Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Video

Brune Poirson donne quelques pistes sur la consigne

Pierre Monnier

Mis à jour le 13/06/2019 à 17h01

Brune Poirson donne quelques pistes sur la consigne

© DR

La secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire était l’invitée de RMC le 13 juin. –

Lors de son discours de politique générale le 12 juin, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé l’ouverture d’une concertation avec les collectivités locales sur le déploiement de la consigne. Le 13 juin, Brune Poirson était l’invitée de Jean-Jacques Bourdin sur RMC. La secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire a martelé le besoin de « transformer les modes de production et de consommation » autour des produits en plastique. La matière est plus que jamais pointée du doigt après une étude menée par WWF indiquant que cinq grammes de plastique sont ingérés par l’homme chaque semaine. Sur ce point, Brune Poirson a confié avoir « saisi l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) afin de savoir clairement ce qu’il en est pour les Français ».

Réutiliser les déchets

La secrétaire d’État a ensuite détaillé l’esprit du projet de loi économie circulaire (Lec), qu'elle porte au côté d’Édouard Philippe, et qui doit intégrer la mise en place de la consigne. Ce projet sera déployé « le plus rapidement possible, parce qu’il y a urgence », a-t-elle indiqué. « L’idée, c’est de transformer le système économique et faire en sorte qu’il tourne un peu plus rond. C’est-à-dire faire en sorte que les déchets ne finissent pas au fond des océans, mais au contraire qu’ils soient réutilisés pour fabriquer de nouveaux produits. On veut créer une boucle. »

La membre du gouvernement est revenu sur les performances de Citeo. « L’éco-organisme s’était fixé comme objectif d’être à 75 % de collecte et de recyclage en 2012, rappelle la secrétaire d’État. Nous sommes en 2019 et il n’est qu’à 70 % seulement. Cela veut dire que ça plafonne. » Elle a cité l’exemple de Paris et Marseille où « seulement une bouteille en plastique sur dix est collectée et recyclée », considérant qu’« au XXIe siècle, cela n’est plus possible ». Et d’ajouter : « Nous allons installer un système de consigne sur les canettes, les emballages en plastique, les bouteilles. »

Ne pas léser les collectivités locales

« Il faut que ce soit une opération blanche pour les consommateurs », a insisté Brune Poirson. Selon elle, il devrait s’agir d’une consigne de « quelques centimes ». Pour autant, la secrétaire d’État ne souhaite pas impacter les collectivités locales. « Je ne veux pas qu’elles soient lésées parce qu’il y en a qui sont vertueuses, qui ont beaucoup investi dans des systèmes de recyclage et de tri. Il ne faut donc pas qu’elles soient perdantes si nous installons la consigne. » Pour conclure, elle a assuré qu’elle travaillerait « avec les industriels afin de mettre en place le système le plus performant ».

Retrouvez l’entretien de Brune Poirson du 13 juin sur RMC en vidéo :

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

FoodChéri renouvelle ses emballages

FoodChéri renouvelle ses emballages

Le spécialiste de la restauration livrée mise sur le carton et le PET recyclé. - Depuis quelques jours, FoodChéri utilise des emballages plus respectueux de l’environnement. Le spécialiste des plats[…]

17/06/2019 | Carton platPlastiques
Seventy One Percent met le surf en tube avec Albéa

Seventy One Percent met le surf en tube avec Albéa

Malaise plastique en Malaisie

Profession

Malaise plastique en Malaisie

Des ratés dans le rPET aux Antilles

Profession

Des ratés dans le rPET aux Antilles

Plus d'articles