastic a massivement investi dans l'usine de Pouzauges avec l'achat de 4 centres d'usinage dont un, robotisé, pouvant travailler en 3 x 8 et l'intégration d'un Kardex de 8 mètres de haut qui lui permet de stocker « en dynamique » pièces et composants. D'autres investissements devraient suivre. Mais le manque de place commence à se faire sentir. L'entreprise envisage ainsi de réaliser, dès 2009, une extension soit, carrément, de construire une nouvelle usine sur un terrain de 30 000 m2.

Deux gros chantiers sont en cours : la redéfinition de l'offre produit et le développement à l'international. Mecaplastic a beaucoup avancé sur le premier dossier. Il s'apprête en effet à lancer, dès la rentrée, trois thermoformeuses et six nouvelles operculeuses afin de couvrir des segments de marché sur lesquels il était absent. « Cette refonte de la gamme nous permettra de répondre à toutes les applications en termes de cadences et de produits », note Rodolphe Schiering.

Le développement à l'étranger passe par une consolidation des activités au Royaume-Uni et en Espagne - où Mecaplastic possède deux filiales - et le renforcement de sa présence dans le reste de l'Europe et au grand export, notamment dans des pays comme l'Australie où l'entreprise est déjà bien implantée. Les moyens mis en oeuvre ? Essentiellement des partenariats avec des distributeurs même si, confie Pierre-Yves Berthe, « des opérations de croissance externe ne sont nullement à exclure ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


offres d’emploi
Toutes les offres d’emploi
PREPARATEUR DE COMMANDES

Saint-Pierre-en-Faucigny

Responsable logistique H/F

Charleville-Mézières

Nous vous recommandons

Vrac, polystyrène, échantillons et réemploi au menu de la loi Climat

Economie circulaire

Vrac, polystyrène, échantillons et réemploi au menu de la loi Climat

Le Parlement a définitivement adopté le projet de loi Climat et résilience. Les articles 11, 11 bis et 12 concernent plus particulièrement les emballages avec des échéances en 2025 ou en 2030. - Le[…]

Rovip et Millet-Forestier créent Hyléance

Exclusif

Rovip et Millet-Forestier créent Hyléance

L’empaquetage de l’Arc de triomphe est lancé

Profession

L’empaquetage de l’Arc de triomphe est lancé

Progroup bat un record dans l’ondulé

Carnet

Progroup bat un record dans l’ondulé

Plus d'articles