Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

abonné

Sécurité sanitaire

La dispensation des médicaments à l'unité face à un rejet unanime de la filière

Pierre Monnier
La dispensation des médicaments à l'unité face à un rejet unanime de la filière

Pour éviter le gaspillage, la France envisage de remettre aux patients la juste quantité de médicaments prescrits pour leur traitement. Une mesure qui, dans les faits, pourrait avoir de nombreuses conséquences. –

« Ce à quoi je m’engage, c’est la généralisation de la vente à l’unité du médicament. » La promesse date du 6 janvier 2017, lorsque le président de la République, Emmanuel Macron, n’est encore qu’un candidat détaillant son programme dans le domaine de la santé pendant un discours à Nevers (Nièvre). Décrit comme « un impératif sanitaire, une nécessité économique et une évidence écologique », cet engagement pourrait bien devenir réalité. Le 13 décembre 2019, lors de l’examen du projet de loi relatif à l’économie circulaire et à la lutte contre le gaspillage par les députés français, un amendement a été adopté en ce sens. Il prévoit l’instauration de la dispensation des médicaments à l’unité dans les officines au plus tard le 1er janvier 2022, quand leur forme galénique le permet. S’il est compréhensible que seuls les gélules et les comprimés seraient touchés, les contours de cette obligation restent flous.

Pourtant, la réaction de la filière ne s’est pas fait attendre. Des laboratoires aux pharmacies, le rejet de cette mesure est unanime. « L’Union des syndicats de pharmaciens d’officine (USPO) a toujours refusé la dispensation à l’unité », martèle l’association dans un communiqué. Selon elle, ce mode de délivrance n’améliorerait pas l’observance (le bon suivi d’un traitement) et serait même « dangereux pour les patients qui stockeraient des médicaments en vrac dans leur armoire à pharmacie ». Mais l’organisation souligne aussi l’importance de l’emballage : « La disparition des pictogrammes d’avertissement figurant sur les boîtes de médicaments est préjudiciable à la sécurité des patients. »

Revoir les solutions packaging

Côté fabricants, aux inquiétudes liées à la sécurité s’ajoutent celles de l’aménagement industriel. Les formes galéniques solides sont principalement conditionnées sous blister : une feuille en plastique thermoformée, dans laquelle sont positionnés les gélules ou les comprimés, puis scellée par une feuille d’aluminium. Une composition souvent pointée du doigt pour sa non-recyclabilité. Un sujet qui fait l’objet d’un groupe de travail rassemblant des industriels, des syndicats et des recycleurs. D’après Anne Carpentier, la directrice des affaires pharmaceutiques au sein de l’organisation professionnelle des entreprises du médicament, le Leem, il y aurait deux manières d’envisager la dispensation à l’unité, chacune présentant des points négatifs. Dans le premier cas, les blisters actuels pourraient être découpés. « Cela ferait perdre la traçabilité du médicament, mais aussi les mentions obligatoires qu’un médicament doit afficher », indique-t-elle. La seconde option consisterait à reconsidérer les solutions packaging en y intégrant ces mentions légales. « Cela impliquerait de passer à un conditionnement unitaire ou prédécoupé. Mais dans ce cas, il faudra inévitablement agrandir les boîtes. » Une solution allant à l’encontre de toute logique environnementale à l’heure de l’écoconception qui cherche à réduire l’utilisation de matière première dans les emballages. Surtout, la dispensation à l’unité générerait davantage de déchets quand son but principal est de lutter contre le[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

Bormioli Pharma acquiert l’allemand ISO Arzneiverpackungen

Acquisitions

Bormioli Pharma acquiert l’allemand ISO Arzneiverpackungen

Le fabricant italien de flacons en verre pharmaceutique a annoncé la reprise d’ ISO Arzneiverpackungen. Avec les actifs de l’entreprise allemande, Bormioli Pharma se renforce en Europe du Nord. – En un peu plus[…]

02/12/2020 | VerreFlacons
Lefrancq Imprimeur investit dans l’étiquette

Investissements

Lefrancq Imprimeur investit dans l’étiquette

Sanofi-Aventis rappelle un lot de Micropakine

Sécurité sanitaire

Sanofi-Aventis rappelle un lot de Micropakine

[Covid-19] Delpharm investit pour conditionner le vaccin de Pfizer et BioNTech

Stratégie

[Covid-19] Delpharm investit pour conditionner le vaccin de Pfizer et BioNTech

Plus d'articles