Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

La faisabilité de la dépolymérisation du polystyrène est confirmée

La faisabilité de la dépolymérisation du polystyrène est confirmée

Extrudeuse bivis servant à la dépolymérisation (à l'arrière) et dispositif de condensation.

© Ineos Styrolution

Parvenu à son terme, le projet de recherche ResolVe démontre que la matière première obtenue après consommation constitue une ressource exploitable. -

Le projet de recherche ResolVe est parvenu à son terme. Financé notamment par le ministère allemand de l’Éducation et de la Recherche, et piloté par Ineos Styrolution, le leader mondial des styréniques, en collaboration avec les universités d’Aix-la-Chapelle et Bayreuth (Allemagne), il portait sur le recyclage chimique du polystyrène (PS) et incluait une évaluation commerciale et environnementale du procédé. Sa principale conclusion : la dépolymérisation, c’est-à-dire la décomposition du PS en ses éléments constitutifs, combinée avec la distillation de la matière, permet de produire du PS recyclé répondant aux normes de contact alimentaire.

Huile de styrène

Selon l’équipe de recherche, les travaux ont montré que jusqu'à 75 % de la ressource peut être utilisée pour l'étape de purification et ensuite pour la production d’un nouveau polystyrène. La clé du projet a été l'étude de la composition des déchets et de l'effet sur le rendement du styrène. Les paramètres du procédé les plus pertinents – température, débit massique, temps de séjour et pression du vide – ont été systématiquement permutés. Sur cette base, à une plus grande échelle, l’Institut de la plasturgie d’Aix-la-Chapelle (IKV) a réussi à transformer le polystyrène en huile de styrène. La faisabilité de procédés supplémentaires, y compris le vapocraquage des résidus du traitement, a également été évaluée par la division oléfines et polymères du pétrochimiste Ineos.

Emballages légers et PSE

Les études ont révélé qu'un processus de dépolymérisation stable peut être initié avec une grande variété de matières premières. Les emballages légers et les déchets de polystyrène expansé (PSE) se sont avérés cependant être les ressources les plus appropriées. Si le procédé tolère la contamination par les polyoléfines, des traces contenant du brome subsistent. Pour Norbert Niessner, directeur de la R&D et de la propriété intellectuelle chez Ineos Styrolution, « ce projet a permis de réaliser un rêve. Les résultats démontrent que le polystyrène et la dépolymérisation s'inscrivent parfaitement dans le concept d'économie circulaire. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Le grand enfumage de Flore Berlingen

Editorial

Le grand enfumage de Flore Berlingen

Quand la directrice de Zero Waste France publie un livre promis au pilon… C’est ce qui s’appelle un titre programmatique : Recyclage : le grand enfumage ou Comment l'économie circulaire est devenue l'alibi du[…]

Le PEF se rapproche d’une introduction sur le marché en France

Economie circulaire

Le PEF se rapproche d’une introduction sur le marché en France

Videojet simplifie l’impression des codes

Technologie

Videojet simplifie l’impression des codes

Ondulé : une Pure Performance sur la KM7…

Investissements

Ondulé : une Pure Performance sur la KM7…

Plus d'articles