Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Enquête

Haribo installe une nouvelle fin de ligne à Uzès avec Smurfit Socar

Pour soutenir sa stratégie marketing et commerciale, Haribo, fabricant européen de bonbons gélifiés, investit 900 000 euros dans une nouvelle ligne d'emballage développée avec Smurfit Socar. Le groupe table sur une progression induite de 10 % de sa production.

Leader européen de la fabrication de bonbons et de réglisses, le groupe agroalimentaire allemand Haribo s'est lancé, depuis deux ans, dans une nouvelle politique de développement de ses produits. Très présent au sein de la grande distribution, qui représente près de 90 % de ses ventes françaises, Haribo entend encore conforter ses parts de marché sur ce secteur en développant de nouveaux conditionnements. Cherchant à mieux s'adapter aux exigences de sa clientèle, cette nouvelle ligne commercialisée depuis le début de l'année vaut d'abord par sa praticité. Les produits se présentent désormais sous la forme de cartons standards de 30 unités en sachets ou boîtes en plastique pour une mise en linéaire plus facile et plus rapide.

Accroître la lisibilité

Une innovation qui concerne l'ensemble des conditionnements distribués par Haribo : sachets de 200, 300, 750 et 1 000 grammes. Objectif supplémentaire de la marque, accroître sa lisibilité en rayon avec l'adoption d'un packaging qui se veut toujours aussi ludique et fidèle à l'esprit Haribo en matière de couleurs ou de visuels. Chaque carton reprenant les couleurs et le logo spécifiques de l'article proposé, comme pour les produits phares de la marque : oursons, fraises Tagada, Car en sac. « Nous en profitons également pour relancer et relooker en conditionnements de poches des produits plus spécifiques, comme les grains de millet, le Zanoïds ou les Réglisses Florent, avec un emballage rigide transparent qui permet de visualiser le produit », commente Sylvain Navarre, le responsable du marketing produit.

Avec deux sites de production sur le territoire français, à Marseille (Bouches-du-Rhône) et Uzès (Gard), Haribo produit chaque jour plus de 170 tonnes de bonbons sous plusieurs dizaines de références différentes. Et, après avoir lancé un premier programme d'investissements sur son site d'Uzès, Haribo vient d'injecter 900 000 euros supplémentaires dans la construction d'un nouvel atelier de conditionnement d'une superficie de 1 600 mètres carrés.

« L'activité d'emballage a dû être réorganisée pour tenir compte de cette nouvelle orientation. Entre l'ensachage et la palettisation automatique, des postes qui n'ont pas connu de bouleversements, il a fallu installer de nouveaux outils développés en collaboration avec notre fournisseur, la société Smurfit Socar, qui a mis au point l'emballage en carton que nous utilisons désormais, explique Sylvain Navarre.

Haribo était à la recherche d'un emballage multifonction qui soit capable d'assurer une protection optimale pendant le transport et jusqu'à la mise en linéaire sur le point de vente, avec une ouverture facile et fasse en sorte que ses produits restent verticaux une fois en rayon. Grâce à notre couvercle qui dispose d'un système d'ouverture breveté, la bonne tenue de ces emballages est assurée et nous donnons à Haribo la possibilité d'y faire apparaître les codes visuels qui lui sont propres. La personnalisation des emballages est un élément moteur pour les industriels qui travaillent avec nous. Notre objectif est également de supprimer tout ce qui peut être superflu dans un emballage pour n'en conserver que ce qui est essentiel », explique François Bouzard, le directeur marketing et développement de Smurfit Socar qui a déjà développé le même type de conditionnement pour les yaourts de la marque Petit Filou (Yoplait).

Un concept innovant en matière d'emballage dont la réalisation technique a été confiée à l'unité gardoise de Smurfit Socar installée à Baillargues.

« Ce site est, en effet, très proche géographiquement de l'usine Haribo d'Uzès ce qui nous a permis d'assurer un suivi constant de la mise en place de la nouvelle unité de conditionnement et de former efficacement ses responsables de production », commente, de son côté, Mireille Urbain, la directrice de Smurfit Socar Baillargues.

Intégration de seize machines

Piloté par Jean-Paul Jeunex, l'un des responsables techniques et mécanisation de Smurfit Socar, le programme d'investissements lié au développement des conditionnements Haribox a nécessité, en effet, l'intervention d'une troisième société spécialisée dans la conception et la fabrication de machines d'emballage. Dirigée par Patrick Parisot, la société Emmea, implantée à Dizy (Marne) sous-traite pour le compte de Smurfit Socar la réalisation des barquetteuses et des poseuses de couvercles qui viennent d'être installées à Uzès. Un chantier qui s'est achevé début septembre et qui a porté sur la mise en place, sur le site de production d'Uzès, de seize nouvelles machines destinées à répondre aux attentes d'Haribo.

Process spécifique

« Nous avons développé pour le compte de Smurfit Socar des barquetteuses traditionnelles mono et biformats, dont les capacités de production sont illimitées, pour des formats allant de 400 x 300 millimètres pour les barquettes monobloc avec une hauteur comprise entre 100 et 300 millimètres, à 400 x 300 millimètres et 600 x 400 millimètres pour les machines biformats. Au total, ce sont huit monoformats et une biformat qui ont été installées, sans oublier les huit poseuses de couvercles qui interviennent en fin de chaîne pour mettre en place le couvercle développé par Smurfit Socar et qui nécessite un process spécifique », explique Patrick Parisot.

Après leur passage dans les barquetteuses, les sachets de bonbons sont dirigés dans une encaisseuse de la marque Fermex pour la mise en carton, avant d'être dirigés vers la poseuse de couvercles pour que celui-ci soit solidarisé à la caisse grâce à une fenêtre prédécoupée. L'ensemble est ensuite palettisé pour assurer une tenue verticale stable et homogène, ce qui va limiter les risques afférents au transport et à la livraison en points de vente.

« Haribo était, en outre, confronté à des problèmes de place sur son site d'Uzès. Il nous a donc fallu tenir compte de cette contrainte en proposant une solution économe en terme d'espace avec un gain de 20 à 30 % sur les solutions de nos concurrents pour des équipements similaires. L'encombrement de ces machines ne dépasse pas 2,7 mètres de long, 1,7 mètre de large pour 2 mètres de hauteur pour les poseuses de couvercles. Les barquetteuses ont une longueur de 1,20 mètre pour 1,40 mètre de haut. Un élément qui nous a permis de remporter ce marché avant d'attaquer la mise en place de nouvelles lignes de conditionnement pour ce même client au premier semestre 2002 », poursuit Patrick Parisot. Les solutions proposées par Smurfit Socar permettent de réduire d'environ 30 % les surfaces de carton mises en oeuvre et d'abaisser de 45 % le poids total avec une capacité de chargement par palette qui est également optimisée : de l'ordre de 33 %. Soit 11 000 palettes économisées chaque année.

Quant à la formation des personnels de l'unité d'emballage et de conditionnement du site d'Uzès, c'est Jean-Paul Jeunex qui aura servi de courroie de transmission en familiarisant les salariés avec ces nouvelles machines qui n'ont pas, selon Jean-Pierre Michaud, le directeur de cette unité, modifié profondément l'organisation interne de l'usine.

L'installation des barquetteuses et des poseuses de couvercle s'est faite toutefois avec Smurfit Socar. En effet, celui-ci développe, en préalable à toute intervention, un système d'analyse qui lui permet de prendre en compte l'ensemble des spécificités de chaque site, telles que la superficie ou la nature des équipements de production et de conditionnement, de façon à adapter son offre aux différentes exigences.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Le PLA de Grandpuits ne plaît pas à la CGT

Social

Le PLA de Grandpuits ne plaît pas à la CGT

Le projet de reconversion de Total est qualifié de « greenwashing » par la centrale syndicale. - L’acide polyactique (PLA) ne semble pas avoir les faveurs de la Confédération générale du[…]

Naissance de Printemps écologique

Profession

Naissance de Printemps écologique

Une palette antiglisse chez Craemer

Une palette antiglisse chez Craemer

L’innovation passe par Emballages Magazine en 2020

Profession

L’innovation passe par Emballages Magazine en 2020

Plus d'articles