Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

Apocalypse déchets, le retour…

Apocalypse déchets, le retour…

© France 2 TV (capture d'écran)

La diffusion de « Déchets : la grande illusion » a suscité son lot de lettres à Élise. -

Après chaque numéro de Cash investigation, ses lettres à Élise. Avec « Déchets : la grande illusion », de Claire Tesson, diffusé le 11 novembre sur France 2, Cash investigation, présenté par Élise Lucet, frappe fort ! Sont dénoncés l'accident du méthaniseur de Châteaulin (Finistère) en 2020, le statut des mâchefers dans les statistiques de recyclage, la réussite financière de Paprec, les conditions de travail dans les centres de tri, l’extension des consignes de tri (ECT) alors que toutes les filières de recyclage ne sont pas encore opérationnelles. Et voilà comment le pot de yaourt en polystyrène (PS) devient le symbole honni de tous les déchets… Consultant en emballage et élu de Combloux (Haute-Savoie) en charge des déchets, Fabrice Peltier a ouvert le bal sur LinkedIn le 8 novembre après avoir visionné l’émission en avant-première. L’auteur de Pourquoi et comment entrer dans la révolution de l’emballage se montre exaspéré : « Et pourquoi ne pas avoir titré : tous des pourris ». Et déjà, tandis que se préparent les premières ripostes, une avalanche de commentaires et d’analyses. Emballages Magazine met en ligne « Apocalypse déchets avec Cash investigation » le 10 novembre. Elipso souligne ensuite que la filière est « en action » pour parvenir à « 100% de plastiques recyclés en 2025 ». L’organisation professionnelle de l’emballage plastique et souple en convient : « Il reste encore des marges de progrès, et la filière est pleinement engagée pour rendre opérationnelles à l’échelle du territoire toutes les solutions de recyclage encore en cours de développement […]. Tous les acteurs se retrouvent ainsi rassemblés dans des initiatives communes. » Sur le site Usinenouvelle.com, Myrtille Delamarche, rédactrice en chef de L'Usine nouvelle, livre une très longue contre-enquête, intitulée « Les petites malhonnêtetés de Cash investigation sur le recyclage des déchets » qui réfute factuellement le pilonnage en règle auquel se livre l'émission. 

Total désaccord

Dans un exercice de décryptage en sept points pour démêler « le vrai du faux » mis en ligne dès le 11 novembre afin de marquer son « total désaccord avec les angles retenus par la rédaction de Cash investigation », Citeo rappelle qu’il faut « systématiser le geste de tri et donc augmenter la collecte d’emballages ménagers ». La société agréée pour la valorisation des emballages et papiers ménagers au titre de la responsabilité élargie des producteurs (REP) précise que « le polystyrène (PS) contenu notamment dans les pots de yaourt fait partie des plastiques qui ne sont encore que très peu recyclés en France », mais que les programmes de recherche et développement (R&D) sont engagés pour des résultats attendus en 2025. Exemple : « Créé en septembre 2020, avec Syndifrais, Valorplast et plusieurs entreprises utilisatrices d’emballages en polystyrène, le Consortium PS25 étudie les conditions industrielles de la mise en place en France d’une filière de recyclage du PS en vue de son retour au contact alimentaire avant 2025. »  Connus, tous ces éléments d'information ont été mis à disposition des journalistes de l'émission, précise Citeo. Une visite prolongée sur emballagesmagazine.com témoigne du foisonnement d'initiatives en matière d'économie circulaire.

Recyclage bashing

Particulièrement malmené, Paprec répond sur le ton du « recyclage bashing ça suffit ! » et rejette les « petites malhonnêtetés » d'une approche journalistique qui sanctionne une réussite industrielle et économique française. Jean-Luc, Mathieu et Sébastien Petithuguenin, famille à la tête du spécialiste du recyclage, se sont relayés pour porter le message. Interrogé par Cash investigation, M. & Mme Recyclage analyse longuement cette émission « à charge » qui permet toutefois « de mettre des problèmes bien réels en avant ». De dénoncer  : « Citeo est une entreprise dont le but inavoué est de limiter la participation financière au recyclage de ses membres le plus possible en faisant croire que tout se recycle. » Au chapitre des regrets :  il est « facile de charger les recycleurs » alors que « les premiers responsables sont les metteurs sur le marché ».

Condition indispensable

Pour Citeo, « le geste de tri est la condition indispensable pour recycler au maximum ce qui peut l'être et accélérer les efforts des entreprises vers la recyclabilité des emballages et leur écoconception » et démobiliser les Français « n’a aucun sens ». Le taux de recyclage des emballages ménagers s’élève à 68%. Loin d'être une « grande illusion », le recyclage délivre une matière première secondaire vitale pour l'industrie. Des filières comme le carton ondulé, le verre ou le polyéthylène téréphtalate (PET) des bouteilles dépendent désormais entièrement du geste de tri. Avec 5 millions de tonnes, les emballages ménagers représentent enfin 1% du total des déchets. 

Si de nombreux commentaires évoquent un sujet formaté pour l’audimat, l’audience n’est pas pour autant au rendez-vous. Le 11 novembre, Cash investigation est arrivé en troisième position, derrière le meilleur pâtissier de M6, avec 2 millions de téléspectateurs et une part de marché de 9,9%. Très très loin derrière TF1 avec la série Munch qui a rassemblé 5,2 millions de téléspectateurs et une part de marché de 23,8%.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Jungheinrich lance l’Ere 225i

Technologie

Jungheinrich lance l’Ere 225i

Ce transpalette porté debout est le premier du marché à être conçu autour de la batterie lithium-ion, gage de puissance et de compacité. - Plus petites que les batteries traditionnelles, plus puissantes[…]

14 000 visiteurs pour Prod & Pack

Rendez-vous

14 000 visiteurs pour Prod & Pack

La production de bioplastiques va tripler d’ici à 2026

Economie circulaire

La production de bioplastiques va tripler d’ici à 2026

MGJ passe sous pavillon américain

Acquisitions

MGJ passe sous pavillon américain

Plus d'articles