Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Economie circulaire

« La question de l’apport du plastique n’a jamais été posée », estime le député François-Michel Lambert

« La question de l’apport du plastique n’a jamais été posée », estime le député François-Michel Lambert

Pour François-Michel Lambert, le rôle que vient de jouer le plastique à usage unique dans la crise rend caduc un pan entier de la loi sur l’économie circulaire. Le député écologiste des Bouches-du-Rhône et président de l’Institut de l’économie circulaire plaide pour une approche plus pragmatique fondée sur un objectif « zéro plastique pétrole en 2030 ».

Propos recueillis par Fabian Tubiana (Plastiques & Caoutchoucs Magazine).

En mars 2019, le député écologiste François-Michel Lambert (parti Liberté écologie fraternité) présentait une stratégie plastique, avec l’ambition de supprimer le matériau d’origine fossile à l’horizon 2040. Partisan d’une meilleure maîtrise du plastique et de ses usages, et très critique vis-à-vis de la loi Antigaspillage pour une économie circulaire, qu’il considère être une loi de « gestion des pollutions du quotidien » et trop dans « l’idéologie caricaturale », il veut avancer l’objectif à 2030 et renouvelle son idée de création d’une agence nationale du plastique.

PCM : Brune Poirson ne compte pas aménager le calendrier d’entrée en vigueur des mesures de la loi économie circulaire, et notamment celles qui ont trait aux emballages plastique à usage unique. Cela vous semble-t-il tenable en dépit de la crise sanitaire et économique ?

François-Michel Lambert : Quelques mois après la promulgation de la loi Antigaspillage pour une économie circulaire, un pan entier de cette loi est déjà à terre. Le plastique à usage unique vient de faire la démonstration de son rôle crucial pour sauver des vies, pour permettre à une partie de l’économie de continuer à servir les citoyens. Dans notre société l’idéologie est, sans conteste, bien mieux relayée médiatiquement que le pragmatisme. A contrario, comme je l’ai maintes fois exprimé pendant les débats, et même avant, j’aurais souhaité que l’on ait une méthode et un objectif sur la maîtrise du plastique. Jamais ou presque la question n’a été posée quant à l’apport du plastique dans notre société. Jamais ou presque le sujet de la maîtrise d’un matériau n’a été mis en avant. Il s’agit de faire croire que notre société peut ne plus avoir de plastique à usage unique, comme si nous avions dit que l’on ne voulait plus de voiture individuelle. D’ailleurs, je note qu’en 2040 ce gouvernement a décidé non pas d’interdire la voiture individuelle, mais son énergie à base de carburants fossiles. Pourquoi la même logique n’a pas pu se mettre en œuvre pour le plastique ? Parce que le cadre du débat, d’échanges entre divers intérêts, est plus mature au sein de l’industrie automobile. Nicolas Hulot a travaillé avec les constructeurs et leur a dit : « Nous devons sortir[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

En route pour l’Oscar de l’emballage

Profession

En route pour l’Oscar de l’emballage

Afin d’éviter un éventuel couvre-feu, la cérémonie du 23 novembre doit se tenir en journée. Après la réunion du comité de pilotage le 13 et les quatre jurys du 20 octobre,[…]

Pas d’affichage environnemental pour l’emballage seul

Profession

Pas d’affichage environnemental pour l’emballage seul

La Sicile s'attaque au plastique

Profession

La Sicile s'attaque au plastique

Le PLA de Grandpuits ne plaît pas à la CGT

Social

Le PLA de Grandpuits ne plaît pas à la CGT

Plus d'articles