Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Des plastiques fabriqués à partir de roseaux

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

, ,
Des plastiques fabriqués à partir de roseaux
Biomiscanthus France lance la production d’une matière qui pourrait servir à fabriquer des bouchons et des pièces injectées. –

La plupart des plastiques d’origine végétale, appelés communément bioplastiques, sont issus de plantes tels que le maïs, le blé, la canne à sucre, ou encore de tubercules comme la pomme de terre. Le fait que ces ressources soient détournées de leur usage principal – l’alimentation humaine – pour confluer vers l’industrie fait régulièrement débat, et, tout aussi régulièrement, associations environnementales, organisations de consommateurs et simples citoyens s’élèvent contre cette pratique. La culture du maïs, en outre, est souvent pointée du doigt pour sa forte consommation en eau.

 

Deuxième génération. Ce contexte a favorisé l’émergence d’une deuxième génération de bioplastiques, issus de ressources végétales non vivrières. Parmi les différentes initiatives en cours, citons celles liées à l’usage des herbes folles, des déchets verts et d’autres plantes non comestibles comme le tabac pour fabriquer, entre autres, les polyhydroxyalkanoates (PHA), des plastiques intermédiaires. Biomiscanthus France, une société fondée en 2009, propose, elle, d’utiliser le Miscanthus Giganteus, une variété de graminée  – appelée par certains « roseau de Chine » - pour produire des granules de plastiques qui permettront ensuite de fabriquer des pièces injectées comme des bouchons, des pots de fleur, des godets... « A la différence d’autres herbacées, le Miscanthus n’est pas intrusif et possède une excellente rentabilité. Surtout, il compte parmi les plantes qui possèdent les fibres cellulosiques les plus résistantes et élastiques et, en plus, il n'a pas besoin d’être arrosé puisqu'il se satisfait des eaux pluviales », explique René Marchal, fondateur de la société. Biomiscanthus France dispose d’une installation pouvant fabriquer 14 kg de ce plastique par heure. « C’est peu. Mais dès la fin du mois de février,[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Consigne : Federec sort le bazooka

Profession

Consigne : Federec sort le bazooka

Les entreprises du recyclage dénoncent le projet du gouvernement et préconisent une nouvelle simplification du geste de tri en quatre flux. -   « Si la consigne a un intérêt écologique,[…]

24/06/2019 | Tous secteursPlastiques
L’Anses en mission sur les microplastiques

Profession

L’Anses en mission sur les microplastiques

LyondellBasell et Neste dans les plastiques biosourcés

LyondellBasell et Neste dans les plastiques biosourcés

Un nouveau brevet pour Carbios aux Etats-Unis

Un nouveau brevet pour Carbios aux Etats-Unis

Plus d'articles