Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

La Febea fait le point sur les applis pour consommateurs

Pierre Monnier

Sujets relatifs :

, ,
La Febea fait le point sur les applis pour consommateurs

La Fédération des entreprises de la beauté (Febea) estime que certaines informations des applications pour consommateurs seraient erronées.

© Yuka

Sans les remettre en cause, la Fédération des entreprises de la beauté a tenu à mettre en garde les consommateurs contre certaines informations erronées fournies par les applications. –

Après l’alimentation, c’est vers le rayon hygiène-beauté que les applications pour consommateurs se sont tournées. Cet été, Yuka a ouvert ses services aux cosmétiques. Désormais près de 7 millions, ses utilisateurs peuvent obtenir, en scannant son code-barres, la note sur 100 d’un produit. Elle est déterminée en fonction de la présence de perturbateurs endocriniens, de cancérogènes, d’allergènes ou d’irritants. L’application développée par l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, QuelCosmetic, a dévoilé sa nouvelle version il y a quelques jours. Ici, la note est une lettre de A à D indiquant le risque identifié (aucun, limité, moyen, ou significatif) pour une catégorie de population (bébé, enfant, femme enceinte et adulte). Dans sa nouvelle mouture, QuelCosmetic peut alerter sur la présence de 26 allergènes de parfum, dont la déclaration a été rendue obligatoire par la Commission européenne.

Des résultats différents pour un même produit

Face à l’augmentation du recours à ces outils, la Fédération des entreprises de la beauté (Febea) souhaite ouvrir le dialogue avec leurs créateurs. Pour elle, « nombre d’informations figurant dans les applications sont à ce jour erronées, obsolètes, partielles voire inappropriées ». L’association professionnelle regrette également le manque de cohérence entre les résultats fournis d’une solution à l’autre. Elle a donc effectué un test à partir des cinq applications les plus répandues : Yuka, QuelCosmetic, INCI Beauty, Clean Beauty et CosmEthics.

En passant au crible une crème solaire, la Febea s’est étonnée de voir ce produit classé mauvais par Yuka, moyen par INCI Beauty, tandis que les trois autres le trouvaient tout à fait acceptable. « Yuka indique des risques élevés à l’utilisation de ce produit, car il contient des filtres[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Aspen investit et vise une centaine d’embauches en Normandie

Aspen investit et vise une centaine d’embauches en Normandie

Le laboratoire pharmaceutique sud-africain a inauguré le 17 juin un nouveau bâtiment de production qui doit entrer en service en 2022. – C’est le symbole du renouveau industriel de la France selon Agnès Pannier[…]

21/06/2019 | Investissement
Les pharmacies Shoppers mettent le cannabis à la sauce blockchain

Les pharmacies Shoppers mettent le cannabis à la sauce blockchain

Les États-Unis lancent un projet pilote de traçabilité des médicaments par blockchain

Les États-Unis lancent un projet pilote de traçabilité des médicaments par blockchain

La Landa S10 a commencé à produire chez Edelmann

La Landa S10 a commencé à produire chez Edelmann

Plus d'articles