Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Fabrice Amedeo se lance dans un « Plastique Globe » à bord d’un bateau analysant le microplastique des océans

Pierre Monnier

Mis à jour le 03/07/2020 à 17h02

Sujets relatifs :

, ,
Fabrice Amedeo se lance dans un « Plastique Globe » à bord d’un bateau analysant le microplastique des océans

Le bateau Newrest – Art & Fenêtres de Fabrice Amedeo lors de la Transat Jacques Vabre en novembre 2019.

© Twitter / CC / @FabriceAmedeo

Au départ du Vendée-Arctique-Les Sables-d'Olonne le 4 juillet, le skipper Fabrice Amedeo ne participera pas uniquement à une course nautique. Avec un bateau équipé de capteurs inédits, il va sonder le Pacifique pour découvrir ce qui se cache derrière la pollution plastique des océans. Une opération scientifique qui sera également menée lors du Vendée Globe en novembre. –

Le Vendée-Arctique-Les Sables-d'Olonne ne sera pas une course nautique ordinaire. D’abord parce qu’elle est inédite. La compétition a été créée pour pallier l’annulation en mai de The Transat, puis de New York-Vendée-Les Sables-d’Olonne qui devait se tenir en juin. Ces épreuves étant qualificatives pour le Vendée Globe, il a fallu trouver une parade pour assurer le bon déroulement du célèbre tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance. Voilà pourquoi vingt skippers s’élanceront le 4 juillet du large des Sables-d’Olonne (Vendée) pour une durée de douze à quatorze jours. Ils devront passer par le sud-ouest de l’Islande et le nord-est des Açores avant de revenir à leur point de départ.

Mais ce qui donne une tout autre dimension à cette course, c’est l’un de ses skippers. Car aux manettes du monocoque Newrest-Art & Fenêtres, Fabrice Amedeo ne cherchera pas seulement une victoire, mais aussi des réponses. Depuis qu’il a repris ce bateau, le Français de 42 ans y a fait installer des capteurs océanographiques. Lors de la dernière Transat Jacques-Vabre, le marin a pu réaliser des relevés scientifiques à l’aide d’un capteur mesurant le CO2, la salinité et la température en surface des océans. Mais cette année, c’est au problème des microplastiques qu’il s’attaque à l’aide d’un capteur supplémentaire.


Fabrice Amedeo au départ du Vendée Globe 2016. (crédit : Wikimedia Commons)

Des bateaux à voile explorant des zones peu fréquentées

« La grande nouveauté, c’est que l’on accueille le nouveau capteur microplastique, explique Fabrice Amedeo. Il va permettre de faire des mesures de présence de microplastiques dans les océans du globe. » L’objectif est de profiter de la présence du bateau dans des endroits peu fréquentés pour réaliser une cartographie de la pollution plastique des océans. Le tout dans un délai restreint, car après le Vendée-Arctique-Les Sables-d'Olonne, le skipper prendra le départ du Vendée Globe, le 8 novembre. Au total, Fabrice Amedeo effectuera des mesures durant près de trois mois de course. Une sorte de « Plastique Globe », comme il aime à surnommer cette période, à la fois sportive et scientifique.

« La communauté scientifique est très intéressée par les datas qui émanent de nos bateaux pour plusieurs raisons, détaille-t-il. La première, c’est que nos bateaux sont propulsés par des voiles. À la différence des bateaux scientifiques propulsés par des moteurs, il n’y a pas cette perturbation thermique qui vient troubler les mesures. La deuxième raison, c’est que notre bateau va sur des routes sur lesquelles les bateaux scientifiques vont très peu : une fois tous les dix ans. » C’est par exemple le cas de l’Antarctique, où les opérations scientifiques passent vers le sud et remonte au nord, tandis que les skippers réalisent un tour complet de cette région.

Déterminer le type de polymère présent dans l’océan

À la suite de son engagement « pour une cause qui [le] dépasse », Fabrice Amedeo transportera une cinquantaine de kilos d’équipement à bord de son monocoque. Un handicap par rapport aux autres concurrents auquel s’ajoutera la nécessité de changer les filtres du capteur de microplastique deux fois par jour. Contrairement aux relevés de salinité, de température et de CO2, la présence de microplastiques n’est pas analysée directement sur le bateau. Une pompe achemine de l’eau à travers un système de trois filtres avec des tamis de taille différente. Ce sont ces filtres, dans lesquels les microplastiques seront piégés, que le marin devra changer toutes les douze heures.

Lors de son retour sur la terre ferme, Fabrice Amedeo disposera d’échantillons qui seront décortiqués par les scientifiques. Catherine Dreanno fera partie de ces équipes. Interrogée par France Inter, la cadre de recherches à l’Ifremer indique qu’il sera possible de déterminer la concentration de ces plastiques à travers les océans, mais aussi de remonter jusqu’à leur origine, sans pour autant pouvoir déterminer un « coupable ». « On va pouvoir avoir la signature du polymère et comprendre comment sont distribués ces microplastiques dans l’océan. »

Un test grandeur nature avant le Vendée Globe

Jérôme Cachot, chercheur au CNRS à l’université de Bordeaux, pourra lui aussi examiner ces échantillons. L’un de ces angles de recherche consistera à étudier la toxicité de ces microparticules de moins de 5 mm, qui peuvent contenir des perturbateurs endocriniens, des composés biocides ou cancérogènes. Aujourd’hui, les microplastiques et leurs conséquences ne sont analysés qu’à partir de prélèvements réalisés près des côtes. « Une telle étude n’a jamais été faite sur des prélèvements d’eau en plein océan », assure Jérôme Cachot au micro de France Inter.

Les relevés de Fabrice Amedeo s’affichent donc comme déterminants pour mieux appréhender la pollution des océans par les microplastiques. Le Vendée-Arctique-Les Sables-d'Olonne, qui part ce 4 juillet des côtes françaises, sera un test grandeur nature pour le skipper. L’enjeu est de bien maîtriser les capteurs à bord afin de rapporter des premières données sur l’océan Pacifique. Il restera ensuite un peu plus de trois mois au marin pour se préparer pour le Vendée Globe. La course lui permettra de passer l’ensemble des eaux du monde au tamis.

Découvrez comment fonctionnent les capteurs océanographiques de Fabrice Amedeo en vidéo :

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Une année 2019 exceptionnelle pour les constructeurs de machines d’emballage italiens

Profession

Une année 2019 exceptionnelle pour les constructeurs de machines d’emballage italiens

L’Ucima fait état d’un chiffre d’affaires de 8 milliards d’euros, en hausse de 2,2%, record absolu de tous les temps, mais anticipe une baisse en 2020. - 2019 aura été une année exceptionnelle[…]

Miller Graphics acquiert un spécialiste de la gestion de données

Acquisitions

Miller Graphics acquiert un spécialiste de la gestion de données

Des encres renouvelables chez Flint

Economie circulaire

Des encres renouvelables chez Flint

Une rentrée sans plastique pour Carrefour

Economie circulaire

Une rentrée sans plastique pour Carrefour

Plus d'articles