Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Profession

La plasturgie défend une croissance décarbonée

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
La plasturgie défend une croissance décarbonée

La Fédération de la plasturgie veut "sortir du plastic-bashing".

© © Paprec

La Fédération de la plasturgie et des composites veut doper la filière du recyclage en amont et en aval. -

A l’occasion de la parution du Panorama de la Plasturgie 2015, la Fédération de la plasturgie et des composites a voulu démontrer le potentiel de croissance de cette industrie. Surtout, elle s’engage davantage dans « une démarche éco-responsable ». Dans ce domaine, elle veut « combattre les idées reçues » et « sortir du plastic-bashing », expose Sébastien Petithuguenin, directeur général de Paprec Group et vice-président de l’organisation professionnelle en charge du développement durable. « La France est un leader mondial des technologies de collecte, tri et recyclage, mais cela ne se retrouve pas dans les volumes traités », déplore-t-il. La Fédération souhaite donc tenir un rôle grandissant dans l’accompagnement des industriels « afin qu’ils augmentent de façon significative leur consommation de matières recyclées et que ces dernières ne soient plus exportées en Allemagne ou en Italie ». « Une tonne de matière recyclée représente une économie de CO2 de l’ordre de deux à trois tonnes dans la fabrication des objets plastiques », explique-t-elle. Elle appelle en outre au développement de l’écoconception. Aussi lance-t-elle une étude pour identifier les leviers d’un plan d’action qui sera présenté courant 2016. « Nous pouvons dépasser les objectifs fixés par la loi de transition énergétique, il faut s’appuyer sur la valeur des plastiques et être ambitieux car une croissance décarbonée est possible », lance le dirigeant.

 

Soutien des résines recyclées

La Fédération milite également pour une évolution réglementaire et, dans le cadre d’un réaménagement de la fiscalité des entreprises, pour une augmentation de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) – « autrement dit sur des usages non vertueux comme la mise en décharge », rappelle Sébastien Petithuguenin – afin de « pousser les industriels à incorporer davantage de matière recyclée – 13% aujourd’hui –, développer le marketing de ces produits et prendre en[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

La "Circular Plastics Alliance" est sur les rails

Profession

La "Circular Plastics Alliance" est sur les rails

Sous l’égide de la Commission européenne, l’initiative regroupe une centaine de signataires et vise l’intégration de 10 millions de tonnes de matière recyclée dans tous les produits en[…]

La nanographie débarque en Amérique latine

Investissements

La nanographie débarque en Amérique latine

Les opposants à la consigne satisfaits

Profession

Les opposants à la consigne satisfaits

Des substances nocives dans les trois quarts des produits en plastique de consommation courante

Sécurité sanitaire

Des substances nocives dans les trois quarts des produits en plastique de consommation courante

Plus d'articles