Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Technologie

Question récurrente en pharmacie, le contrôle des lignes de conditionnement de médicaments devient de plus en plus difficile à réaliser, avec des outils très sophistiqués faisant appel à la technologie Web pour organiser un suivi global.

MARION BASCHET-VERNET

Sujets relatifs :

, ,

Au cours des vingt années à venir, nul ne peut prédire les nouvelles contraintes qui s'exerceront sur les lignes de conditionnement pharmaceutiques, si ce n'est une tendance générale vers une réglementation de plus en plus contraignante, ainsi que la multiplication des contrôles et des marquages des étuis », note Jean-Luc Lasne, directeur commercial de Laetus France, filiale du groupe allemand qui a développé son savoir-faire depuis trente-cinq ans dans le contrôle du conditionnement pharmaceutique. Cette accélération réglementaire et normative indique combien la pression est forte sur les emballages de médicaments. Chaque pays a mis en place ses propres mesures anticontrefaçon. Depuis l'année dernière, le code CIP 13, imprimé sous forme d'un code bidimensionnel Datamatrix, est la norme choisie en France pour assurer une meilleure traçabilité des boîtes de médicaments. Les laboratoires ont jusqu'à fin 2010 pour se conformer à la nouvelle réglementation et adapter leur outil industriel. Il faut ajouter dans ce domaine un certain flou dans la recherche d'une standardisation des normes de suivi des emballages de médicaments, qui laisse l'industrie dans l'attente d'une évolution possible au cours des dix prochaines années.D'autre part, certains pays exigent la sérialisation des étuis de médicaments, notamment la Belgique, l'Italie, la Turquie ou encore la Californie (Etats-Unis), ce qui rend le travail de contrôle des opérateurs encore plus compliqué. Pour les industriels, il s'agit en effet d'un dédale difficile à appréhender, avec un nombre de contrôles croissant, auxquels s'ajoutent les exigences des clients pharmaceutiques. Car l'étendue des vérifications à réaliser va également crescendo. « On nous demande de vérifier, après scellage, l'intégrité d'un marquage au jet d'encre sur blister gaufré ou encore d'une gravure laser sur les matériaux PVC, missions qui étaient encore impossibles il y a trois ans. Les Etats-Unis nous ont même demandé de réaliser le contrôle de leurs étiquettes d'identification par radiofréquence (RFID), basées sur la technologie de suivi par radiofréquence, sur des lignes pouvant fonctionner jusqu'à des cadences de 400, voire 500 coups par minute », note Jean-Luc Lasne. Mais ce souci croissant de pharmacovigilance rappelle la nécessité de se conformer à des dispositions draconiennes qui vont dans le sens d'une meilleure qualité et intégrité des produits.

Alertes accident

Selon l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), les efforts dans ce domaine portent leurs fruits. Le nombre de rapports concernant les alertes accidentelles sur les médicaments a augmenté de 263 à 943 au cours des sept dernières années. En 2003, 53 % d'entre eux étaient attribués à des défauts d'emballages et 27 % ont entraîné un rappel des lots. Pour les opérateurs travaillant sur les lignes de conditionnement des médicaments, il en résulte un travail de contrôle de plus en plus précis et une vigilance accrue avec le morcellement des lots, la multiplication des présentations, des formes et formats d'emballage. Ce travail sera d'autant plus exigeant qu'il devra intégrer sous peu le contrôle des codes CIP 13 codifiés en Datamatrix sur les boîtes de médicaments dans un souci d'amélioration de la traçabilité. C'est dans ce contexte de mondialisation et de complexité des responsabilités que la société Laetus a développé la Web Technology qui permet de réconcilier le nombre croissant de contrôles à exercer sur une ligne de conditionnement avec la multiplication des emballages, grâce à une interface unique. « La Web Technology de Laetus est basée sur une plate-forme Windows XP extensible qui, connectée à un réseau Ethernet, permet des contrôles multiples et divers à partir d'un simple logiciel et d'une base de données standardisée », explique Jean-Luc Lasne. Principaux intérêts : la centralisation des compositions des recettes de produits et une grande rapidité dans les changements de format. Les entreprises gagnent aussi en flexibilité puisque tout ajout d'un nouveau point de contrôle sur une ligne d'emballages se fait de manière indolore sans altérer le fonctionnement de l'existant. Un système modulaire et intemporel, dont l'évolutivité garantit la pérennité et protège l'investissement réalisé en permettant de maîtriser la totalité de la phase de conditionnement des médicaments par le simple développement des fonctionnalités d'un logiciel et de caméras. Une souplesse que la plupart des entreprises recherchent également avec l'adoption de systèmes de contrôle et anticontrefaçon tels que le système Secumatrix, une encre spéciale indétectable lancée par Domino et Arjowiggins, ainsi que les solutions de marquage unique d'ATT.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Un détecteur à rayons X pas comme les autres

Technologie

Un détecteur à rayons X pas comme les autres

Sparc Systems s’est débarrassé du carter en Inox, remplacé par un panneau transparent afin de permettre aux opérateurs de suivre le process et de travailler avec plus de confiance. - Les détecteurs[…]

27/05/2020 | SantéContrôle
William Hayes prend les rênes de Berlin Packaging

Carnet

William Hayes prend les rênes de Berlin Packaging

Avec SnapPress, Horus Pharma dote ses emballages de réalité augmentée

Innovation

Avec SnapPress, Horus Pharma dote ses emballages de réalité augmentée

Syntegon en légère hausse sur l'exercice 2019

Résultats

Syntegon en légère hausse sur l'exercice 2019

Plus d'articles