Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Une puce-ordinateur pourtracer les médicaments

Sylviane Robinet

Sujets relatifs :

, ,
Alors que la contrefaçon des médicaments ne cesse de progresser, HP a conçu une nouvelle technologie de codage qui pourrait permettre aux laboratoires pharmaceutiques de mieux sécuriser leur traçabilité.

Elle ressemble fortement à une étiquette d'identification par radiofréquence (RFID), mais ce n'en est pas une ! Dernier développement des Laboratoires HP présenté lors du salon Pharmapack 2007, la Memory Spot est une puce de données sans fil, pas plus grosse que la moitié d'un grain de riz. Selon les chercheurs d'HP Labs Bristol (Royaume-Uni) qui l'ont mise au point, cette solution pourrait révolutionner le mode de stockage d'informations sur papier et autres objets physiques. En effet, explique le directeur du projet Memory Spot, Ed Mac Donnell, « à la différence des puces RFID, la puce HP Memory Spot présente une importante capacité de stockage qui lui permet de contenir des sons, des photos, des vidéos, des documents PDF ou des textes sous format Word. »

Suivi de l'observance

Un des principaux intérêts de la nouvelle technologie tient au fait qu'elle permet d'accéder directement à toutes ces informations sans avoir à aller dans une base de données distante. En effet, les données contenues dans la Memory Spot peuvent être lues en moins d'un quart de seconde par un périphérique de lecture-écriture intégré dans un téléphone mobile, un ordinateur portable, un appareil photo ou une imprimante. Pour ce faire, l'utilisateur place le dispositif de lecture-écriture à environ un millimètre de la puce, qui est alors alimentée de façon à émettre les données stockées. Les différents périphériques peuvent aussi permettre l'ajout d'informations sur la puce. En effet, les puces utilisées actuellement dans le laboratoire d'HP à Bristol sont réinscriptibles. Cependant, les chercheurs envisagent d'en développer d'autres en lecture seule, mais avec la possibilité d'ajouter des données sans effacer les informations préexistantes. « En termes d'application, ceci permettrait un meilleur suivi de l'observance grâce à une mise à jour automatique de la mémoire après chaque dose de médicament prise par le patient. En matière de lutte anticontrefaçon, la Memory Spot ouvre également des perspectives très intéressantes dans le secteur de la pharmacie », selon Ed Mac Donnell. Outre une capacité de stockage mille fois plus importante et une vitesse de transfert des données de cent à mille fois supérieure, la Memory Spot est susceptible d'offrir une meilleure sécurité que les puces RFID classiques, indique-t-il. Pour deux raisons : d'une part, sa portée moindre - 1 millimètre contre 3 mètres -, qui la rend moins vulnérable aux intrusions ; d'autre part, grâce au processeur qu'elle contient et qui exclue toute intervention extérieure visant à modifier le contenu de sa mémoire. Au-delà des comparaisons que l'on est naturellement amené à établir entre la Memory Spot et la puce RFID, Ed Mac Donnell estime que les deux technologies ne seront pas concurrentes dans la mesure où elles n'auront pas les mêmes applications. D'ailleurs, HP semble avoir opté pour le développement d'une offre dans une optique de complémentarité. « La longueur d'ondes et les protocoles de transmission des données sont différents de la RFID, donc nous travaillerons avec les organismes de standardisation pour créer un nouveau standard ou peut-être en étendre un déjà existant », indique la société.

Large champ d'applications

Pour l'heure, la Memory Spot en est encore à sa phase d'expérimentation. Les spécialistes d'HP Labs mènent des recherches avec les prototypes de préproduction, et la société ne prévoit pas la commercialisation des premiers produits finis avant un à deux ans. « Le large champ d'applications de la technologie Memory Spot représente un véritable challenge, car toute la difficulté consiste à se concentrer sur une application en particulier, indique Ed Mac Donnell. Parmi les différents tests menés actuellement, il y en a un certain nombre que nous avons engagés avec des groupes pharmaceutiques mondiaux basés en Europe. » Outre le développement de solutions anticontrefaçon, HP Labs étudie la possibilité d'apposer la puce Memory Spot sur des tubes de tests ou des clichés de microscope pour documenter les échantillons et permettre de les tracer. « Nous investiguons notamment certaines applications afin de mettre la Memory Spot sous un opercule d'inviolabilité. »

À moyens termes, la société se penchera probablement sur la possibilité d'installer un dispositif de lecture-écriture dans ses imprimantes digitales afin d'intégrer des données digitales dans la Memory Spot sur les lignes d'impression. Ces informations seraient inscrites dans la puce pré-apposée sur les boîtes de médicament ou posée sur la ligne d'impression. « Mais il n'est pas essentiel que la programmation des données se fasse sur la ligne d'impression, dans la mesure où elle peut être effectuée par le pharmacien au moment de la délivrance du médicament au patient », précise Ed Mac Donnell. HP Laboratories a conçu un kit de démonstration contenant des puces sur une bande adhésive qu'il propose aux fabricants de médicaments souhaitant tester la Memory Spot. Il leur fournit également des kits de développement pour des applications spécifiques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


offres d’emploi
Toutes les offres d’emploi
PREPARATEUR DE COMMANDES H/F

Saint-Pierre-en-Faucigny

Responsable logistique H/F

Charleville-Mézières

Nous vous recommandons

Schott investit dans le verre tubulaire en Inde

Investissements

Schott investit dans le verre tubulaire en Inde

Le fabricant d’emballages pharmaceutiques étend son site indien de Jambusar pour 70 millions d’euros. – « Dans le contexte de la tendance croissante de l'activité pharmaceutique indienne et de la[…]

22/09/2021 |
Un prix pour Koovea lors de la SITL

Profession

Un prix pour Koovea lors de la SITL

Mustela « à petits pas » dans la recharge

Economie circulaire

Mustela « à petits pas » dans la recharge

Sanner augmente ses capacités avec un deuxième site chinois

Investissements

Sanner augmente ses capacités avec un deuxième site chinois

Plus d'articles