Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Les barquettes

SOPHIE BILLON
Emballages pratiques et très répandus, les barquettes comptent la majorité de leurs applications dans l'alimentaire frais. Elle deviennent de plus en plus techniques et gagnent en valeur ajoutée. Le développement des biomatériaux dynamise également le marché.

Utilisée essentiellement dans l'alimentaire frais, la barquette est l'emballage privilégié pour présenter et protéger les produits de charcuterie, de boucherie, les plats cuisinés et salades, les produits de boulangerie et de pâtisserie, mais également les surgelés, les produits laitiers et de la mer, sans oublier les fruits et légumes. A noter quelques applications aussi pour le regroupement de petites pièces industrielles et, plus rarement, dans l'univers médical et cosmétique. Leurs formes, tailles, couleurs et systèmes de fermeture sont variés et peuvent être déclinés quasiment à l'infini. Les barquettes sont en bois, en aluminium, en carton ou en matière plastique et, plus précisément, en polyéthylène téréphtalate (PET), polystyrène expansé (PSE), polychlorure de vinyle (PVC), polypropylène expansé ou non (PS et PSE).

Vers une plus grande complexité

Thermoformées à partir de films pour les contenances moyennes dans une majorité des cas, injectées pour plus de rigidité ou plus rarement moulées, les barquettes en matière plastique sont dynamisées par les modes de vie nomade, le prêt-à-consommer, l'individualisation des repas... Incontestablement, depuis quelques années, la barquette se complexifie. De plus, l'utilisation du four à micro-ondes et le conditionnement sous vide, sous atmosphère protectrice, l'a fait évoluer en rallongeant la durée de conservation des aliments qu'elle contient, de même que la multiplication des fonctionnalités comme l'ouverture facile. La barquette sécable, permettant une consommation fractionnée, a aussi la cote. Elle est de plus en plus souvent en carton, concurrençant l'aluminium, car elle offre des possibilités de cuisson dans l'emballage. Bien que très en vogue, la barquette en bois ne représente qu'une part infime du marché. Elle se positionne comme un emballage très qualitatif et capitalise sur son image traditionnelle.

Par ailleurs, l'impression est longtemps restée basique, mais le besoin croissant de se démarquer en linéaires a changé la donne et le soin apporté au facing est croissant, augmentant ainsi le niveau d'exigence du rendu.

De plus, les résines telles que les polypropylènes résistent mieux à la chaleur, et permettent une pasteurisation flash ou une stérilisation. Aspect soyeux, résistance au four à micro-ondes, isolant thermique, le design se complexifie également le film doit être malléable tout en conservant ses qualités de résistance.

L'avenir aux matériaux verts ?

Le marché des barquettes peut également compter sur le développement des biomatériaux pour assurer son dynamisme. En effet, de nombreuses applications ont vu le jour à base de polylactique (PLA) ou de polypropylène téréphtalate amorphe (APET) et, plus récemment, en bambou ou à base de fibres issues de la canne à sucre. Ces barquettes peuvent posséder les mêmes caractéristiques - résistance à l'eau, aux contenus gras - que d'autres en matériaux « non verts ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

L’Amba demande à Trump de réactiver les droits de douane sur les moules chinois

Profession

L’Amba demande à Trump de réactiver les droits de douane sur les moules chinois

L’association de moulistes américains déplore une baisse de l’activité à la suite de l’annulation de la mesure, à la fin de l’année dernière. - L’American Mould[…]

Manut-LM voit plus grand à Ancenis

Investissements

Manut-LM voit plus grand à Ancenis

Revue d’activités chez Crown

Stratégie

Revue d’activités chez Crown

Une rencontre Ecotech sur les plastiques et emballages

Profession

Une rencontre Ecotech sur les plastiques et emballages

Plus d'articles