Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

La Convention citoyenne recale le gouvernement

La Convention citoyenne recale le gouvernement

Dénonçant le passage du « sans filtre » aux « cent filtres », les conventionnels mettent un 3,3/10 au projet de loi dit Climat et résilience.

Et de cinq ! Après le Conseil national de la transition écologique (CNTE), le Conseil économique, social et environnemental (Cese), le Conseil d’Etat et le Haut conseil pour le climat (HCC), la Convention citoyenne pour le climat (CCC) a rendu son verdict le dimanche 28 février. Et il est sans concession : réunis du vendredi au dimanche, les conventionnels ont mis un sévère 3,3/10 à la copie du gouvernement sur une échelle de 0 pour « insatisfaisant » à 10 pour « très satisfaisant ». Issues de leurs travaux, les différentes mesures du projet de loi dit Climat et résilience, qui comporte 69 articles, n’obtiennent jamais la moyenne. Quant à savoir « dans quelle mesure les décisions du gouvernement relatives aux propositions de la CCC permettent-elles de s’approcher de l’objectif fixé » par le président de la République, la note est un pitoyable 2,5. Plusieurs votants n’ont pas fait dans le détail en distribuant les zéros pointés.

Aspect paradoxal

Au terme d’une aventure entamée en octobre 2019, la CCC regrette que le « sans filtre » promis par Emmanuel Macron se soit transformé en « cent filtres » même si le principe du recours à une convention citoyenne est bien « de nature à améliorer la vie démocratique de notre pays » avec 7,7. « Les membres de la convention sont déçus du rendu de leur travail et, en même temps, ils pensent que celui-ci a été utile, c’est un aspect paradoxal », relève Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Le projet de loi doit désormais passer devant le filtre du Parlement en ce mois de mars.

Défenseur de l'environnement 

Pourtant en lien direct avec les travaux de la CCC, un nouveau chantier est lancé en dehors du projet de loi. Députée LREM du Var, Cécile Muschotti a six mois pour évaluer l’intérêt d’un Défenseur de l’environnement. Sur le modèle du Défenseur des droits, cette instance pourrait être une autorité indépendante aux avis consultatifs et sans pouvoirs judiciaires.  

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

LyondellBasell lance la gamme Circulen

Economie circulaire

LyondellBasell lance la gamme Circulen

Ces résines sont issues du recyclage mécanique ou chimique ou de ressources renouvelables. - Le groupe pétrochimique LyondellBasell annonce la commercialisation de la gamme de résines Circulen. Ces produits doivent[…]

Les relocalisations passent par l’emballage et le conditionnement

Profession

Les relocalisations passent par l’emballage et le conditionnement

Bilan satisfaisant pour le P&P Forum

Rendez-vous

Bilan satisfaisant pour le P&P Forum

Matières premières : la situation s’aggrave

Profession

Matières premières : la situation s’aggrave

Plus d'articles