Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

La demande de plastique vierge commence à ralentir

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
La demande de plastique vierge commence à ralentir

© Elipso

Si la plasturgie se porte bien au niveau mondial, elle se transforme avec un poids croissant de la Chine et une restructuration de la production en Europe. -

+3,9% en 2017, +3,2% en 2018, +2,4% en 2019 : si la production de matières plastiques continue de croître dans le monde, pour atteindre 368 millions de tonnes, elle enregistre une réelle inflexion, selon le bilan de l’année 2019 établi par PlasticsEurope, l’organisation professionnelle des producteurs européens. Surtout, le marché se transforme : la Chine assure désormais 31% de cette production, permettant à l’Asie d’en fournir plus de la moitié, et le démarrage de nouvelles unités basées sur le gaz de schiste en Amérique du Nord porte cette région qui totalise 19%, de la production mondiale soit trois points de plus – et 10 millions de tonnes – que l’Europe. Le Vieux continent, avec 58 millions de tonnes, ne représente plus que 16% de la production mondiale, contre un quart il y a quinze ans.

Baisse de la consommation et déstockage

Ce panorama 2019 se caractérise par un autre fait marquant : stable l’an dernier la demande européenne de plastiques en Europe a légèrement baissé, de 1%, avec un volume de 50,7 millions de tonnes en 2019. Et l’emballage, premier débouché de cette industrie avec une part de 39,5%, dont la moitié pour l'alimentaire, n’y est pas étranger : la demande s’est contractée de 1,2%. Le phénomène s’explique, certes, par une diminution de la consommation, mais aussi par le déstockage provoqué par la chute des prix. En France, où la demande est de 4,8 millions de tonnes, la réduction est de 1,8% par an, en moyenne, depuis deux ans, « générée pour partie par la croissance de l’intégration de matières plastiques recyclées », selon Eric Quenet, directeur de PlasticsEurope pour la France.

Economie circulaire

La fédération professionnelle se félicite cependant d’une nouvelle tendance de fond qui, elle, vient d’Europe : l’économie circulaire. Si la délocalisation de la production et de la demande se poursuit dans la région, « face aux impératifs de l’économie circulaire, les producteurs ont commencé à réorganiser leurs chaînes de production afin d’intégrer, dans leur offre, des matières plastiques recyclées en complément des matières vierges », observe Eric Quenet. Il note une accélération des projets dans le recyclage chimique depuis 2019, en dénombrant une vingtaine en Europe et sept en France, dont ceux de Total dans l’huile de pyrolyse, de Dow dans le polyuréthane et d’Ineos et Trinseo dans le polystyrène, et l’augmentation sensible de l’intégration de recyclé mécanique. « Stratégie sur les plastiques et plan d’action Economie circulaire de la Commission européenne, mise en œuvre de la loi Agec et plan de relance en France, sont autant d’instruments publics propres à dynamiser cette mutation de l’économie des plastiques », ajoute-t-il.

Inquiétudes

L'impact de la pandémie vient néanmoins jeter une ombre sur ce bilan. Confinement et restrictions de circulation ont pesé sur la demande en plastiques et donc leur production, qui a enregistré un repli de 18% au deuxième trimestre. Un recul amplifié par la chute du cours du pétrole, qui s’est traduite par une baisse conjoncturelle des prix des matières plastiques de 10% durant la même période. En France, sur les six premiers mois de 2020, la production est même tombée de 15%. « Ce qui n’a pas empêché les producteurs de répondre « présents » et de continuer à livrer, sans incidents majeurs, leurs clients, dont ceux des secteurs considérés comme essentiels », note Eric Quenet. Qui est préoccupé par la conjoncture : « Le redémarrage de l’activité intervenu en juin restait fragile et de nombreuses incertitudes subsistent avec le reconfinement. A cela s’ajoute des inquiétudes quant à la santé financière des plasturgistes qui pourrait peser sur l’activité, en dépit du plan de relance. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Une mission pour Citeo

Profession

Une mission pour Citeo

L’organisme agréé s’est donné une « raison d’être » afin de « répondre à l’urgence écologique ». « Pour répondre à[…]

Le vrac a son guide

Le vrac a son guide

Les constructeurs italiens exigent le report d'Interpack

Profession

Les constructeurs italiens exigent le report d'Interpack

Marceau vérifie les palettes chez Dossin Entrepôt

Investissements

Marceau vérifie les palettes chez Dossin Entrepôt

Plus d'articles