Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Profession

Les spiritueux « vent debout » contre la consigne du verre

Les spiritueux « vent debout » contre la consigne du verre

Emmanuel Macron est en première ligne sur le projet de loi.

Le projet de loi dit Climat et résilience a été présenté en Conseil des ministres le mercredi 10 février. -

Est-ce le prélude à nouvelles batailles homériques ? Après plusieurs passages devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese), le Conseil national de la transition écologique (CNTE) et la présentation en conseil des ministres le mercredi 10 février, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, doit désormais défendre le projet de loi dit Climat et résilience devant le Parlement. Issu des travaux de la Convention citoyenne pour le climat (CCC) avec pour ambition transversale une baisse des émissions des gaz à effet de serre (GES) de -40 % en 2030 par rapport à 1990, le texte de 69 articles, structuré en plusieurs volets, du bâtiment aux transports en passant par la publicité, l’énergie ou la consommation, comprend des mesures concernant directement et indirectement l’emballage. Avec en particulier la restriction de la distribution des échantillons, un taux de 20% de vrac imposé aux grandes et moyennes surfaces (GMS), la mise au point d’un affichage environnemental et la généralisation de la consigne pour réemploi des bouteilles, pots, bocaux et flacons en verre.

Libre circulation des marchandises

« Vent debout » comme le rapporte le quotidien économique Les Echos le 10 février, la Fédération française des spiritueux (FFS), présidé par Jean-Pierre Cointreau, a déjà fait connaître son opposition totale à cette dernière mesure formulée dans l’article 12. Une mesure qui doit entrer en vigueur en 2025. Les arguments opposés sont classiques. Lancé dans les années 1970, le recyclage a, tout d’abord, démontré son intérêt avec un taux de 78% en 2020. La gestion de la consigne représente ensuite un coût rédhibitoire, génère des émissions liées au transport de contenants vides sur de grandes distances ainsi qu’une grande complexité quand elle est appliquée à l’ensemble du territoire. La consigne constitue enfin une atteinte à la libre circulation des marchandises : la France exporte la moitié de sa production et importe la moitié de sa consommation. Si les bouteilles devaient être standardisées pour simplifier les flux, les marques perdraient alors l’outil de différentiation indispensable que[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Vrac, polystyrène, échantillons et réemploi au menu de la loi Climat

Economie circulaire

Vrac, polystyrène, échantillons et réemploi au menu de la loi Climat

Le Parlement a définitivement adopté le projet de loi Climat et résilience. Les articles 11, 11 bis et 12 concernent plus particulièrement les emballages avec des échéances en 2025 ou en 2030. - Le[…]

Rovip et Millet-Forestier créent Hyléance

Exclusif

Rovip et Millet-Forestier créent Hyléance

L’empaquetage de l’Arc de triomphe est lancé

Profession

L’empaquetage de l’Arc de triomphe est lancé

Progroup bat un record dans l’ondulé

Carnet

Progroup bat un record dans l’ondulé

Plus d'articles