Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

La survie des recycleurs de plastique en jeu

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
La survie des recycleurs de plastique en jeu

Le gisement du PET est le seul relativement épargné.

© FPR

Pris entre la baisse des commandes et la chute des cours du pétrole, les industriels du recyclage du plastique appellent au soutien de la demande de plastiques recyclés. -

Par un communiqué très alarmiste, la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) alerte sur la « double peine » à laquelle ses adhérents du secteur des plastiques sont actuellement soumis et qui « met en péril leur pérennité ». En effet, ils sont confrontés à l’effondrement des commandes des marchés du bâtiment, de l’emballage non alimentaire et de l’automobile notamment, en berne en raison de la pandémie de Covid-19, et à la perte de compétitivité des résines issues du recyclage face aux plastiques vierges, favorisés par la chute du prix du baril de pétrole. Alors que la majorité des acteurs « ont répondu à l’appel du gouvernement incitant les activités essentielles à se poursuivre » et s’étaient organisés pour « continuer à assurer et maintenir leurs prestations dans le strict respect des règles sanitaires indispensables à la protection de leurs personnels », souligne Federec, qui précise que, mi-mai, « 80% de ces activités tournent à volume normal ». En outre, cette situation pourrait s’établir durablement, accentuant « le risque de voir les commandes de matières plastique issues du recyclage se stabiliser à un niveau et à un prix incompatibles avec le maintien des activités ».

Bonus-malus et obligations d’incorporation

Dans ces conditions, les recycleurs demandent des incitations structurelles « fortes et rapides pour favoriser ou imposer la consommation » de matières recyclées « en substitut de résines fossiles » plutôt que des aides conjoncturelles. L’objectif est de « maintenir et déployer les filières de recyclage, développer les applications en boucles fermées ». Dans le prolongement de l’arsenal de la loi Antigaspillage pour une économie circulaire, Federec suggère deux types de disposition : des bonus-malus et des obligations d’incorporation.

Les bonus-malus seraient « fixés à des niveaux réellement incitatifs dans le cadre des régimes de responsabilité élargie des producteurs (REP) », en particulier les REP emballages ménagers ainsi que les futures REP bâtiment et travaux publics (BTP) et déchets industriels et commerciaux (DEIC).

Pour dynamiser la demande, la deuxième proposition consiste à imposer des taux d’incorporation de matières plastique issues du recyclage dans les produits finis, à l’image de l’obligation instaurée pour le polyéthylène téréphtalate recyclé (rPET) dans les emballages pour boisson. Federec considère que ce modèle est le seul fonctionnant puisque « le seul gisement relativement épargné est le PET issu des collectes sélectives », la consommation de rPET étant notamment soutenue par l’obligation d’en incorporer 25% dans ces emballages à compter de 2025. L’organisation professionnelle se prononce pour un taux d’intégration de 50% de polyéthylène haute densité (PEhd) dans les applications du bâtiment telles que les tubes et canalisations, et de 15% de polypropylène (PP) recyclé dans les emballages industriels non alimentaires et les pots horticoles. « Ces obligations d’incorporation s’entendent à l’exclusion des cas dans lesquels les normes applicables interdisent l’utilisation de matières recyclées », précise Federec, qui invite néanmoins à engager rapidement la réévaluation de ces normes.

Federec représente un millier d’entreprises, un chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros, près de 29 000 emplois directs et 107 millions de tonnes collectées.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Lactips lève 13 millions

Investissements

Lactips lève 13 millions

Le spécialiste des films hydrosolubles compte produire 10 000 tonnes dans sa première usine. - Au terme d’un nouveau tour de table, le français Lactips a clôturé une augmentation de capital de 13 millions[…]

« Nous voulons nous positionner à l’intersection du numérique et de l’offset », déclare Frédéric Pambianchi, DG de Koenig & Bauer France

Entretien

« Nous voulons nous positionner à l’intersection du numérique et de l’offset », déclare Frédéric Pambianchi, DG de Koenig & Bauer France

LivingPackets lance la production de The Box

Economie circulaire

LivingPackets lance la production de The Box

Efi vend une nouvelle imprimante jet d’encre pour le carton ondulé

Investissements

Efi vend une nouvelle imprimante jet d’encre pour le carton ondulé

Plus d'articles