Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

40 ans d’emballage à Reims

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
40 ans d’emballage à Reims

De droite à gauche, dans l'ordre chronologique : Françoise Bourelle, René Hugel, Jean-Claude Prudhomme, Gilbert Bureau, Damien Erre et Serge Odof

Lors de la remise des diplômes le 9 octobre, l’ESIReims a salué les pionniers à l'origine de l’Esiec.

« Bon sang, mais c’est bien sûr ! », aurait dit le commissaire Bourrel ou « Eurêka ! », pour Archimède. « Un matin en se rasant », le professeur Gilbert Bureau formalise l’idée d’une formation académique dans l’emballage et le conditionnement… Nous sommes en avril 1979 à Reims (Marne). « Loufoque » pour les uns ou « visionnaire » pour les autres, cette révélation est le fruit d’une aventure collective de plusieurs enseignants, chercheurs et professeurs d’université qui cherchaient un domaine concret d’application pour séduire à nouveau les étudiants en chimie, physique et microbiologie. Notamment constituée de Françoise Bourelle, Gilbert Bureau, Jacqueline Dervin, René Hugel, Bernard Pascat et Jean-Claude Prudhomme, l’équipe obtient la création d’une maîtrise de sciences et techniques (MST) en emballage conditionnement en 1981, rapidement suivie par l’Institut supérieur des ingénieurs en packaging (Isip). À la suite de l'avis favorable de la Commission des titres d'ingénieurs (CTI), l’arrêté du 7 septembre 1987 porte ensuite « création d’un diplôme d’ingénieur en emballage et conditionnement ». Alors que la première promotion sort en 1991, l’École supérieure d'ingénieurs en emballage et conditionnement (Esiec) se fond dans l’ESIReims en 2011.

Centre névralgique

Avec l’Association pour le développement de la recherche dans les industries agroalimentaires et dans le conditionnement (Adriac) métamorphosée, une première en France, en centre régional d'innovation et de transfert technologique (Critt), deux structures aujourd’hui disparues, mais aussi des colloques, des missions, des formations et des conférences, Reims devient le centre névralgique européen de la recherche et développement (R&D) en emballage et conditionnement. Contact alimentaire, sécurité sanitaire, conservation, barrière, atmosphère modifiée, recyclage, biomatériaux, métrologie : les entreprises découvrent que l’emballage relève de la science ! L'ingénieur en packaging est né ! « En 1981, lorsque l'université de Reims a ouvert sa maîtrise de sciences et techniques en emballage et conditionnement, dorénavant remplacée par un diplôme d'ingénieurs en trois ans, il n'existait rien de comparable en Europe dans cette spécialité » : ce n’est pas Emballages Magazine qui cite Françoise Bourelle en 1988, mais le quotidien Le Monde.

Longue ovation

Cette histoire était rapidement résumée le 9 octobre pour une remise de diplômes placée sous le signe de la commémoration des 40 ans de la formation et des dix ans de l’ESIReims. Pour l’occasion, tous les directeurs – dans l’ordre chronologique, Françoise Bourelle, René Hugel, Jean-Claude Prudhomme, Gilbert Bureau, Damien Erre et Serge Odof – étaient rassemblés pour apporter leur témoignage. Ils étaient symboliquement réunis dans l’amphithéâtre  Jacqueline Dervin, qui a porté en son temps ce curieux projet – l’emballage ? Késako ! – au sein de l’université de Champagne-Ardenne (Urca). Mais l'époque a bien changé. Très attaché à la singularité de cette école d’ingénieurs, Guillaume Gellé, président de l’Urca, a fait lever l’amphi pour saluer ces pionniers avec une longue ovation pleine d’émotion. Deux anciens ont apporté leur pierre à l’édifice en saluant « l’excellence » de l’école : Éric Boin (Virojanglor) en tant que président du conseil de l'école et Noélie Lataste (Beiersdorf) en tant que présidente de l’Association des maîtres en packaging (Ampac) qui fédère les anciens.

Classe préparatoire

L’aventure continue. Si la pandémie a quelque peu bouleversé le quotidien des enseignants et des étudiants, les projets initiés par Damien Erre se voient portés par Serge Odof en poste depuis 2019. Cette première cérémonie en « présentiel », après la pandémie, était ainsi l’occasion pour les étudiants en packaging, énergétique et urbanisme de se retrouver. Forte de ces trois filières, l’école nationale supérieure d’ingénieurs a également ouvert une classe préparatoire intégrée (CPI) ouvrant sur une licence en sciences pour l'ingénieur (SPI). Les étudiants peuvent désormais accomplir un parcours de cinq ans dans le même établissement. Une conséquence, parmi d’autres, de la profonde réforme du système dit licence, master et doctorat (LMD). Tant attendue, l'extension des locaux est enfin programmée pour 2024. Serge Odof y pense aussi en se rasant le matin : combinées, les trois spécialités de l’ESIReims peuvent former des scientifiques en mesure de placer le packaging dans les enjeux de la cité. Vrac, consigne, réemploi, gaspillage, économie circulaire et transition écologique : les sujets ne manquent pas ! 

40 ans en 2,30 minutes !

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Trois Françaises remportent le concours de design Pida

Concours

Trois Françaises remportent le concours de design Pida

Le projet Respice a été récompensé lors de la finale du concours de design organisé par BillerudKorsnäs. Les trois étudiantes de l’IUT de Reims à l'origine du concept[…]

25/10/2021 | DesignCarton plat
Cognex lit les codes-barres des palettes plus facilement

Technologie

Cognex lit les codes-barres des palettes plus facilement

 Tri : vers un achèvement de l’extension en 2025

Profession

Tri : vers un achèvement de l’extension en 2025

Métaux : des risques d’arrêt de production en raison d’une pénurie de magnésium

Profession

Métaux : des risques d’arrêt de production en raison d’une pénurie de magnésium

Plus d'articles