Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Sécurité sanitaire

Le bisphénol B est aussi un perturbateur endocrinien

Arnaud Jadoul
Le bisphénol B est aussi un perturbateur endocrinien

L’Anses propose de classer comme substance extrêmement préoccupante le BPB, parfois utilisé comme alternative au BPA. -

Utilisé dans certains pays hors Union européenne (UE), aux États-Unis notamment, comme alternative au bisphénol A (BPA), le bisphénol B (BPB) présente des propriétés endocriniennes similaires à cette substance, voire légèrement plus prononcées, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses). Aussi l’Agence propose-t-elle d’identifier le BPB en tant que substance extrêmement préoccupante dans le règlement européen Reach, à l’instar du BPA. « Cette classification vise à éviter les utilisations industrielles de cette substance chimique sur le continent européen en remplacement du bisphénol A, et à obliger les importateurs d’articles de consommation à déclarer sa présence dès qu’il dépasse un seuil de 0,1% dans leur composition », indique-t-elle dans un communiqué.

Additif indirect aux États-Unis

L’Anses a constaté que le BPB est employé comme substitut à certains usages du BPA et du BPS dans certains pays hors UE. Aux États-Unis, il est même enregistré comme additif indirect pour certains revêtements et polymères en contact avec les aliments. « Bien que non enregistré dans le cadre du règlement Reach pour être fabriqué ou utilisé comme substance chimique en Europe, on le retrouve dans des échantillons biologiques de populations européennes ainsi que dans des milieux environnementaux en Chine », ajoute-t-elle.

Effets plus prononcés

Or, dans le cadre de la Stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens, et « sur la base des données scientifiques disponibles », l’Anses a établi que « cette substance remplit tous les critères de danger pour être définie en tant que perturbateur endocrinien » selon la définition de l’Organisation mondiale de la santé et les recommandations de 2013 de la Commission européenne. En effet, le BPB présente, entre autres, une activité œstrogénique et altère le système reproducteur mâle, avec un lien « biologiquement plausible » entre les deux. Sur les rongeurs et les poissons, les effets observés « sont similaires voire légèrement plus prononcés à dose équivalente » à ceux du BPA. Le BPB « peut ainsi conduire à des effets sévères pour la santé humaine et peut altérer la stabilité des espèces dans l’environnement », conclut l’Anses. L’analogie avec le BPA montre en outre que le BPB peut probablement induire d’autres effets, par exemple sur la reproduction femelle ou le métabolisme. L’Anses ajoute que cette approche pourra être « étendue à d’autres bisphénols présentant des structures chimiques et effets similaires » aux BPA et BPB.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Bobst améliore le pliage-collage des étuis

Technologie

Bobst améliore le pliage-collage des étuis

Dernière-née dans la gamme Masterfold, la 75/110 fait la part belle à la rapidité et à la précision. - Leader incontesté sur le marché du pliage-collage des étuis en carton compact,[…]

21/04/2021 | Carton platImpression
Le polystyrène recyclé selon le procédé de Recycling Technologies

Economie circulaire

Le polystyrène recyclé selon le procédé de Recycling Technologies

Un projet de recyclage chimique en Suède

Economie circulaire

Un projet de recyclage chimique en Suède

LyondellBasell lance la gamme Circulen

Economie circulaire

LyondellBasell lance la gamme Circulen

Plus d'articles