Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Technologie

DS Smith en mode 4.0 à La Chevrolière

Henri Saporta
DS Smith en mode 4.0 à La Chevrolière

L’usine de carton ondulé exploite un parc de machines entièrement connectées. -

Sur l’écran de l’ordinateur portable branché sur le réseau de l’usine depuis une salle de réunion, les navettes automatiques qui alimentent les machines de transformation en plaques en carton ondulé à partir du « WIP » se déplacent en temps réel. L’image est très parlante. A La Chevrolière (Loire-Atlantique), DS Smith exploite ce qui pourrait bien être l’usine la plus connectée du monde : tous les équipements sont suivis en temps réel sur le principe du jumeau numérique. « L’industrie 4.0 est pour nous une réalité depuis plusieurs années », souligne Philippe Brun, le directeur de cette unité qui fête ses dix ans en 2019. Le cartonnier britannique y applique pleinement sa stratégie associant approche collaborative, mise en œuvre de l’innovation et économie circulaire. Soit « repenser l’emballage dans un monde qui change ». D’autant que La Chevrolière réalise plus de 70% de son chiffre d’affaires avec les produits alimentaires de grande consommation à forte rotation (FMCG). La souplesse est dès lors la clef de l’organisation avec une capacité de 84 000 tonnes et 150 millions de mètres carrés de produits finis chaque année.

Plaques

L’onduleuse BHS produit en continu différentes sortes de plaques qui sont stockées temporairement dans le « WIP ». Les différentes combinaisons de cannelures et de grammages en blanc ou écru, parfois en fibres vierges mais recyclés pour l’essentiel, autorisent une centaine de compositions. Le choix des outils de transformation - découpes, caisses américaines et impressions de une à six couleurs - est ensuite réalisé en allocation dynamique. Avec sa vitesse de pointe à 11 000 coups par heure en six couleurs, la découpeuse rotative DRO de Bobst ressort comme un véritable atout dans ce dispositif. De quoi associer très grandes séries, « runs » très courts et différenciation retardée sans bouleverser le planning à chaque instant. « Dès lors que nous l’avons en portefeuille, nous pouvons fabriquer et livrer une référence de plateau imprimé pour fruits et légumes en 24 h », indique Philippe Brun. Au cœur d’une zone maraîchère, le site est d’ailleurs associé à une station de montage située de l’autre côté de la route. 

Performance

Le site nantais héberge logiquement un PackRight Centre et un Impact Centre. Engagé dans une logique de performance qui fait passer le résultat avant les moyens, DS Smith doit parfois bousculer ses clients pour pouvoir les amener à considérer le potentiel d’une innovation ou un changement de pratique. Afin d’éviter les retards liés « à une approche en silos », DS Smith organise des journées de réflexion pour lancer un projet dans « un esprit de co-création ». Sont ainsi réunis les acheteurs, le packaging, le marketing, la production et la logistique. Et la direction générale le cas échéant.

Prototype

Sur des grands écrans tactiles, les outils informatiques permettent d’accéder à une immense base de données régulièrement enrichie de projets et de réalisations tandis que sont simulés différents scénarios d’usage, du transport jusqu’au consommateur. Une table de découpe livre en fin de journée un prototype. Plus conséquent, un format baptisé « Inspiration Days » est lui programmé sur plusieurs mois. Pour nourrir la réflexion de ses clients, DS Smith réalise, dans ce cas, une étude sur le segment de marché concerné avant de passer aux concepts les plus étonnants. Abandonner une idée trop disruptive n’est jamais un échec…

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Les opposants à la consigne satisfaits

Profession

Les opposants à la consigne satisfaits

Dix signataires saluent le travail de la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat. - Dix signataires saluent le travail de la commission de l’aménagement du territoire[…]

Des substances nocives dans les trois quarts des produits en plastique de consommation courante

Sécurité sanitaire

Des substances nocives dans les trois quarts des produits en plastique de consommation courante

Col de cygne dédouble son ensacheuse

Col de cygne dédouble son ensacheuse

Le Sénat rejette « la consigne de Coca-Cola »

Economie circulaire

Le Sénat rejette « la consigne de Coca-Cola »

Plus d'articles