Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Economie circulaire

Le recyclage en quête d'un second souffle

Henri Saporta
Le recyclage en quête d'un second souffle

Eco-Emballages annonce que le taux de recyclage des emballages ménagers a stagné à 67% entre 2011 et 2012. -

Une bonne et une mauvaise nouvelle. Lors de la présentation du bilan du tri et du recyclage pour l'année 2012, Éric Brac de La Perrière a annoncé une - très - mauvaise nouvelle. Le directeur général d'Eco-Emballages, organisme agréé pour la valorisation des emballages ménagers, a en effet indiqué que le taux de recyclage s'était stabilisé à 67% entre 2011 et 2012. Ce taux était de 63% en 2009. En termes de matériaux, l'acier reste en tête avec un taux de 97%, devant le verre (86%), les papiers-cartons (67%), les bouteilles et flacons en plastique (49%), les emballages en carton pour liquides alimentaires (45%) et l'aluminium (32%). Les trois points de croissance enregistrés entre 2010 et 2011 paraissent désormais très loin. Et les 75% de recyclage fixés par le Grenelle de l'Environnement ne seront atteints qu'en 2020 si la tendance ne s'inverse pas. Cette contre-performance est d'autant plus une mauvaise nouvelle que le taux de couverture "les coûts nets de référence d'un service de collecte et de tri optimisé", lui, a encore augmenté pour atteindre 75%. "Le Grenelle de l'environnement fixe un taux de couverture de 80% pour un taux de recyclage de 75%. Il n'y a donc plus de corrélation entre la performance de tri qui stagne et les soutiens qui augmentent", résume Éric Brac. Entre 2010 et 2012, les tonnages ont progressé de 7% alors que les soutiens ont augmenté de 34% à 549 millions d'euros sur un total de 653 millions d'euros de contribution. Si les solutions pour sortir de ce marasme existent, elles ne semblent pas si faciles à mettre en œuvre. Entre 2005 et 2011, quelque 36 millions d'euros ont été dépensés en études sur l'optimisation des collectes. En vain...  

 

Propositions

Pour Eco-Emballages, les collectivités territoriales devraient pouvoir affecter un coût à un résultat pour mettre en place des solutions d'optimisation. Mais rares sont les collectivités qui disposent d'une comptabilité analytique. En outre, collecte et tri des emballages font rarement l'objet d'un budget séparé. L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), avec sa Matrice d'analyse des coûts, et Eco-Emballages, avec son E-DD, proposent toutefois leur propre outil d'analyse de la performance. Depuis le mois de juin, une passerelle informatique permet d'ailleurs de faire communiquer les deux outils.  "Nous souhaitons développer des partenariats plus étroits avec les territoires", souligne Eric Brac. Par conséquent, faut-il faire évoluer les missions d'Eco-Emballages ? Le directeur général de l'éco-organisme se garde bien de répondre. Mais des actions[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Un label Solar Impulse pour IpCube

Un label Solar Impulse pour IpCube

L’entreprise commercialise "un photocopieur de palettes". - Une belle  image plutôt qu’un long discours : IP3 Concept indique avoir inventé le « photocopieur de palettes ».[…]

Josso cédé à ses cadres

Acquisitions

Josso cédé à ses cadres

Stratasys rend plus réaliste le prototypage d’emballages

Technologie

Stratasys rend plus réaliste le prototypage d’emballages

Un plaidoyer de la Fnade pour le recyclage des papiers

Profession

Un plaidoyer de la Fnade pour le recyclage des papiers

Plus d'articles