Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Tiziano Polito

Sujets relatifs :

, ,
Pick-and-Go remet en cause la logique économique de la location des palettes en bois. –

Un nouvel acteur de la location de palettes en « pool » est né. Il s’agit de la société Pick-and-Go. Créée en mars 2010 sous l’impulsion d'Olivier Pages, un ancien de LPR, cette entreprise implantée à Toulouse (Haute-Garonne) se propose de bousculer le marché dominé par les Chep, LPR et autres IPP Logipal, en lançant une offre composée non pas de palettes en bois mais de palettes en plastique recyclé. "Notre réflexion naît du constat que les palettes en bois, bien que moins chères à l’achat, souffrent d’un taux de casse de l’ordre de 30 à 40% par rotation, ce qui les rend, au final, bien plus coûteuses que les palettes en plastique", explique Olivier Pages, Pdg de la société, qui a rédigé, pour démontrer ses propos, un livre blanc intitulé "La face cachée de la palette en bois enfin dévoilée". Et d’ajouter : "Jusque là, le prix d’achat d’une palette en plastique, autour de 50 euros, était rédhibitoire pour se lancer dans une activité de location. Maintenant nous disposons du produit qui nous permet de le faire".

 

Bouchons. Pick-and-Go peut compter sur un parc de 60 000 palettes. Elles sont fabriquées par sa maison mère, Eryplast, une société établie à Herstal en Belgique, à partir de polyéthylène haute densité (PEHD) recyclé, dont 50% sont issus de bouchons récoltés par des associations caritatives. Deux modèles de palettes sont proposés : Eurogreen (800x1200 mm) et Biggreen (1000x1200 mm), conformes aux standards du marché. "La qualité de la matière secondaire utilisée mais aussi le process d’injection mis en œuvre, plus long que le procédé standard, nous permettent d’obtenir des palettes monobloc plus résistantes que la normale, en tout cas parfaitement adaptées à la multi-rotation", détaille Olivier Pages. L’entreprise annonce un prix de revient de 30 euros, contre 8 à 10 euros pour une palette en bois. La résistance de l’emballage, mais aussi sa légèreté par rapport à une palette en bois de même format – 19 kg au lieu de 23 à 35 kg suivant[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Des déchets sauvages préoccupants

Profession

Des déchets sauvages préoccupants

L'Ademe explique pourquoi des emballages se retrouvent sur la voie publique. - Dans une étude très complète intitulée Caractérisation de la problématique des déchets sauvages en date du[…]

Packhelp vise la France

Profession

Packhelp vise la France

Statu quo pour l’usage unique en France

Statu quo pour l’usage unique en France

IMA en forte croissance

Résultats

IMA en forte croissance

Plus d'articles