Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Enquête

TP

Sujets relatifs :

,
Bien connu des professionnels, le britannique Pira International (Lire 614) analyse dans "L'avenir du marché mondial de l'emballage" l'état du marché ainsi que les perspectives de développement à l'horizon 2005 de la filière de l'emballage et du conditionnement. Et l'avenir n'est pas dans les pays développés...

Scénario pour l'année 2010 : la Chine dépasse le Japon et devient le deuxième marché de l'emballage dans le monde après les États-Unis. Estimations pour la période 2000-2005 : les emballages pour les boissons et la pharmacie progressent de 20 % en moyenne en Europe continentale dopés par la croissance enregistrée en Europe de l'Est.

Ce sont quelques-unes des données qui ressortent de l'étude (Lire 614) du cabinet britannique Pira International intitulée "L'avenir du marché mondial de l'emballage". Une étude qui fait le point sur l'état et les perspectives du marché de l'emballage avec des classements par matériau et par débouché.

Près de quarante pays, représentatifs de 95 % de la demande selon Pira, sont examinés à la loupe dans ce rapport qui évalue le marché mondial à 395 milliards de dollars (442 milliards d'euros) en 2001 avec une répartition par zones géographiques sans surprise : 30 % pour les États-Unis, 25 % pour l'Europe, 11 % pour le Japon. A l'évidence, le poids des économies occidentales se reflète sur l'état actuel du marché mondial de l'emballage. Pour autant, le classement par pays, qui voit placés dans l'ordre États-Unis, Japon, Chine, Allemagne, France, Italie, Corée du sud, Royaume-Uni, Canada et Taïwan comme les dix premiers pays consommateurs d'emballages, ne saurait rester figé au cours des dix prochaines années. Ne serait-ce que parce qu'à l'exception notable de la Chine, dont le marché se développera au rythme de 9 % par année selon Pira, le potentiel se situe ailleurs.

Ainsi, sur la période 2001-2005, le marché de l'emballage devrait connaître une croissance annuelle de 13 % au Brésil. Alors que la progression sera de l'ordre 11 % en Inde, de 10,8 % en Irlande - seul marché de l'Europe occidentale à croître sensiblement - et de 10,2 % au Chili. En revanche, les poids lourds de l'économie mondiale bénéficieront d'une croissance plus modérée du marché de l'emballage : 3 % en Europe, 2,4 % aux États-Unis et 1,2 % au Japon. Bref, des perspectives pas tout à fait optimistes pour les pays situés dans le peloton de tête.

Progression de 20 %

Mais tout est relatif... En réalité, les pays crédités des plus fortes progressions sont aussi, pour la plupart, situés dans le bas du classement mondial. Et ces pays sont en train de combler leur retard sur les pays les plus développés en évoluant au rang de sociétés « consuméristes ». Conséquence de cette évolution : les références de produits proposés dans les linéaires se démultiplient et les emballages utilisés montent en gamme en incorporant une part de valeur ajoutée plus importante. La double augmentation du nombre et du prix des emballages agit ainsi par effet de levier sur la valeur du marché. En Europe de l'Est, les exemples sont légion. A l'horizon 2005, les prévisionnistes du Pira tablent sur une hausse de près de 40 % du marché des emballages pour boissons en Pologne et sur une croissance de près de 65 % dans le secteur de l'emballage pharmaceutique en Russie. La République Tchèque connaîtra, quant à elle, une progression de 20 % dans tous les secteurs utilisateurs. C'est une tendance forte.

L'étude de Pira nous éclaire aussi sur la répartition du marché de l'emballage par matériaux. Ainsi, avec un marché de près de 101 milliards d'euros, le carton ondulé est aujourd'hui le premier matériau dans le monde. Devant les plastiques et le carton plat...

Mais l'utilisation des matériaux varie sensiblement selon les pays. Le poids des papiers et cartons est considérable dans les économies les moins développées telles que l'Inde ou la Chine où il représente plus de 50 % du marché. A l'inverse, les plastiques sont massivement utilisés dans les pays occidentaux. C'est le cas du Danemark où quasiment un emballage sur deux est en plastique. Les exceptions sont toutefois de mise : en Finlande, par exemple, 58 % des emballages sont à base de cellulose. Mais faut-il encore rappeler que ce pays est l'un des plus grands producteurs de papier dans le monde ?

Le métal décline

Dans d'autres pays comme la Russie et la Pologne, le métal, dont l'emploi tend à décliner dans les pays occidentaux, représente tout de même le quart du marché de l'emballage. Le verre, quant à lui, est très utilisé en Pologne, en Turquie, en Russie et en France. Certaines diversités parmi d'autres marquent encore plus l'Europe par rapport aux autres régions du monde : les emballages souples sont très utilisés au Royaume-Uni et en Irlande, beaucoup moins au Portugal. Les plastiques rigides sont, en revanche, prédominants en Belgique et au Danemark et moins employés dans l'archipel Britannique.

En l'occurrence, le marché européen de l'emballage semble dominé par ce que Pira prénomme les Big Four à savoir l'Allemagne, la France, l'Italie et le Royaume-Uni. Ces quatre pays représentent à eux seuls les deux tiers d'un marché évalué à 103 milliards de dollars (117 milliards d'euros) pour l'ensemble de l'Europe continentale. Toujours en Europe, l'agroalimentaire solide représente environ 50 % des débouchés de l'emballage, suivi du secteur des boissons (15 %), de l'industrie du tabac (5 %) et de la pharmacie (3 %).

La répartition par matériau démontre, quant à elle, une prédominance des papiers et cartons qui représentent presque 39 % du marché européen de l'emballage, suivi des plastiques rigides (24 %), du métal (15 %), du verre (9 %) et des films complexes (8 %).

Évolution contrastée

Néanmoins, l'emploi des matériaux d'emballage évoluera de façon contrastée. En Europe occidentale, Pira table sur une baisse tendancielle des consommations d'emballages en bois, en métal et en verre, une bonne tenue des papiers et cartons et une forte croissance des plastiques. En particulier, les plastiques rigides et les films complexes devraient connaître une progression annuelle qui sera respectivement de l'ordre de 7 % et de 10 % dans les deux années qui viennent.

En revanche, l'évolution sera plus uniforme en Europe de l'Est avec une hausse du marché comprise entre 2,5 % et 4,3 % pour tous les matériaux.

Et pour cause : chaque matériau, en raison de ses caractéristiques intrinsèques, apporte sa contribution au développement d'un marché, celui de l'emballage, en pleine croissance dans cette région du monde

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

AstraZeneca inaugure une nouvelle unité de production

AstraZeneca inaugure une nouvelle unité de production

Le laboratoire pharmaceutique a investi 135 millions d’euros sur trois ans. – Une entreprise anglo-suédoise qui investit en France. Voilà de quoi illustrer « Choose France »,[…]

21/01/2019 | Investissement
SGH Healthcaring augmente ses capacités

SGH Healthcaring augmente ses capacités

Marchesini croît et rachète à tour de bras

Acquisitions

Marchesini croît et rachète à tour de bras

Pharmagest prend part au capital d’Embleema

Pharmagest prend part au capital d’Embleema

Plus d'articles