Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Henri Saporta

Une étude de TNS Sofres montre que les consignes actuelles ne sont pas comprises. -

Ce n'est pas nouveau ! La question du tri des emballages en plastique est un véritable serpent de mer. Difficile de demander aux consommateurs de distinguer le polystyrène (PS) du polyéthylène (PE) ou encore le polyéthylène téréphtalate (PET) de l'acide polylactique (PLA) ou du polyéthylène haute densité (PEHD). Dans le même temps, les industriels ont besoin de flux de matières bien identifiés pour pouvoir recycler des plastiques qui sont incompatibles entre eux. Dans un premier temps, la solution intermédiaire a donc été de concentrer le tri sur les bouteilles et flacons - les corps creux - en PET et PEHD. Quitte à brouiller le message global sur le tri des emballages : pourquoi une bouteille et pas un pot de yaourt ou une barquette ? Menée sur ce sujet pour Eco-Emballages et l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), le volet "Consommateur" d'une étude de TNS Sofres de novembre 2009 intitulée "Étude sur l’opportunité du tri et du[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Un contrat de filière pour les déchets

Un contrat de filière pour les déchets

Le financement est estimé à 4,5 milliards d'euros jusqu'en 2025 pour atteindre les objectifs. -   Pour diviser par deux les volumes mis en décharge et recycler 100% des plastiques en 2025, il faut mobiliser[…]

Ineos choisit Anvers

Ineos choisit Anvers

7,5 millions d’euros pour développer le biorecyclage du PET

7,5 millions d’euros pour développer le biorecyclage du PET

Les constructeurs de machines italiens progressent

Les constructeurs de machines italiens progressent

Plus d'articles