Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

MBV

Sujets relatifs :

,

Sur son site de Bern, Hoffmann-Neopac, fabricant suisse de tubes, a ouvert une nouvelle ligne de production pour ses tubes laminés en Polyfoil, un matériau complexe dont l'originalité est d'offrir une couche supérieure en polyéthylène pour de meilleures qualités barrière et une meilleure présentation du fait de l'absence de soudure. « Outre sa résistance, le Polyfoil est particulièrement apprécié par l'industrie cosmétique pour ses qualités esthétiques, offrant une sensation plus agréable au toucher. De son côté, la pharmacie l'utilise de plus en plus pour de petits conditionnements d'une ou deux doses », note Anton von Felten, directeur général d'Hoffmann-Neopac. La nouvelle ligne de fabrication est d'ailleurs destinée à la production de tubes en Polyfoil monodose et de très petite taille de 10 à 13,5 millimètres de diamètre. A un rythme de 300 tubes par minute, la production annuelle de la ligne devrait atteindre les 60 millions de tubes par an. Devant l'engouement pour le Polyfoil, Neopac prévoit l'ouverture d'une seconde ligne d'ici à 2004. En outre, depuis janvier 2003, l'entreprise dispose de capacités de production pour ce même matériau innovant à New York, par le biais de la licence qu'il a consenti à la division emballages souples de l'australien Amcor pour le marché américain. Il faut ajouter à cela un intermédiaire basé en Corée pour le marché asiatique.

Bonnes pratiques. Aujourd'hui, Hoffmann-Neopac réalise un chiffre d'affaires de 45 millions d'euros dont un tiers provient de la pharmacie, le reste de la cosmétique, et regroupe 370 employés. Ses principaux marchés se situent en France, en Allemagne, en Angleterre, en Suisse et aux Etats-Unis. Il produit annuellement 280 millions de tubes en polyéthylène et laminés ou en Polyfoil. « Avec une nette avancée en faveur du Polyfoil qui a tendance à représenter la majeure partie de notre activité, principalement pour la cosmétique », précise Anton von Felten. L'ouverture de la nouvelle ligne de fabrication répond autant à des soucis d'augmentation des capacités en Europe que de qualité et de respect des Bonnes pratiques de fabrication (BPF). « La plupart des fabricants de tubes aujourd'hui ne donnent pas de précision sur leur environnement de production. Dans notre secteur, un environnement "propre" ne signifie pas grand-chose si l'on ne précise pas sa classe. Or, nous savons aujourd'hui que les crèmes et les onctuants doivent être produits en classe A, les composants tels que les tubes en classe D, la classe définissant le niveau de contrôle des germes et de la contamination acceptée. L'environnement de production devient pour nous un argument stratégique de vente », poursuit le directeur général. La ligne de fabrication répond donc à des impératifs très stricts de production et de précision dans les contrôles tant du point de vue du respect des BPF que des exigences des sociétés pharmaceutiques. Et Anton von Felten d'ajouter : « On s'aperçoit que les sociétés les plus disciplinées produisent moins de déchets, sont plus efficaces, et donc meilleures que les autres. »

Monodoses. Autre tendance : la nouvelle ligne de fabrication de Neopac est dédiée à la production de tubes monodoses de très petite taille. Une demande qui s'affirme de plus en plus dans le secteur de la cosmétique et de la pharmacie : « En vendant un produit rectal pour Schering au Japon, je me suis aperçu que ce besoin de petits formats avait sa place face aux plus gros conditionnements et correspondait aux nouveaux produits sortant sur le marché aujourd'hui, qui nécessitent une ou deux applications selon les thérapies. » Nombreux sont les produits lancés sur ce marché sous cette forme nomade qui privilégie aussi le délai de conservation de certaines formulations à haute valeur ajoutée.

Aluminium. « La demande d'utilisation du Polyfoil se concentre aussi sur des produits pharmaceutiques sophistiqués et chers », note Anton von Felten. Pour toutes ses qualités, il reconnaît à ce titre que les tubes en Polyfoil présentent un coût supplémentaire de 20 à 40 % selon les applications, face aux tubes traditionnels. Et d'ajouter : « Si l'industrie pharmaceutique tend à privilégier les tubes laminés face à l'aluminium, il reste des domaines dans lesquels les qualités barrière de l'aluminium ne sont pas remises en question, comme pour les formulations dermatologiques à base de rétinol et les soins capillaires. »

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Après la vente de CGL Pack, PSB industries se maintient

Résultats

Après la vente de CGL Pack, PSB industries se maintient

La société a publié ses premiers résultats financiers depuis la vente de son pôle agroalimentaire et distribution. – 2018 a été l’année de la réorganisation pour PSB[…]

20/03/2019 | LuxeSanté
SGH Healthcaring réalise deux nouvelles acquisitions

Acquisitions

SGH Healthcaring réalise deux nouvelles acquisitions

Optima, toujours plus haut

Résultats

Optima, toujours plus haut

Adelphe lance un groupe de travail sur le blister

Profession

Adelphe lance un groupe de travail sur le blister

Plus d'articles