Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Economie circulaire

Mustela « à petits pas » dans la recharge

Henri Saporta

Sujets relatifs :

, ,
Mustela « à petits pas » dans la recharge

Le flacon Reviens est en verre.

La marque de soins pour bébé lance la deuxième phase de son expérimentation dans une vingtaine de pharmacies.

Au terme d’une première année d’expérimentation menée dans deux pharmacies en 2020, Mustela a décidé d’avancer « à petits pas » dans le déploiement de la recharge. « Recharge » plutôt que « vrac », car la marque de soins pour bébé de Laboratoires Expanscience préfère que le consommateur remplisse chaque flacon entièrement. Soit une quantité fixe de 480 ml. Or, selon sa définition officielle, le vrac repose sur « la quantité choisie », comme le souligne Réseau vrac. Engagé pour « un monde plus verre », Mustela a mené une analyse de cycle de vie (ACV) avec Coopérative Mu, une agence d'écoconception organisée en société coopérative et participative (Scop), pour asseoir ses décisions sur des bases scientifiques et « éviter les fausses bonnes idées ». Le projet bénéficie du soutien de l’Agence de la transition écologique (Ademe) au titre du programme de recherche et développement (R&D) Perfecto. L’entreprise a bien conscience de défricher le terrain dans l’univers pharmaceutique.

Axes de progrès

Les axes de progrès sont très nombreux. Première évolution très importante : le consommateur peut désormais laver son propre flacon en verre – baptisé Reviens – à son domicile selon un protocole défini par l’entreprise. Cette solution évite le transport des flacons vides sur de longues distances et en augmente la disponibilité. Le nombre minimal d’utilisation d’un flacon est établi à trois pour devenir vertueux par rapport à son homologue en plastique à usage unique. Dans l’immédiat, la pompe demeure à usage unique en l’absence d’une solution de lavage efficace. La supprimer ? Pourquoi pas, mais la pompe délivrant une dose précise, l’alternative n’est pas évidente. Quelques chiffres :  la recharge entraîne une économie de plastique de 76% et 220 grammes de CO2 en moins.

Gaspillage

Quant aux machines équipées d’un doseur électronique avec un affichage sur écran très intuitif, elles sont alimentées par des caisses-outres de 10 litres qui permettent de remplir environ vingt flacons. L’idée est de privilégier le libre-service. Mustela travaille, à la fois, sur le taux de restitution de ces poches de grande contenance – sans filière de recyclage pour le moment –, mais aussi sur celui des flacons chez le consommateur. Comme dans les autres segments de la grande consommation, l’ACV montre, une fois encore, que le gaspillage – « gâche » et perte de produit – reste un véritable enjeu écologique. Cette deuxième étape concerne une vingtaine de pharmacies réparties sur le territoire français. Deux références de gel lavant sont proposées, sachant que Mustela détient un portefeuille d’une cinquantaine de produits.

Neutralité carbone

Quelles sont les perspectives d’évolution ? Mustela se montre pragmatique. « Difficile d’imaginer que ce canal de vente se généralise » mais, en revanche, « la demande des consommateurs et des pharmaciens est suffisamment claire pour que cette expérimentation puisse se pérenniser sur quelques produits », souligne Mathilde de Montgolfier. Et il reste beaucoup à apprendre : « Mener à bien ce type de projet pluridisciplinaire est passionnant, car la recharge concerne tous les services de l’entreprise, du marketing à la logistique en passant par la production », résume la responsable de l’innovation  qui remercie l’usine d’Épernon (Eure) qui « arrive à remplir les caisses-outres dans un site conçu pour le préemballé ». Certifié B-Corp depuis 2018, Mustela vise la neutralité carbone en 2030. Déployée depuis 2010, la démarche d’écoconception a entraîné une économie de 145 tonnes de plastique et 65 tonnes de carton. 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Une nouvelle acquisition pour Marchesini

Acquisitions

Une nouvelle acquisition pour Marchesini

Le constructeur de lignes de conditionnement pour la pharmacie et la cosmétique a acquis 70% des actions de Dott. Bonapace. - De la croissance externe, avec le rachat d’entreprises qui complète son portefeuille de solutions[…]

Vers la production de vaccins en Afrique

Investissements

Vers la production de vaccins en Afrique

Le secteur pharmaceutique s’engage pour le climat

Profession

Le secteur pharmaceutique s’engage pour le climat

Tekni-Plex investit dans les dispositifs médicaux avec Johnson Plastic Group

Acquisitions

Tekni-Plex investit dans les dispositifs médicaux avec Johnson Plastic Group

Plus d'articles