Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

TP

Sujets relatifs :

, ,

L'industrie de l'emballage n'a pas attendu les députés pour s'intéresser aux plastiques biodégradables. Issu du maïs, l'acide polylactique (PLA) présente, par exemple, un potentiel intéressant en termes de débouchés. Le matériau est utilisé dans la fabrication de sachets, de film bi-orienté, de barquettes thermoformées, et, dans un cadre plus limité, de bouteilles. Et voilà que l'italien Coopbox Europe nous propose de l'expanser pour en faire des barquettes alimentaires. Nom de code : Natural Box. « Nous pensons avoir trouvé une alternative écologique au polystyrène expansé (PSE) dans le conditionnement de viandes, légumes et pâtes fraîches », explique Federico Lanzani, responsable recherche et développement (R&D) de l'entreprise établie à Bibbiano, près de Reggio Emilia (Italie). Coopbox Europe ne s'est pas tourné vers le PLA par hasard. Ce spécialiste de l'emballage alimentaire, qui réalise 100 millions d'euros de chiffre d'affaires avec 650 employés, s'est fixé comme objectif de proposer aux industriels des solutions qui sortent un peu des sentiers battus. Au début des années 2000, l'entreprise s'est lancée dans la fabrication de contenants en polyéthylène téréphtalate (PET) expansé. Elle rempile aujourd'hui avec le PLA, qu'elle a réussi à expanser grâce à un procédé de fabrication entièrement développé en interne, dit d'extrusion en « tandem », qui consiste à coupler deux extrudeuses afin d'obtenir une matière très homogène. « Nous avons investi près de 2 millions d'euros et consacré 12 000 heures de travail à ce projet », note Federico Lanzani. Partenaire de cette initiative, le distributeur Coop Italia a déjà testé près de 20 000 Natural Box dans ses magasins. D'autres essais sont en cours pour valider l'étanchéité du scellage de l'opercule - lui aussi en PLA - afin de conditionner les produits sous atmosphère protectrice.Les dates limites de conservation (DLC) pourraient atteindre, en fonction des produits, de 4 à 9 jours. Seul bémol, le prix : la barquette en PLA est encore 50% plus chère que son équivalent en polystyrène. Mais rassure Federico Lanzani : « dès qu'on aura réussi à réduire la densité de la barquette, nous serons plus compétitifs » !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

CBA se repositionne autour du sens et de l'utilité

CBA se repositionne autour du sens et de l'utilité

L’agence de design souhaite se développer autour de l’Empreinte utile, son nouveau concept déposé. – Comment le design peut appuyer le message d’une marque ? C’est à cette question[…]

10/12/2018 | Design
L'ONU renforce sa lutte contre le plastique

L'ONU renforce sa lutte contre le plastique

Vincent Boggio dirige Distriplast

Carnet

Vincent Boggio dirige Distriplast

Videojet limite les erreurs de l’opérateur

Videojet limite les erreurs de l’opérateur

Plus d'articles