Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Investissements

FP mercure accélère dans le numérique

Tiziano Polito
FP mercure accélère dans le numérique

Frédéric Corbo devant sa nouvelle presse de découpe laser SEI.

Le spécialiste de l’étui imprimé en numérique a investi un million d’euros dans deux nouvelles machines de façonnage et repris les actifs de Quick Print à la barre du tribunal. - 

L’impression numérique dans l’emballage ? Ça marche, à regarder ceux qui en ont fait leur activité principale. Et ils sont toujours plus nombreux sur le créneau. FP mercure fait partie de ces entreprises qui ont totalement renoncé aux presses conventionnelles, pour se tourner vers un processus 100% numérique même si, pour son dirigeant, Frédéric Corbo, « cela ne fait aucune différence, car, au fond, il s’agit toujours d’impression ». Emballages Magazine avait annoncé dans ses colonnes le rachat de cette société, en 2014, par les frères Frédéric et Philippe Corbo, et l’investissement qui avait suivi : une presse HP 30 000, dédiée à l’impression de feuilles de carton plat en grand format. La société complète maintenant son dispositif en rachetant deux nouvelles machines, une presse MGI Jet Varnish 3D Foil (ci-dessous) pour réaliser, toujours en mode 100% numérique, des finitions sur ces mêmes cartons avec un vernis sélectif et en relief et du marquage à chaud, ainsi qu’une presse de découpe laser SeiLaser Paper One 5000 V800 Dual qui intervient à la suite, pour rainer et découper les étuis, toujours en numérique. L’entreprise basée à Saint-Marcellin (Isère) a investi 1 million d’euros dans ces deux machines arrivées en atelier l’été dernier.

Façonnage numérique 

« Si nous étions convaincus depuis longtemps qu’il nous fallait deux machines numériques pour ennoblir et façonner le carton, nous avons mis assez longtemps avant de nous décider », indique Frédéric Corbo, avant de poursuivre : « Autant le choix de la MGI s’est fait facilement autant celui de la machine de découpe laser a pris du temps. Nous avons consulté un autre constructeur, mais nous n’étions pas satisfaits du résultat. La Sei répond exactement à nos besoins ». Et le chef d’entreprise de citer la qualité de la découpe parmi les points forts, mais surtout celle des rainages, réalisés avec une partie mâle et une partie femelle, et la possibilité de travailler en temps masqué. Frédéric Corbo confirme : « Avec la technologie concurrente nous étions obligés d’arrêter de produire lorsque nous fabriquions un nouvel outillage par impression 3D. » La découpe laser élimine le goulot d’étranglement entre les étapes d’impression et de finition apportant à l’entreprise la souplesse souhaitée. « Nous réalisons entre 25 et 40 travaux par jour sur la 30 000 mais après, les machines que nous possédions, nous bloquaient, car elles ne pouvaient aller au-delà des huit travaux par jour », déclare Frédéric Corbo. Le laser sera aussi utilisé pour réaliser du gravage ou de la découpe de données variables, afin de différencier les emballages ou pour les identifier, dans le cadre, par exemple, de la lutte contre la contrefaçon.

Multiréférence 

L’entreprise veut mettre à profit ce nouvel outil industriel pour mieux répondre à la demande des marques dans le domaine des séries courtes et moyennes, à qui l’impression numérique s’adresse. Son chiffre d’affaires, de l’ordre de 3 millions d’euros, pour un effectif de dix-neuf personnes, provient, à parts égales, de quatre secteurs, à savoir l’épicerie fine et l’alimentaire, la cosmétique, le bien-être et le médical, les vins et spiritueux. « Nous n’avons pas vraiment pâti de la crise, explique Frédéric Corbo,  2020 a été une très bonne année et nous sommes déjà à l’objectif pour 2021 ». FP mercure travaille essentiellement sur du multiréférence pour les marques appartenant à ces secteurs d’activité, soit des déclinaisons du même packaging en fonction des recettes, des parfums, des langues. La société s’adresse à la fois à des grands noms comme Toblerone, Red Bull ou la Chartreuse et à des start-up. Sur un autre versant, le web-to-print, est en forte croissance. Ce canal de vente constitue déjà 50% du chiffre d’affaires de la société. Il pourrait, selon Frédéric Corbo, représenter 90% de ses revenus d’ici à trois ans.

Synergies 

Comptant sur cet environnement favorable, l’entreprise en profite pour se développer. Elle vient de racheter à la barre du tribunal une partie des actifs de Quick Print, un spécialiste de reprographie situé à Barberaz, près de Chambéry (Savoie). Deux salariés ont été repris. La société était notamment équipée d’une imprimante de table SwissQprint. « Ce rachat nous permet de nous implanter en Savoie et nous offre l’opportunité de nous pencher sur ce nouveau marché représenté par le grand format et la signalétique », indique Frédéric Corbo qui entrevoit des synergies commerciales et technologiques avec FP mercure. Ce site, qui s’appelle désormais Quick Print by FP (ci-dessous l'atelier), produit des plans techniques pour les travaux publics et la construction, ainsi que des panneaux décoratifs, de la signalétique, des PLV. Une nouvelle stratégie commerciale va être mise en place avec l’objectif de déplacer le curseur sur les produits à plus forte ajoutée.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

« Je suis un ambassadeur du juste emballage », explique Arnaud Le Berrigaud

Economie circulaire

« Je suis un ambassadeur du juste emballage », explique Arnaud Le Berrigaud

Après avoir créé Alb Expert Pack en mai 2021, Arnaud Le Berrigaud explique à Emballages Magazine le positionnement de son entreprise et le sens de sa démarche centrée sur la transition écologique.[…]

19/10/2021 | Tous secteursPlastiques
Un nouveau directeur pour Schubert en France

Carnet

Un nouveau directeur pour Schubert en France

La France en pointe dans le recyclage des plastiques

Economie circulaire

La France en pointe dans le recyclage des plastiques

RKW verdit sa production

Stratégie

RKW verdit sa production

Plus d'articles