Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Acquisitions

Azur Adhésifs en quête de croissance

Azur Adhésifs en quête de croissance

Après le rachat de Guiflex, l’imprimeur d’étiquettes grenoblois songe déjà à de nouvelles acquisitions pour atteindre une taille critique qu’il estime à 10 millions d’euros de chiffre d’affaires. - 

 

Sauf surprise de fin d’année, le groupe Azur Adhésifs devrait passer le cap du Covid-19 sans encombre, avec un chiffre d’affaires stable, à 6,5 millions d’euros, voire en légère baisse de 5%. « Si nous avons passé ce moment difficile avec brio c’est parce que nos activités sont diversifiées. Les baisses sur certains segments ont été compensées par des hausses sur d’autres secteurs qui ont bien fonctionné comme le médical, la pharmacie ou la cosmétique », analyse Axel Lamotte, le Pdg de cette entreprise de 42 personnes spécialisée dans l’impression d’étiquettes. Basé à Eybens, dans la banlieue grenobloise (Isère), Azur Adhésifs intervient sur de multiples marchés, de l’industrie à la chimie, en passant par le vin avec des solutions qui se veulent pointues en termes de savoir-faire et de process. Les étiquettes pour les flacons pharmaceutiques devant passer à l’étuve à 180°C, celles pour des articles soumis à traitement cryogénique ou qui, comme les vaccins, colportent des encres réagissant aux UV font partie de ses spécialités. Mais l’entreprise sait également proposer des étiquettes plus luxueuses, avec galbes et dorures, pour le vin et la beauté. « La connaissance des procédés d’impression, des matériaux et des adhésifs sont déterminants dans notre métier, celle des fournisseurs l’est tout autant, en tout cas en regard de notre positionnement axé sur les produits à forte valeur ajoutée », explique Axel Lamotte (en photo ci-dessous)

Taille critique

Seulement voilà, comme c’est le cas dans l’emballage, l’industrie de l’étiquette, pourtant fleurissante depuis une dizaine d’années, n’échappe pas aux phénomènes de concentrations. Dans ce secteur qui regroupe plusieurs dizaines d’entreprises de petite et moyenne taille, les rachats se sont succédé au cours des dernières années faisant émerger, à côté des grands groupes comme CCL, MCC, Stratus Packaging ou Autajon de nouveaux challengers en puissance à l’image de Labelys, Alliance étiquettes ou encore Inessens. « Nous ne sommes pas encore assez gros pour bénéficier de synergies et d’économies d’échelle significatives ni assez petits pour vivre tranquillement sur nos niches de marché, idéalement il faudrait que nous atteignons une taille critique de 10 millions d’euros de chiffre d’affaires », résume Axel Lamotte qui cite, parmi les avantages d’un tel dimensionnement la possibilité de disposer de meilleurs prix sur les consommables et les pièces détachées, mais aussi des conditions préférentielles sur les licences des logiciels, très nombreux dans les métiers de l’impression. Forte de ce constat, l’entreprise familiale n’est pas restée à attendre. En novembre dernier, elle finalisait le rachat de Guiflex, un spécialiste des étiquettes et des pastilles adhésives pour l’industrie. La société basée à Grézieu-la-Varenne (Rhône) réalise un chiffre d’affaire de 1,5 million d’euros avec 6 personnes. Davantage axée sur les très grandes séries en flexo et les produits à plus faible valeur ajoutée, elle représente, en termes de savoir-faire et de clientèle, le complément d’Azur Adhésifs. « La proximité géographique a compté dans ce rachat. De plus, la présence de Guiflex en région lyonnaise, près des grands bassins industriels de la chimie et de la pharmacie, pourra nous aider à mieux nous développer », assure Semi Abbes, responsable marketing et communication de la société. Azur Adhésifs peut également compter sur les liens avec Mexichrome Impressions, un spécialiste du labeur, basé à Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence), dirigé par Charline Lamotte, soeur d’Axel. Les compétences de cette entreprise dans l’impression de dépliants publicitaires, plaquettes de présentation et autres catalogues pourraient l’aider dans l’optique de fournir un offre complète à ses clients, dans le cadre d’une stratégie « one stop shop ». 

Générer du chiffre d'affaires

Mais tout cela ne pourrait pas suffire… Afin d’atteindre la barre fatidique des 10 millions d’euros de chiffre d’affaires qu’Axel Lamotte s’est fixé, Azur Adhésifs veut accélérer son développement. Pour ce faire, il va mettre en place un service de création en interne pour mener à bien, plus vite et de façon plus efficace, les projets confiés aux agences par les clients. L’occasion de leur rendre service et de générer aussi du chiffre d’affaires.  « En étant plus proches de la production, nous sommes en mesure d’alerter les marques sur certains aspects techniques qui peuvent faire varier les devis et les conseiller sur des solutions alternatives ce que les agences ne savent pas toujours faire », commente Semi Abbes. L’achat de nouvelles machines dans le jet d’encre et le bobinage est aussi au programme pour renforcer un parc composé d’une douzaine de lignes d’impression, dont deux numériques, et plusieurs machines de finition et ennoblissement. La croissance externe reste d’actualité. « Il semble maintenant acquis que pour passer un cap, nous serons obligés de procéder à un nouveau rachat », confirme Axel Lamotte. La pharmacie et le secteur vinicole font partie des cibles prioritaires de la société. Il s’agirait, dans le premier cas, d’intégrer de nouvelles compétences techniques afin de compléter une offre sur un marché que l’entreprise connaît déjà bien. Quant au vin, l’idée est de mettre à profit les savoir-faire dans l’ennoblissement - dorure, gaufrage, galbage - sur ce segment de marché dynamique mais en élargissant la zone de chalandise qui se limite actuellement à la région rhônalpine pour aller vers le sud. Comme il vient de le faire avec Guiflex, Azur Adhésifs pourrait profiter de précieuses opportunités à un moment où un cycle générationnel semble se conclure dans l’univers de l’impression, avec beaucoup d’entreprises familiales qui se retrouvent sur le marché, à la recherche d’un repreneur. Une prise, peut-être deux ? Qui sait. A ne pas en douter, une acquisition serait la meilleure façon pour Azur Adhésifs de fêter, l’an prochain, son vingtième anniversaire.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Trois alternatives pour économiser 380 000 tonnes de plastique

Economie circulaire

Trois alternatives pour économiser 380 000 tonnes de plastique

Le WWF publie un rapport réalisé avec le cabinet EY, Le Plastique, ça n’emballe plus ?, qui étudie les alternatives aux emballages plastique à usage unique, évalue leur[…]

Comexposium en procédure de sauvegarde

Profession

Comexposium en procédure de sauvegarde

Les prix des plastiques en août 2020

Indicateurs

Les prix des plastiques en août 2020

Rendez-vous le 7 octobre avec Emballages Magazine

Profession

Rendez-vous le 7 octobre avec Emballages Magazine

Plus d'articles