Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Des machines dans l’économie circulaire

Henri Saporta
Des machines dans l’économie circulaire

Le CNE a organisé sa deuxième journée Pack Focus le 3 juillet.

Le CNE a organisé sa deuxième journée Pack focus le 3 juillet. -

Il n’y a pas d’emballage sans mécanisation : si tous les experts partagent cette lapalissade, ce n’est pas pour autant que les machines d’emballage et de conditionnement sont présentes dans les débats sur l’économie circulaire. C’est bien pour remédier à ce manque que le Conseil national de l’emballage (CNE), avec le concours du Groupement des équipementiers du process et du packaging des industries agroalimentaires et non alimentaires (Geppia) et du Syndicat des machines et technologies de production (Symop), a choisi comme thème « Machines d’emballage et de conditionnement : flexibilité et adaptation aux nouveaux matériaux » pour sa deuxième journée Pack focus, le 3 juillet.

Adaptation fine des équipements

Bruno Du Plessix (Sleever international) a ainsi montré comment l’association de la machine de pose Combisteam et du sleeve en polyéthylène téréphtalate basse densité (LDPET) apportait une solution efficace pour faciliter le recyclage des bouteilles en PET. En jouant sur sa différence de densité du PET et du LDPET, les recycleurs séparent en effet facilement les deux matériaux. Une solution approuvée par Pellenc ST. En charge de la recherche et développement (R&D) de l’entreprise, Antoine Bourely a montré que le proche infrarouge (NIR) et la vision autorisaient déjà un très haut niveau de détection dans les centres de tri des emballages ménagers. Les équipements séparent ainsi facilement différentes variantes de polyéthylène (PE) épais ou léger et de PET. Une avancée décisive alors que Citeo, la société agréée pour la valorisation des emballages et papiers ménagers au titre de la responsabilité élargie des producteurs (REP), promeut l’extension des consignes de tri.

Chez Fleury Michon, le passage des barquettes de jambon en polychlorure de vinyle (PVC) vers le PET suppose des adaptations fines des équipements de thermoformage et de découpe. Quant au polyéthylène téréphtalate recyclé apte au contact alimentaire direct (rPET), il impose une évolution des outils de contrôle, car le matériau est moins transparent que son homologue vierge. Les réglages de soudure jouent enfin directement sur la perception de l’ouverture de la barquette par le consommateur.

Optimisation des consommations

Nouveau directeur général d’Ilapak, un spécialiste de l’ensachage, Grégoire Duvot plaide, pour sa part, pour un véritable partenariat entre fabricants de machines et de films. Surtout quand les donneurs d’ordres cherchent à éviter le plastique en optant pour de nouveaux matériaux aux propriétés mécaniques incertaines. Chez Sidel, Vincent Le Guen a démontré que l’optimisation des consommations des machines améliore le bilan environnemental de chaque bouteille. Et quand le nouveau Super Combi intègre, à raison de 92 000 cols par heure, le soufflage, l’étiquetage, le remplissage et le bouchage, les gains deviennent spectaculaires. La R&D conduit aussi à des développements très pointus. La bouteille de 50 cl pour eau plate la plus légère de monde – la X-Lite Still – pèse désormais 6,5 g. Le consommateur peut-il accepter plus léger ? Pas sûr…

En  revanche, il attend vraiment que les industriels chassent le vide des emballages d'e-commerce. Comme l’a illustré Fernando de Almeida de Neopost Shipping, la CVP-500 permet d’emballer au plus juste et avec la meilleure protection des produits de différentes tailles en continu grâce au Box On Demand. Chez Sig, la suppression de la couche d’aluminium dans certaines briques aseptiques baptisées Signature a entraîné des modifications mineures des lignes de remplissage. La feuille de route exposée par Christophe Delpech est d’ailleurs précise avec des briques totalement issues de ressources renouvelables à terme. Les machines de remplissage suivront  : tel est le message du patron de Sig en France.

Pour Michel Fontaine (CNE), Jean-Marc Doré (Geppia) et Olivier Dario (Symop) réunis le temps d’une table ronde, l’industrie 4.0 ouvre désormais des perspectives inédites. À condition que tous les acteurs de la chaîne prennent le temps de se parler.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

L’Assemblée nationale se penche sur les plastiques

Profession

L’Assemblée nationale se penche sur les plastiques

Les députés Caroline Janvier et Bernard Deflesselles invitent l’Union européenne à réduire résolument l’usage des plastiques. - À la suite de la stratégie européenne sur[…]

18/07/2019 | Plastiques
Le Conseil d’État approuve la Lec

Le Conseil d’État approuve la Lec

Élisabeth Borne à l'Écologie

Carnet

Élisabeth Borne à l'Écologie

François de Rugy aura été un ministre de transition

Carnet

François de Rugy aura été un ministre de transition

Plus d'articles