Nous suivre Emballages Magazine : l'actualité de l'emballage et du conditionnement

Les films et les complexes

SOPHIE BILLON
Présenter et protéger, telles sont les deux fonctions principales des films et des complexes. Selon leur composition, ils ne présentent pas les mêmes qualités et doivent donc être choisis avec soin.

Utilisés aussi bien dans le thermoformage que dans l'ensachage ou l'operculage, les films « simples » ou les complexes conjuguent leurs propriétés pour protéger un produit tout en optimisant sa présentation. Dans le même temps, leur élaboration et leur pose doivent s'intégrer facilement dans la chaîne de fabrication. Aujourd'hui, s'il est techniquement possible de réaliser des complexes composés de quatorze couches, ils en comptent, en général, quatre, le nombre de couches faisant augmenter le prix. Majoritairement utilisés dans l'emballage alimentaire - notamment pour les produits frais -, les films et les complexes se rencontrent aussi dans la cosmétique, la pharmacie...

Opacité ou transparence ?

Recherchés pour leur « pouvoir » de protection des aliments, les films offrent aussi l'avantage, selon leur composition, d'être transparents et permettent, aux consommateurs notamment, une parfaite visibilité de la viande ou du poisson, par exemple. Certains films, comme l'acide polylactique (PLA), le polyéthylène téréphtalate amorphe (APET), le polyéthylène téréphtalate glycole (PETG), le polystyrène biorienté non barrière (OPS) ou encore le polyéthylène téréphtalate (PET), sont d'ailleurs reconnus pour leur qualité de transparence. Le dilemme rencontré par les industriels de l'alimentaire réside dans le fait que la transparence est généralement peu compatible avec une longue durée de conservation. En effet, les films opaques présentent de meilleures qualités barrière.

Pour remédier à cette difficulté, différentes techniques d'impression permettent de proposer des visuels de grande qualité, avec des rendus matifiés ou brillants qui garantissent une meilleure visibilité en rayon, grâce à la réflexion de la

lumière. Dans ce cas, on ne montre plus le produit réel mais une illustration de celui-ci. La principale difficulté pour les industriels est de choisir le complexe le mieux adapté à leurs besoins. Le cahier des charges doit être établi avec soin et précision, en prenant en compte quatre critères.

Cahier des charges précis

Tout d'abord, la température à laquelle s'effectuera le stockage - température ambiante, environnement surgelé... -, puis la durée de conservation des produits, ensuite les caractéristiques du produit lui-même - cuit, cru, fumé... -, ce qui entraîne une sensibilité aux rayons ultraviolets différente. Et enfin, l'environnement dans lequel il évoluera : atmosphère modifiée, pasteurisation, stérilisation, déshydratation... En général, la barrière à l'oxygène est la plus recherchée. Il existe de nombreuses solutions répondant à cette exigence : l'Evoh (copolymère d'éthylène et d'alcool polyvinylique), intégré par coextrusion, se présente comme une barrière sûre aux gaz tout en supportant des températures élevées, mais l'humidité altère ses propriétés. D'où la difficulté et l'importance, de choisir avec discernement les films et les complexes les mieux adaptés à leur utilisation.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Emballages Magazine


Nous vous recommandons

Le groupe Sanner racheté par GHO Capital

Acquisitions

Le groupe Sanner racheté par GHO Capital

Le fonds d’investissement Global Healthcare Opportunities a investi dans le spécialiste des solutions de santé. Un partenariat de longue durée doit être mis en œuvre avec Sanner. – Avec une croissance[…]

26/10/2021 | PlastiquesStratégie
L’acquistion de Voluntis par Aptar se poursuit

Acquisitions

L’acquistion de Voluntis par Aptar se poursuit

Phillips-Medisize augmente ses capacités à travers le monde

Investissements

Phillips-Medisize augmente ses capacités à travers le monde

Laboratoires Lehning se repositionne avec By Agency

Laboratoires Lehning se repositionne avec By Agency

Plus d'articles