Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

L’UE loin de ses objectifs de recyclage des plastiques

Arnaud Jadoul

Sujets relatifs :

, ,
L’UE loin de ses objectifs de recyclage des plastiques

© MTM Plastics

Selon un document d’analyse de la Cour des comptes européenne, l’Union européenne risque de ne pas être au rendez-vous de ses ambitions en 2025 et 2030. -

Avec les nouvelles règles de calcul des taux de recyclage des différents États membres et le durcissement des conditions d’exportation des déchets plastique par la « convention de Bâle », le taux de recyclage des emballages plastique déclaré pour l’Union européenne (UE) risque de baisser fortement, de 41,9 % actuellement à 29 %, selon un document d’analyse de la Cour des comptes européenne publié le 6 octobre. Loin des ambitions accrues fixées par la nouvelle stratégie sur les matières plastique en 2018, qui vise des taux unifiés de recyclage de 50 % en 2025 et de 55 % en 2030, soit un quasi-doublement des quantités ! À moins d’un « coup d’accélérateur », « l’UE pourra donc difficilement réaliser ce qu’elle souhaite accomplir en l’espace de cinq à dix ans à peine », affirment les auditeurs. « Pour atteindre ses nouveaux objectifs, l’UE devra inverser la situation actuelle, où nous incinérons davantage de déchets que nous n’en recyclons. C’est un défi colossal, précise Samo Jereb, le responsable de l’analyse. En ressuscitant, pour des motifs sanitaires, notre habitude de n’utiliser qu’une fois les produits, la pandémie de Covid nous montre que les matières plastique resteront un pilier de notre économie, mais aussi une menace toujours croissante pour notre environnement. »

Forte baisse des taux déclarés

Dans le détail, l’analyse relève les changements opérés pour faciliter l'atteinte des nouvelles valeurs cibles en matière de recyclage. À commencer par les efforts de l’UE ces dernières années pour remédier aux défauts de son cadre relatif aux déchets d’emballages. La Commission prévoit ainsi de revoir les règles de conception des emballages – les exigences essentielles – qui, pour le moment, sont jugées inapplicables dans la pratique. « Cela pourrait entraîner une amélioration de la conception des emballages en vue de la recyclabilité et encourager le réemploi », indiquent les auditeurs. De même, les nouvelles règles de l'UE visent à harmoniser et à renforcer les régimes de responsabilité élargie des producteurs afin de favoriser véritablement la recyclabilité au lieu d'inciter à un simple allègement des emballages. Lors de la révision de la directive emballages, des critères plus rigoureux ont été mis en place pour le calcul des taux de recyclage afin d’obtenir des données plus fiables, « les chiffres actuels étant loin d'être exacts et comparables d'un État membre à l'autre ». D’où la crainte d’une forte baisse des taux de recyclage déclarés.

Interdiction des transferts de déchets plastique

Le document souligne que le défi est d'autant plus important que la nouvelle « convention de Bâle », qui entrera prochainement en vigueur, durcit les conditions applicables aux transferts de déchets plastique vers des pays tiers. Les États membres sont fortement tributaires de ces derniers pour gérer leurs déchets d'emballages en plastique et atteindre leurs objectifs en matière de recyclage : pour l’ensemble de l’UE, ces transferts sont estimés contribuer pour près d'un tiers au taux de recyclage des emballages en plastique. À partir de janvier 2021, toutefois, la plupart de ces exportations seront interdites. « Compte tenu, en outre, de l'insuffisance de la capacité de traitement de ces déchets dans l'Union européenne, cette interdiction engendre un risque supplémentaire pour l'atteinte des nouvelles valeurs cibles », notent les auditeurs. Sans compter une prévisible augmentation des transferts illégaux ainsi que d'autres infractions à la législation, « contre lesquels le cadre de l'UE n'est pas suffisamment efficace ».

Ampleur du défi

À partir de ces observations, « des défis à relever et des lacunes à combler », « les États membres de l'UE risquent de manquer les nouveaux objectifs », concluent les auditeurs. Alors que, « avec sa nouvelle approche, l'UE a la possibilité de s'assurer un avantage en tant que précurseur et de renforcer sa position de leader mondial du recyclage des emballages en plastique ». La Cour des comptes européenne considère donc qu'« une action décisive et concertée est indispensable si l'on veut que, d'ici à 2030, l'UE multiplie presque par deux la quantité de déchets d'emballages en plastique qu'elle recycle ».

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Futerro démarre son usine de PLA en Chine

Investissements

Futerro démarre son usine de PLA en Chine

L'entreprise belge, qui mise sur le développement de ce bioplastique, dispose désormais d’une installation d’une capacité de 30 000 tonnes annuelles. - Les inaugurations et autres projets de construction[…]

Coala Coversafe élimine les coronavirus

Innovation

Coala Coversafe élimine les coronavirus

Rendez-vous avec la plasturgie le 19 novembre

Profession

Rendez-vous avec la plasturgie le 19 novembre

Tensions sur le prix du bois à palette

Indicateurs

Tensions sur le prix du bois à palette

Plus d'articles