Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Indicateurs

Encres, vernis, colles : pénuries et hausses de prix au programme

Encres, vernis, colles : pénuries et hausses de prix au programme

Les professionnels sont confrontés au manque de disponibilité des matières premières. -

 

Après les plastiques, les métaux et les palettes, c’est au tour des professionnels de la filière des encres et vernis d’impression, et des colles et adhésifs, de tirer la sonnette d’alarme. Ces acteurs s’inquiètent en effet du manque de disponibilité de certaines matières premières. Ainsi, la Fédération des industries des peintures, encres, couleurs, colles et adhésifs, préservation du bois (Fipec) indique que ses adhérents sont depuis plusieurs semaines en difficulté pour se faire livrer les substances chimiques nécessaires à la production de leurs articles. L’activation de clauses de force majeure et les retards de livraison de la part des fournisseurs seraient à l’origine de ces ruptures dans un contexte de hausse générale des prix. À cela s’ajoutent des problèmes de transports sur fond de reprise de l’activité, qui tend à faire pression sur la demande. Pour mémoire, les encres d’impressions sont fabriquées à partir de pigments, de liants et d’additifs d’origine chimique ou végétale.

Dépendance stratégique 

« Nos professions subissent les conséquences de leur dépendance stratégique à une filière d’approvisionnement internationale qui est aujourd’hui en difficulté, sans visibilité à court terme sur une amélioration de la situation », indique la Fipec dans un communiqué. Et de poursuivre : « Cette situation cristallise la fragilité de notre filière dépendante des acteurs internationaux notamment en Asie et aux États-Unis. » Au regard de ce contexte peu favorable, également confrontés à des marges détériorées, les producteurs touchés n’ont pas d’autre choix que d’augmenter les prix. Les hausses, à vrai dire, ont déjà commencé dans les encres d’impression. Flint Group vient par exemple d’annoncer des revalorisations pour les encres d’impression et les vernis dans le monde entier, à partir du 1er avril, en citant les résines UV, les additifs et les pigments parmi les composants qui se renchérissent ou deviennent introuvables. Son confrère Sun Chemical a fait passer ses augmentations depuis le 1er mars dernier pour une large gamme de produits comprenant les encres pour emballages, les vernis et les adhésifs. Le groupe cite les pénuries de matières premières, y compris des produits pétrochimiques, des huiles végétales et des dérivés et une augmentation « spectaculaire » des coûts des transports internationaux comme autant de facteurs contribuant à l’augmentation de ses prix de revient.

Chaîne d'approvisionnement

« La pression sur l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement entraîne une hausse brutale des coûts des matières premières et nous oblige malheureusement à augmenter les prix », indique Nicolas Bétin, directeur de la stratégie produit Emea chez Sun Chemical. Même constat chez Siegwerk : « Nous assistons à une combinaison de plusieurs facteurs liés à la crise du Covid-19 qui a gravement affecté l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement en matières premières », a déclaré Arash Babai, directeur des achats pour le monde du groupe allemand. Et d'indiquer, parmi les matières les plus touchées, les pigments, y compris le dioxyde de titane (TiO2), qui sert notamment à fabriquer les blancs, mais aussi les résines UV, les résines polyuréthane, les solvants et les résines acryliques. Concernant ces produits pétrochimiques, les hausses de prix sont la conséquence des pénuries de résines époxydes, de la demande accrue de polypropylène glycol dans les mousses souples et les acides acryliques, entre autres. Enfin, selon Siegwerk : « Le problème majeur est représenté par la perturbation du commerce maritime mondial en raison de la pandémie. Le transport maritime a été interrompu avec de nombreux conteneurs qui se trouvent maintenant au mauvais endroit du monde. »

Difficile de prévoir une amélioration à court terme tant les incertitudes sont nombreuses sur les plans conjoncturel et sanitaire. D’après les parties prenantes, les reformulations de produits, lorsqu’elles sont possibles, nécessiteront une modification de l’étiquetage. À moins que – comme le suggère la Fipec – les pouvoirs publics comprennent l’urgence de la situation et les rendent conformes à la réglementation.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Brune Poirson entre chez Accor

Carnet

Brune Poirson entre chez Accor

La secrétaire d’État à la Transition écologique de 2017 à juillet 2020 a porté la loi Agec. - En a-t-elle fini avec la politique ? « Aujourd’hui, mon mandat parlementaire[…]

16/04/2021 |
Un nouveau Pdg chez Siegwerk

Economie circulaire

Un nouveau Pdg chez Siegwerk

Le gouvernement démuni face aux pénuries

Profession

Le gouvernement démuni face aux pénuries

Accord sur une baisse des salaires chez Fibre Excellence

Défaillance

Accord sur une baisse des salaires chez Fibre Excellence

Plus d'articles