Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Profession

30 ans d’emballage en Haute-Loire

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
30 ans d’emballage en Haute-Loire

De gauche à droite, au premier rang : Corinne Bringer, Serge German, Franck Paillon, Jean-Luc Dolleans, Raphaëlle Korotchansky, Laurent Wauquiez et Thierry Bonnefoy, avec Guy Chapelle et Brigitte Benat parmi tous les étudiants, fêtent les 30 ans devant les nouveaux locaux de l'Esepac.

Laurent Wauquiez a inauguré les nouveaux locaux de l’Esepac. -

« Vous êtes jeune. Vous commencez votre vie professionnelle après votre diplôme. Vous avez beaucoup de boulot devant vous avec la transition écologique » : tels sont les mots de Fabrice Peltier devant l’amphithéâtre d’étudiants réunis le vendredi 22 octobre à l’occasion des 30 ans de l’Ecole supérieure européenne de packaging (Esepac) installée à Saint-Germain-Laprade (Haute-Loire). Invité pour une conférence, l’auteur de La révolution de l’emballage a placé cet anniversaire sous le signe des défis pour la nouvelle génération. Et des défis, l'école altiligérienne en a relevé beaucoup tout au long de son histoire. L’aventure commence en 1988 quand la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Puy-en-Velay-Yssingeaux imagine possible la création d’une école spécialisée dans l’emballage et le conditionnement en Haute-Loire. Le tissu industriel - les films en polyéthylène (PE) de Sainte-Sigolène ou encore le papier avec Papeteries d’Espaly - en explique en partie l’origine.

Formation improbable

Le dossier n’est pas simple : priorités pédagogiques, recherche de financements, choix de l’implantation - une usine désaffectée à Brives-Charensac pour commencer - et pérennité de cette « formation improbable » sont au cœur des négociations entre entreprises, élus et pouvoirs publics. C’est encore l’époque de la Délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (Datar). Alors ministre en charge de la francophonie, Alain Decaux refuse le terme « packaging », d’où la première appellation en tant que Ecole supérieure européenne des professions de l’emballage et du conditionnement. Mais d’où vient le « a » de Esepac ? « Il y en a deux dans « emballage » mais pas au bon endroit », s’amuse Jean-Paul Laval qui veille, au titre de la CCI, sur les premiers pas. Avant le dépôt du nom Esepac, différentes combinaisons avec « emballage » et « conditionnement » ont d’ailleurs été essayées : une dizaine au total comme Esembal, Isepac ou Esetec. La première version en Ecole nationale supérieure des techniques de l’emballage et du conditionnement (Enstec) est refusée car « nationale » est réservée aux écoles publiques. Pour l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi), « tec » revient, de toutes façons, aux « technologies de pointe » [sic] comme l’électronique. L’Esepac est désormais rattachée à l’Université Clermont Auvergne (UCA).

Packaging numérique

Actuellement présidée par Thierry Bonnefoy (Leygatech) et dirigée depuis 2011 - dix ans ! - par Serge German, l’école a choisi cet anniversaire pour inaugurer la nouvelle extension des locaux et la mise à disposition de nouveaux outils, notamment dans la réalité virtuelle et le « packaging numérique ». A cette occasion, Laurent Wauquiez a rappelé « son lien affectif » avec l’école - fidèle, sur ce point, avec son mentor Jacques Barrot - et exprimé son engagement total pour l'école. « Un territoire sans formation supérieure n’a pas d’avenir », a martelé le président de la région Auvergne Rhône-Alpes tout en ventant les charmes du Puy-en-Velay dont l’esprit est à l’opposé des grandes métropoles. De souligner avec enthousiasme le parcours incroyable de la formation. Les 13 premiers étudiants de 1991 sont désormais 164. Laurent Wauquiez a chaleureusement félicité Thierry Bonnefoy pour avoir mis, dès le début de son mandat en 2017, ses compétences de chef d’entreprise au service de la croissance fulgurante de l’école. Comme un hommage au fondateur Etienne Vialet qui œuvra de 1991 à 1997.

Futurs anciens

En étroite collaboration avec l’Institut français de l’emballage et du conditionnement (Ifec) de Jean-Paul Pothet et Annette Freidinger, le concours de l’Oscar de l’emballage ou encore les salons de l’emballage de Paris et Lyon, l’Esepac a déjà formé quelque 1500 professionnels. Les festivités ont d’ailleurs réuni plus de 400 personnes. À commencer par les anciens de l’association Esepac Professional Network (EPN). Jamais à court de second degré et d’humour potache, Marc Gaudillère s’est emparé de la tribune en intermittent du spectacle. L’actuel président d’EPN a néanmoins expliqué avec conviction que les futurs anciens se devaient de faire vivre l’école grâce à un réseau vivant, actif et solidaire. Marc Gaudillère (Sanofi Pasteur) était notamment accompagné de Francis Vaujany (Alpes Packaging) et Jean-Mathieu Brouillat (Leygatech) : trois lauréats de Stratégies Emballages très engagés au sein de la profession.

Ecole entreprise

Conséquence de la réforme du cursus dit licence, master et doctorat (LMD), se prépare actuellement une profonde mutation de l’enseignement supérieur qui renforce les liens entre université et emploi. Définie comme une « école entreprise » depuis de longues années, les promotions Pierre Fabre, Mondelez, Christian Dior et Décathlon en témoignent, l’Esepac ne peut que souscrire à cette redéfinition des frontières entre formation initiale (FI), formation continue (FC), stage, apprentissage, alternance et prestations de service aux entreprises autour de la « formation professionnelle qualifiante ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

La modularité et l’ergonomie à l’honneur chez MG-Tech

Technologie

La modularité et l’ergonomie à l’honneur chez MG-Tech

Le constructeur vendéen lance Ecobox, une formeuse de caisses adaptable aux différentes exigences de production. - Mettre en volume des découpes en carton ondulé, livrées à plat et placées dans un[…]

Huit plates-formes pour l’industrie du futur

Technologie

Huit plates-formes pour l’industrie du futur

Ineos Styrolution confirme son partenariat avec Recycling Technologies

Economie circulaire

Ineos Styrolution confirme son partenariat avec Recycling Technologies

Le sort des substances préoccupantes dans le recyclage chimique en question

Economie circulaire

Le sort des substances préoccupantes dans le recyclage chimique en question

Plus d'articles