Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Des étiquettes à base de fleurs

Tiziano Polito
Des étiquettes à base de fleurs

Herma lance un substrat constitué de Silphium perfoliatum, une plante herbacée vivace, en misant sur l’intérêt du public attentif à l’environnement. - 

 

Le gris est à la mode ! Plus de plastiques cristallins ni de papiers extrablancs, mais des substrats opaques et inégaux. Les consommateurs veulent faire un geste pour l’environnement. Les marques leur offrent cette possibilité en leur proposant des matériaux issus du recyclage ou de déchets verts et ne s’en cachent plus… Le fabricant de matériaux pour étiquettes Herma mise pour sa part sur Silphium perfoliatum, une plante herbacée vivace, cultivée pour la production de biogaz. Le fournisseur se sert de ses fibres, séparées dans un processus biothermique avant la phase de génération d'énergie, qu’il exploite pour la fabrication de pâte à papier. Les étiquettes fabriquées avec cette matière peuvent ensuite être imprimées sans traitement préalable, mais aussi gaufrées ou ennoblies. L’application d’un adhésif permet ensuite de les appliquer sur un produit. Les fibres de la plante restent visibles. Leur texture sert également à reconnaître l’origine naturelle du papier. Etiket Schiller est le premier imprimeur à s’en servir pour des applications dans l’étiquetage adhésif de cosmétiques, boissons et produits alimentaires. 

Empreinte CO2

La proportion de fibres végétales est actuellement d'au moins 35%, mais à l'avenir, elle pourra être portée à 50%. Cela réduit considérablement l'empreinte CO2 des étiquettes en réduisant la part de pâte de bois. De plus, les étiquettes à base de fleurs peuvent être recyclées dans les flux de papier-carton. La matière est utilisée avec succès depuis longtemps dans la production de boîtes pliantes. Silphium perfoliatum offre un habitat idéal pour les abeilles, les insectes et autres animaux sauvages. Les racines de la plante s'étendent jusqu'à trois mètres de profondeur. La vivace reste en dormance après la récolte d'automne avant de repousser au printemps. En règle générale, elle peut être cultivée pendant une dizaine d'années. Cela se traduit par une bonne absorption de CO2 ; son système racinaire fixe le carbone du sol sous forme d'humus. La consommation moindre d'eau de la plante et le besoin de faibles quantités de produits phytosanitaires, le cas échéant, constituent deux avantages non négligeables pour ce qui relève de sa culture.

Situé à Filderstadt près de Stuttgart (Allemagne), Herma produit des matériaux pour étiquettes adhésives ainsi que les machines qui permettent de les appliquer sur les produits et des consommables pour ce secteur d’activité. En 2020, l’entreprise a réalisé un chiffre d'affaires de 380,8 millions avec 1100 salariés. 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Gamma-Wopla relooke le bac NE

Technologie

Gamma-Wopla relooke le bac NE

Le fabricant belge a travaillé sur les coins et les surfaces de sa nouvelle gamme de caisses plastique proposée en sept modèles différents. -   Un aspect plus moderne, des coins à double paroi pour limiter[…]

Le recyclage des emballages souples en test

Profession

Le recyclage des emballages souples en test

Un papier compostable barrière à l'oxygène chez Ahlstrom-Munksjö

Economie circulaire

Un papier compostable barrière à l'oxygène chez Ahlstrom-Munksjö

« Les jeunes acheteurs sont très exigeants ! », explique Bernard Davroux

Economie circulaire

« Les jeunes acheteurs sont très exigeants ! », explique Bernard Davroux

Plus d'articles