Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Entretien

IA : « Chez Omron, nous entrons dans l’ère du réflexe »

Henri Saporta
IA : « Chez Omron, nous entrons dans l’ère du réflexe »

Gilles Gomila est en charge de l'intégration chez Omron.

Emballages Magazine consacre son dossier du mois de mars aux promesses de l’industrie 4.0. Expert de l’intelligence artificielle, Gilles Gomila, en charge de l’intégration chez Omron, développe, avec clarté et pédagogie, les principaux enjeux de cette brique essentielle de la quatrième révolution industrielle.

L’intelligence artificielle est une réalité complexe. Comment l’aborder avec simplicité ?

Plusieurs notions prêtent en effet à confusion quand on parle d’intelligence artificielle ou IA. Chez Omron, nous proposons des présentations et des outils de démonstration pour vulgariser et démystifier tout cela. Le terme « intelligence » est lui-même problématique, car il s’agit avant tout de traitement de données et de statistiques. L’IA renvoie à nombreux concepts dont l’évocation est en vogue, comme « machine learning », « deep learning », « data mining » ou « big data ». Pour faire simple, l’idée générale est qu’un équipement enrichit sa base de connaissances au fur et à mesure des cycles de production. L’auto-apprentissage ou « machine learning » est le principe selon lequel la machine « apprend » et « corrige » sans intervention humaine. On peut encore simplifier en indiquant que l’ingénieur dispose aujourd’hui d’une boîte à outils dans laquelle il pioche en fonction des besoins de l’application. En matière d’intelligence artificielle, la mise au point d’un algorithme spécifique considère les données disponibles, leur fréquence et la vitesse de calcul pour arriver à un résultat fiable. Il y a donc différentes stratégies, suivant le but recherché.

Quels sont les critères de développement de ce nouvel outil au service de l’industrie ?
Sur le strict plan de l’informatique, la puissance de calcul des contrôleurs et la réduction drastique du temps d’accès aux données enregistrées sur les supports de stockage, dont les SSD, sont les deux principales conditions au développement de cette nouvelle technologie prometteuse. L’IA est d’autant plus intéressante que la mesure corrective est rapide. Entre la prise de l’information, son analyse et la réaction, le temps de réponse se compte en quelques millisecondes. L’analogie avec la voiture autonome est très parlante : quand un obstacle est détecté, l’arrêt du véhicule doit être d’autant plus rapide que la vitesse est élevée, sinon, c’est l’accident. Dans l’industrie, c’est pareil. Dans une machine, l’intelligence artificielle peut être comparée au système nerveux du corps humain. Chez Omron, nous entrons dans l’ère du réflexe : les données n’ont pas besoin d’atteindre le Cloud, le cerveau – pour poursuivre l’analogie –, pour qu’une action soit entreprise, nous restons au plus près du process, dans la machine. Dans ce contexte, l’IA est le principal axe de progrès de l’industrie 4.0, car elle apporte une exploitation en temps réel et intelligente des équipements connectés.

« le temps de réponse est le premier critère. » 

Très concrètement, comment se matérialise l’IA pour un opérateur sur ligne ?
Chez Omron, nous distinguons trois niveaux : le « edge » dans la machine, le « fog » à l’échelle de la supervision de l’usine et le Cloud, le fameux « nuage » dont la performance est directement liée au réseau de communication qui sera amélioré par la cinquième génération, la 5G, en cours de développement. Notre expertise nous pousse à privilégier le[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Vrac, polystyrène, échantillons et réemploi au menu de la loi Climat

Economie circulaire

Vrac, polystyrène, échantillons et réemploi au menu de la loi Climat

Le Parlement a définitivement adopté le projet de loi Climat et résilience. Les articles 11, 11 bis et 12 concernent plus particulièrement les emballages avec des échéances en 2025 ou en 2030. - Le[…]

Rovip et Millet-Forestier créent Hyléance

Exclusif

Rovip et Millet-Forestier créent Hyléance

L’empaquetage de l’Arc de triomphe est lancé

Profession

L’empaquetage de l’Arc de triomphe est lancé

Progroup bat un record dans l’ondulé

Carnet

Progroup bat un record dans l’ondulé

Plus d'articles